11 avril 2007

Oui ! Ca vient ! Voilà des nouvelles !

Sophie me rappelle à l’ordre. Ce blog ne donne pas de nouvelles du Kremlin-Bicêtre depuis quelques temps.

Tous s’explique : il ne se passe pas grand-chose.

Je vous annonçais il y a six mois la fermeture d’un haut lieu de notre petite vie quotidienne et hebdomadaire, mensuelle ou annuelle : les Monts d’Aubrac, chef d’œuvre de la bistrologie de l’Avenue de Fontainebleau, au 56 si ma mémoire est bonne.

C’est maintenant définitivement cuit. Les bâtiments ont été rasés la semaine dernière.

Je vous annonçais, il y a une quinze de jours la revente de l’Aéro, mémorable symbole du troquetage de l’Avenue Eugène Thomas, au 2 je crois mais ma mémoire défaille.

Ben voilà. Les nouveaux patrons ont décidé de faire des travaux, ce qui n’est pas spécialement surprenant. C’est fermé pour quelques jours encore !

Il y a un avantage à la fermeture de ces bistros : ça va me faire des économies de cartes postales pendant les vacances. Mais…

La semaine dernière, nous nous réfugions à La Comète qui est située place de La Comète en ayant ainsi l’honneur de faire l’angle entre l’avenue de Fontainebleau et celle d’Eugène Thomas, les deux nous menant à la rue Jean Monet et à la rue Anatole France, le tout nous amenant place Victor Hugo où j’habite même si le GPS m’indique que je suis rue des Coquettes, ce qui n’est pas spécialement flatteur.

Et Paf ! Cinquième semaine ! La faute à Mitterrand et à ses sbires : la Comète est fermée pour une semaine.

Nos trois repères disloqués en même temps !

Obligés d’aller à l’Amandine, aimable brasserie que j’ai déjà évoquée !

Mais… Marcel le taxi et Miranda son épouse sont en vacances en Polynésie (ça rapporte la vente d’un taxi !), Ramdane est fâché avec Michel, le patron de l’Amandine, le vieux Jacques est encore à l’hosto (à se demander s’il ne lui ont pas fait un tarif de gros).

Christian et Hassan, quant à eux, ne savent pas où nous sommes, Jacky le Boucher est en vacances à Eurodisney (il va là bas quand il ne va pas à Center Park), Abdel l’ancien patron de l’Aéro a déménagé, Jacky, la copine du vieux ne sort pas quand il n’est pas là, Luigi a son fils pour les vacances, Jim est parti voir le sien dans le Nord, le beauf a disparu, son beauf aussi, probablement en vacances, Abdel, l’autre, n’a pas sorti son nez depuis une semaine, Régine et Michel ne viennent jamais dans nos bistros du sud de Bicêtre, …

Simon le Clochard est toujours là, à la sortie du métro. La Comète était probablement le seul bistro où il était toléré ! Il faut dire que c’est bien aéré.

Ca fait un peu désorganisé, tout ça. Le président de notre Amicale de Rencontres Bistrotiques, dit le gros Loïc, a mal fait son boulot !

Il aurait pu, par exemple, coordonner la fermeture de la Comète pour vacances avec celle de l’Aéro pour travaux.

Et ce Gros Loïc, me direz-vous, il est où ? Et Joël ? Et Djibrill ? Et Tonnegrande ? Et Bara ? Et Claude ? Et la Boulange ? et l’intermittent ?

Ces quatre personnes (oui, si on compte les surnoms !), 5 avec moi, sont toujours là. Au comptoir de l’Amandine qui a tendance à déborder devant nos carrures respectives qui nous font ressembler plus facilement à une équipe de sumo qu’à une équipe de rugby.

On a trouvé d’autres camarades antisarkosiques pour raconter des bêtises et refaire le monde ! Changer de bistro, ça fait un peu vacances !

8 commentaires:

  1. Preum's !

    Peut-être peux-tu en profiter pour lancer une campagne en vue des municipales. Sur le thème de la municipalité est nulle, elle ne respecte pas le libre droit à son bistrot local !
    Pour slogan, c'est facile : «un bistrot pour chacun»

    Peut-être même pourrait-on lancer une demande de «droit opposable au bistrot» ?

    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu n'as pas lu ma conclusion : changer de bistro, ça fait des vacances !

    RépondreSupprimer
  3. Mais si mais le ton de l'article c'est quand même vacances forcées !
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. ben ici sur notre petit cours (prononce course, c'est un peu comme une avenue supposée être bien piétone), eh ben ils n'ont rien trouvé de mieux que de commencer des travaux pharaoniques... donc 1 bistro et 1 resto sont privés de terrasse jusque....
    alors le centre névralgique est éventré, avec de la poussière et de trous et des tuyaux partout.
    heureusement que pour une fois il ne fait pas beau dans le sudeu deu la franceu... ça donne une bonne raison aux commerçants de pas être contents... "ah ben izauraient pas pu les faire en hiver les travaux".
    quant au marché, ben du coup il est au boulodrome jusqu'à ce que le "course" (tu suis?) soit fini. donc les gens qui font les marchés sont pas contents non plus, car qui dit boulodrome dit poussière... alors ma cops delphine qui vend des fringues ça l'énerve!!!! et celui qui vend du poisson donc (bon ben heureusement y'en a pas de poissonnier sur le marché...).
    mon copain phi vient de passer me voir de bistro voisin de mon lieu de travail, où il était en train d'égayer son moral à coups de bières et de whisky... il voulait voir le site des monty pyhton.
    au fait, c'est bistro ou bistrot? (de l'ancien françois des chti "boit is trop chlui'd'lal!!!" sa gueule à la maison où il a son sac).
    je suis hors sujet du billet, ben ça change un peu !!!

    RépondreSupprimer
  5. au fait, merci pour la vie de KB, oui ça me manquait, même si j'ai parfois du mal à suivre!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Bistro ou bistrot : les deux sont possibles (ça bien du russe bistro).

    RépondreSupprimer
  7. merci Tovaritch!!

    allez, à bientôt....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !