02 avril 2016

Déchéance de blogage

Moi, tu me connais ! J'adore faire des statistiques avec tout et les présenter n'importe comment. Il n'empêche que prenant un café au bistro, ce matin, je me faisais la réflexion que je bloguais beaucoup moins depuis peu. Alors je suis rentré à la maison pour faire un très joli graphique avec le nombre de billets moyen, par jour, sur mes trois principaux blogs. 

En fait, la baisse commence en 2014, précisément l'année où on a eu un nouveau projet colossal mais passionnant au bureau. Contrairement à ce que je pensais, la plus forte baisse vient de mon blog geek (nombre de billets divisé par deux cette année-là) alors que je croyais y avoir fait plus de billets, notamment ceux consacrés au numérique, aux réseaux sociaux d'entreprise et à tout ce qui touche à l'informatique dans les boites.

En fait, cela ne fait que quelques semaines que j'ai compris l'influence du travail (du mien) sur le blogage (le mien, toujours, je me fous un peu des autres pour ce qui concerne ce sujet). Auparavant, je croyais que c'était une question de temps mais il n'en est rien (d'ailleurs, j'ai toujours deux heures de transport par jour que j'ai occupées pendant des années à faire des billets de blogs et je ne blogue plus le week-end non plus alors qu'y passais généralement mes samedis et dimanches matins).

Pendant un moment, j'ai cru que c'est parce qu'il est de plus en plus dur de défendre François Hollande ou le gouvernement mais je me suis encore prouvé, par mon dernier billet politique, que je pouvais défendre absolument n'importe quoi. D'ailleurs, si les avocats de Barbarin cherchent un axe de défense, je peux leur en filer un : si les jeunes garçons n'avaient pas de petits culs, il y aurait  moins de curés pédophiles. Ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

Non seulement, je peux défendre n'importe quoi mais il y a assez de sujets passionnants dans l'actualité. Tenez ! Je pourrais faire trois pages pour me moquer des lascars de #NuitDebout, non pas parce que je ne suis pas d'accord avec eux mais parce qu'ils croient réellement qu'ils vont réussir à faire la révolution ainsi. Ou alors les propos de Mme Rossignol. D'ailleurs, je les avais compris de travers et ai fait un court billet sur l'annexe pour l'engueuler. En fait, je devrais faire un billet pour lui marquer mon soutien (ce dont elle se fout comme de la première petite culotte qu'elle a mouillé par accident ; je suis un bloqueur qui ne doute pas de son importance et surtout de son manque d'importance). Récemment, j'ai vu, dans Facebook, une "lettre ouverte d'une femme noire, musulmane et voilée à Mme Rossignol". J'aurais pu faire une lettre ouverte à cette dame.

Et si je continue à pouvoir défendre n'importe quoi et à écrire sur à peu près tout, je le fais toujours aussi vite. Ni quantité de travail ni la qualité de l'information politique n'expliquent pas la baisse du blogage.

Je vous laisse deviner, alors... Je vais vous donner une piste : parallèlement à ma baisse de blogage, j'ai arrêté Twitter, ou presque, et j'ai repris Facebook.

2 commentaires:

  1. Billet intéressant... La conclusion peut se lire de différentes manières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je n'ai pas fait de conclusion. Elle viendra.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !