07 août 2016

La pinte est raide

Dans un recent billet, je racontais ma dérive du comptoir vers la terrasse. Je dois avouer qu'elle s'accompagne d'une deuxième mutation : je bois plus souvent des pintes de bières que des demis. J'en bois évidemment deux fois moins. 

Mon blog est un blog scientifique. Il nous faut approfondir ce phénomène d'autant que j'ai toujours été un opposant farouche aux pintes de bière. Quand on reste longtemps avec une pinte en terrasse, elle s'évente et surtout se réchauffe. Je trouve les gens qui prétendent savourer des pintes de bonne bière en terrasse sont des abrutis. Quand je passe du temps en terrasse et ne peut pas boire beaucoup (allez picoler quand vous avez une heure de métro sans pouvoir pisser, par exemple), je ne bois jamais de pinte. 

Ma mutation vers la pinte date de 2008, quand la Comète a changé. Ils ont arrêté de vendre des petits verres de rouge. Donc, Tonnégrande et le vieux Jacques, qui buvaient des verres de rouge pendant que je buvais des demis, à mon rythme, se retrouvaient saouls comme des cochons car ils oubliaient qu'il y a plus d'alcool dans 14 cl de vin que dans 25 cl de bière. 

Cela s'est accéléré vers 2012, quand je suis revenu à La Défense. Un soir, le jeune serveur m'a dit : arrête de me faire chier à te servir des demis, bois donc des pintes, ça me fera moins de boulot. Et il a ajouté : la pinte est à 3 euros alors que le demi est à 2€10. Le calcul était vite fait. 

L'autre phénomène vient des cadres abrutis qui par une espèce de snobisme ne boivent que des pintes. J'avais l'air malin avec les demis quand ils étaient à la pinte. Il fallait que je boive des verres en Suisse pour lutter contre ma soif bien légitime. 

Enfin, au 1880, le patron a commencé à faire sonner la cloche une demi heure avant la fermeture pour annoncer qu'il ne servirait plus qu'un seul verre à chaque client. J'ai pris l'habitude de boire des verres plus grands (parce que les clients boivent des cocktails plus alcoolisés et longs à boire). Enfin, en salle, le service est rapide mais quand on est en terrasse, heu...

Voila comment la société évolue. 

2 commentaires:

  1. Je crois que Raffarin est en vacances... sinon il aurait répondu !

    RépondreSupprimer
  2. Si j'avais l'esprit mal tourné, je dirais qu'il y a un T de trop dans le titre de ton intéresant billet.

    Santé et bonne journée!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !