16 juillet 2020

Vive le télétravail durable !


Épinglé sur banque image production écrit cp-ce1Mon installation pour le télétravail se poursuit par petites touches. C’est plus long que je ne le pensais mais, en fin de compte, tout est normal. Dans le blog politique, je compte les jours mais c’est plus pour me foutre de la gueule des fanatiques du jour d’après que par réel intérêt : ce qui compte, pour mon télétravail, c’est mon jour d’après à moi et cela n’a d’ailleurs rien à faire sur le blog politique.

Alors, parlons de moi. Si vous être sages, je mettrai une photo de moi pour illustrer ce billet. J’ai déjà raconté que je suis en télétravail jusqu’au 21 septembre. Il était prévu que ma boîte déménage en juin mais les travaux n’ont pas pu être faits dans nos nouveaux locaux à cause de la crise sanitaire.

En fin de semaine dernière, on a reçu une invitation pour une formation d’une heure et demie sur le télétravail (en visioconférence). Je me suis donc posé une double question : pourquoi au bout de quatre mois et pourquoi en plein juillet alors qu’un bon tiers des troupes est en congés ? Je me suis donc inscrit pour avoir des réponses à ces questions mais aussi pour savoir ce qu’on pouvait bien nous dire.

La formation était peu intéressante, elle était plus orientée sur la santé et la psychologie, le droit à la  déconnexion, les techniques de concentration, l’art de ne pas répondre aux mails ou au téléphone même pendant les heures de bureau,… Ca m’a amusé vu que j’ai été confiné chez moi (de l’annonce de Macron à la réouverture des bistros) pendant une dizaine de semaines et je pense que la psychologie du confiné, notamment au début, est plus difficile à gérer que celle du télétravailleur ! Tant pis…

En début de séance, notre Directrice des Ressources Humaines a fait un rapide speech qui m’a laissé entendre que nous pourrions faire du télétravail très souvent à partir du 21 septembre… Ce qui me va très bien.

Hier, j’avais profité des soldes pour acheter un fauteuil de bureau. Il faut dire que j’avais cassé deux chaises au cours des cinq ou six semaines que j’ai passées en Bretagne : les chaises que les parents avaient achetées quand on était mômes ne supportaient mon changement de carrure… D’ailleurs, au cours des trente dernières années, on a du changer deux fois les chaises de la cuisine, celles de bureaux ne servaient plus avant le télétravail !

Voila une publication que j’ai faite dans Facebook, ce matin : « Hier, j’ai donc acheté un fauteuil en simili cuir et c’est très bien. Attention, cette publication est à moitié pornographique. Ce matin, je me lève, je déjeune et relève mes mails puis je vais faire ma toilette. Comme je suis sorti du bain après 9h30, il était temps que je vérifie à nouveau mais mails ce que j’ai fait en sortant du bain. J’ai commencé à travailler, j’ai été appelé par un commercial, des ouvriers de la commune sont passés (sans doute pour les poubelles) mais ils ont vu que j’étais en ligne et m’ont fait un grand signe pour dire qu’ils passeraient plus tard.
Ensuite, j’avais une réunion téléphonique avec mon N+1 et ma N+2.
Je viens de me rendre compte que je bossais entièrement à poil depuis deux heures (le tout en discutant avec des gens). Vive le simili-cuir, les chaises en toile ne le permettaient pas ! »

Quand je disais que je m’installais pour le télétravail…

Parmi les acquisitions de ces cinq ou six semaines, il y a un casque pour les audios (il est très bien mais parfois il déconne) et un « répétiteur wifi » qui me permet d’avoir une connexion dans toute la maison. J’ai également acheté une tablette avec un clavier, la moins cher du marché vu que je ne comptais pas en avoir un grand usage. C’était simplement un truc de facilité (la maison est grande, j’aurais pu la laisser dans un coin pour faire des visios, des mails ou des billets de blogs sans avoir à prendre un portable). Elle n’aura aucun usage : le clavier est en Qwerty et n’a pas les majuscules accentuées. Avant le confinement, j’avais déjà acheté un écran 29 pouces (il ne restait plus de 27 dans le commerce) pour y connecter le PC portable du bureau.

Il ne me reste plus qu’à aménager le bureau pour prendre en compte le bordel courant et les câbles qui vont avec. Ne boudons pas notre plaisir : deux PC portables, un écran 29 pouces, un casque avec un câble, des câbles pour charger deux téléphones (un pro et un perso), une tablette inutile, un clavier de tablette encore plus inutile, deux batteries se secours pour portable, celle du vélo… Tous les connecteurs étant différents, j’ai un peu de mal à me retrouver… Tiens ! Ce n’est pas le même chargeur pour la tablette que pour son clavier alors qu’ils sont vendus ensemble.

Joli programme pour ce week-end en plus du jardin…

Sinon, j’ai aussi dit dans Facebook : « Je viens de laisser Enedis changer de compteur et mettre un Linky. Je n'ai pas manifesté. Je n'ai pas fait de grève de la faim. Je n'ai pas saisi la justice. Je suis un collabo. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !