05 mai 2020

Rôti de veau : séparons l'ail de la viande !


Le veau est évidemment une excellente viande et si on ne les mangeait pas, on finirait par leur couper les couilles pour en faire de bœufs. Je dis ça parce que je suis lu par militant végan dans Facebook. Néanmoins, un célibataire a peu l’occasion d’en préparer mais je me rappelle de ceux cuisinés par ma mère, dans le temps, avec ses deux recettes fétiches : cuits dans du lait avec beaucoup d’oignons dans une grande casserole ou à la cocotte avec des pommes de terre et de l’ail.

J’ai choisi une autre recette pour le mien, à midi. Je n’ai pas mis d’ail, par exemple, car l’ail fait perdre le goût « brut » de la viande. C’est un peu comme un pot-au-feu, je ne prends jamais de moutarde avec.

J’ai donc préchauffé mon four à 180 degrés. J’ai mis mon rôti dans un plat avec un tout petit peu d’eau, j’ai mis du beurre sur le dessus. Je l’ai mis au four 40 minutes (600 grammes) et je l’ai retourné à mi-cuisson.

Comme légumes, j’avais un plat préparé (un gratin de pommes de terre façons sarladaise) que j’ai réchauffé dans le même four. Il y avait de l’ail.

Je préconise.

2 commentaires:

  1. Tu sais que la cuisson au lait, c'est génial pour le porc (rouelle ou roti), viande plus sèche que le veau, ça l'attendrie !
    Après moi l'ail je le mets en chemise, et après, quand il est bien confit, je le mange ! J'adore ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos commentaires se croisent... Moi aussi j'aime bien l'ail en chemise. Dans le temps, je transformais le rôti de porc en confit (genre trois heures à 140 degrés avec du beurre et du roquefort). Un bonheur ! Faudrait que je réessaie (mais à l'époque, je faisais 15 kg de moins...).

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !