14 juillet 2014

Joies des voyages !

Quand j'ai réservé mon billet de retour, il n'y avait plus de place en seconde. J'ai donc pris une place en première. J'avais donc la place 11 dans la voiture 1. Je prends place mais j'étais furieux. Cette partie à l'avant du train avait un confort pire qu'une seconde normale. 

Quand la contrôleuse est passée, j'ai évite de gueuler, ça n'aurait servi à rien. 

À Rennes, une jeune fille s'assied en face de moi. 20 ans ? Grande, mince, gros nichons mais sale gueule. À un moment, elle se met à chercher quelque chose dans son grand sac à main. Et commence à le vider. Il y avait une demi douzaine de coques d'iPhone et des trucs féminins : brosses à cheveux, tampons,... Le tout me paraissait d'une hygiène très douteuse, plein de poussière. Ma première impression était la bonne. Malgré un corps fort sympathique, sa tronche m'avait débecté. Pourtant, je ne suis pas bégueule, en principe. 

Elle m'a paru nettement plus sympathique quand elle a sorti un décapsuleur du fond de son sac. 

Nous arrivons au Mans. Un type monte et revendique ma place. Je vérifie. Effectivement, je étais pas en voiture 1, place 11, mais voiture 11, classe 1. Le con. Je n'étais pas dans le bon train. 

Je décide donc de chercher une autre place mais le train était plein : voiture bar. Hop ! Une bière s'impose. 

Je m'installe près du "comptoir" et je commence à rédiger ce billet. Je ne sais plus comment je voulais conclure, d'ailleurs. 

Une petite dame se met à crier : on ne vend plus d'alcool ! Il y a plus de bière !

C'était ma contrôleuse. Elle se précipite vers moi : monsieur, cachez votre bière en vitesse. Je m'interroge quelques secondes. Était-elle devenue folle ? Non ! Elle était suivie pas un ivrogne défoncé qui voulait absolument à boire. Je cache ma bière dans sous ma veste. Le type finit par se mettre à côté de moi et elle est partie. J'ai donc passé trente minutes de voyages avec la main "autour" d'une bière sous un pan de ma veste !

Joie. 

10 commentaires:

  1. "SNCF, à nous de vous faire préférer le train"....sinon, la bière réchauffée en poche de veste ça se boit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Quand j'ai vu l'alerte, le l'ai vue cul sec, la canette était donc vide).

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui, hein ! Au fait, vous êtes toujours en France ?

      Supprimer
  3. Si on ne peut plus picoler tranquille !!!

    RépondreSupprimer
  4. "SNCF : à nous de vous faire aimer le wagon-bar !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part l'ivrogne en question, c'était beaucoup plus agréable que d'habitude...

      Supprimer
  5. " je étais pas en voiture 1, place 11, mais voiture 11, classe 1. Le con." C'est le moment de prendre un rendez-vous chez l’ophtalmo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! C'est surtout un problème d'attention et de changement des habitudes (généralement, il n'y a qu'un train qui part de St Brieuc, cette fois, 14 juillet oblige, deux rames étaient juxtaposées).

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !