20 avril 2016

Les vrais copains

Comme dans une chanson de Renaud avant qu'il devienne supporter de Fillon pour prouver qu'il vaut parfois mieux mourir que devenir sénile, on imagine les copains morts au paradis. Je vois très bien Henri, Marcel et Joël nous regarder de là-haut vers en bas de leur comptoir. 

Ce soir, Jean-Michel m'a demandé des "nouvelles" de l'enterrement. Il m'avait dit, désolé, qu'il ne pourrait pas venir parce qu'il était en déplacement pour le boulot. 

Par contre, en l'écoutant, j'ai pensé à ceux qui m'avaient promis de venir, avec qui on avait rendez-vous, pour organiser le transport jusqu'au crématorium, et qui ne sont pas venus. 

C'est facile de donner cinq euros à une collecte et de promettre. J'ai les noms. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !