07 août 2016

La terrasse (pour verifier le comptoir)

20h35, il était, quand je suis arrivé au 1880 ou, plus exactement, son annexe, la Grange. Il y avait trois tables sur le parking avec mon pote Gilles, le patron et des types que je connais vaguement (sauf un et une fille que j'ai pas reconnue, en fait, honte sur moi). Je les salue, le patron me fait signe de m'asseoir avec eux. J'obtempère.

Je pense que s'ils avaient sorti les tables au-delà de la terrasse, c'est pour avoir un peu d'air frais mais aussi pour être visible de la rue, pour monter que le bistro était ouvert et avait un peu de monde. Cela a fonctionné, la vraie terrasse et la Grange elle-même étaient pleines vers 22h30. Les copains sur le parking ont commencé à rentrer chez eux et nous sommes restés seuls, avec Gilles. Ca commençait à cailler et le patron avait mis le chauffage à gaz. On a trouvé une table libre puis on a été rejoints par des vagues connaissances à lui.

En une soirée, en terrasse, toute ma tension était retombée. J'étais arrivé là avec une espèce de poids sur la poitrine. A la fermeture, vers 1 heures, j'étais zen.

Ceci est un billet de test, pour vérifier le bon fonctionnement la page Facebook associée à mesblogs. Quoi de mieux qu'un billet sur les terrasses pour vérifier une page qui s'appelle "Le Comptoir de Jégoun".

C'est étrange, moi qui ai été pendant des années un homme de comptoir, je deviens un client de terrasse dans les nouveaux bistros que je fréquente, pas trop quand je suis tout seul (sauf à l'Abri Côtier, à Arradon) vu que, dans ce cas, je cherche la solitude du comptoir, justement, mais quand je suis avec des potes voire, même, de plus en plus avec des collègues de bureau (c'est un des intérêts de La Défense, on trouve certains quartiers avec de belles terrasses, je vous conseille la partie située entre le métro « l'Esplanade » et la place des Corolles, voire jusqu'à Coeur Défense).

Pendant des années, ça me dérangeait presque d'aller en terrasse, sauf pendant les vacances, l'été, d'une part parce que c'est souvent plus cher (pas en Bretagne...), d'autre part, les premiers bistros où j'étais vraiment habitué (la Comète d'avant les travaux, l'Atelier et la Grenouille). Si j'allais en terrasse, c'est parce que les gens avec qui j'étais le voulaient.

Encore maintenant, à la Comète, ou la terrasse est si agréable l'été, je préfère largement manger au comptoir quand je suis seul.

Et toi ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !