10 décembre 2015

Parlons français

Une andouille a relancé le débat : faut-il écrire "bistro" ou "bistrot" ? Cela fait 349 billets où je traite le sujet. Je rappelle que les deux orthographes sont tolérées. Mais le mot est très vraisemblablement un diminutif de bistroquet lui-même dérivé de mastroquet pour des raisons que j'ignore. Laissons donc le "t" à "troquet". Et économisons une lettre pour sauver la planète. 

Le débat est important, à l'heure où des bobos modernoeuds veulent appeler "bistro" ou "bistrot" des endroits branchés où on fait à manger de la cuisine française et où on peut boire au comptoir. Tu parles de machins modernes ! Ces cons là ne veulent pas être appelés "brasseries" pour se distinguer des endroits portant officiellement ce nom, ringardisés par la tenue de pingouin des serveurs et issus des années 70.  

Laissez-moi aller peinard au bistro. 

Ceci était l'introduction de mon billet. Le sujet en est le verbe clôturer. J'ai repris un de mes collègues qui disait que l'on pouvait clôturer une série d'anomalies dans les logiciels dont nous avons la responsabilité. 

Je veux bien que l'on ferme des anomalies parce que c'est plus simple à dire que "Déclarer l'anomalie corriger et sortir la fiche correspondante de la liste des anomalies que nous avons à traiter, soit par un contournement soit par une correction". J'imaginais les anomalies dans un parc entouré d'une clôture !

Piqué au vif, le collègue a regardé des 
dictionnaires en ligne et m'a demontré que j'avais tort alors qu'il aurait mieux fait de me faire un bras d'honneur tout en disant "oui chef". Effectivement, le mot étant passé dans le langage courant, les dictionnaires l'ont pris en compte, malheureusement. 

Hop ! Je lui ai rappelé la consigne de l'Accademie française. Adaptée à notre métier, on pourrait parler de la clôture d'une fiche d'incident mais qu'on ne pouvait pas dire qu'on allait clôturer une fiche d'incident. Le nom commun est bien admis pour des raisons précises amis pas le verbe qui doit se limiter à l'action' de poser une clôture. Et paf !

Les mots ont un sens : imaginez que je fasse un billet sur l'heure où un bistrot va clôturer ! 

Je parlais plus haut de logiciels. Ce sera mon troisième et dernier exemple. Dans le langage courant, probablement à cause des smartphone, on parle dorénavant d'applications. C'est complètement con. Déjà, le mot "logiciel" est douteux. On devrait parler de programme informatique. Et encore, cela se discute (mais cette locution a pour elle l'antériorité et le fait qu'on trouve toujours des imbéciles qui veulent trouver des noms pour les trucs nouveaux ; et je ne parle même pas de l'affreux "progiciel"). 
Dans ma boîte, on achète des logiciels, on les mets en œuvre pour des clients auxquels on livre des applications, c'est à dire des applications des logiciels à leurs besoins dans leurs environnements (pour résumer). 

Les mots ont un sens. 

Si on parle d'une application pour clôturer les bistrots, on pourra en déduire que c'est le logiciel qui fait les comptes à la fermeture des bistros. 

Mais on risque de passer pour un con. 

6 commentaires:

  1. ou alors un logiciel qui clôture les troquets ce serait un logiciel qui empêcherait d'en sortir après la fermeture :)

    RépondreSupprimer
  2. Renseigne toi pour savoir s'il y a un rade près du Quai Conti, faut prévoir au cas où on te demande de revêtir l'habit vert

    RépondreSupprimer
  3. Donc la polémique n'est pas close...C'est à cause du bistro ou du bistrot que j'ai connu ton blog, et que je t'étais rentré dans le chou car pour moi la seule appellation que je connaissais était "bistrot"...car si "bistrotier" il y avait, c'est qu'il y avait "bistrot" avant...Mais bon, estaminet est aussi une belle définition pour qualifier des endroits où j'ai passé un bonne partie de ma vie et que j'honore encore de ma présence, même si je n'ai plus 20 ans...

    RépondreSupprimer
  4. "Une andouille a relancé le débat : faut-il écrire "bistro" ou "bistrot" ? " c'est normal pour une andouille (surtout à Lyon)! pendant qu'on en discute, on la mange pas...

    RépondreSupprimer
  5. L'origine du mot bistrot, de mémoire, vient de l'occupation des troupes russes à Paris après les Cent jours, quand les cosaques allaient en vitesse boire un coup en disant bistro, bistro, c'est à dire vite, vite...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !