01 décembre 2014

10 conseils pour le 2048 (et plus si affinités)

Vendredi, je mettais à profit mon voyage en train pour chercher des théories sur le jeu 2048 et vous sortais mes conclusions quant à une stratégie à adopter. Hier, j’ai profité du voyage de retour pour passer de la théorie à pratique et je ne suis pas mécontent de moi vu que j’ai frôlé le 4096 comme le montre l’illustration.

A noter que je ne suis pas spécialement fier. L’application fournit un classement : il y a 4 106 072 types à avoir fait un score meilleur que le mien. En outre, vendredi, j’ai donné deux mauvais conseils.

Le premier : j’ai dit que quand on avait perdu un coin, on avait peu de chance de le récupérer et qu’il valait mieux abandonner. C’est évidemment faux quand on commence une partie mais même après. D’ailleurs, pour le 2048 que j’ai fait hier, j’avais perdu un coin occupé par un 1024. Ce qu’il faut, c’est de ne pas se focaliser sur la possibilité de remettre ce bon chiffre dans un coin mais « recommencer à zéro » en faisant à nouveau un entassement des gros chiffres dans un coin. Celui que tu as perdu finira par s’y coller, c’est ainsi que j’ai mis mon 1024 à côté d’un 1024 dans le coin en bas à gauche.

Le deuxième : j’ai donné des conseils mais il ne s’agit que de tendances… Par exemple, j’ai dit qu’il fallait faire des suites, du genre « 128 – 64 – 32 – 16 » mais on s’en fout un peu vu que ce n’est pas toujours possible. Ce qu’il faut, c’est, systématiquement (à partir d’un certain stade du jeu, au début on peut faire n’importe quoi), c’est analyser tous les déplacements possibles et choisir le meilleur.

2048 n’est pas un jeu de réflexion ou de stratégie mais de patience et de hasard. On y joue pour passer le temps mais il faut du temps pour faire un bon score. Un trajet de métro, par exemple, ne suffira d’exceptionnellement à faire un 2048. Par contre, cette analyse doit se faire en un coup d’œil : c’est donc pour cela que les gens entrainés et rigoureux arrivent à battre des records (l’autre jour, j’étais à côté d’un lascar, dans le métro, justement, il jouait à une vitesse délirante et son meilleur score était de l’ordre de 60 000, contre 35 000 pour moi…).

Récapitulons les conseils.

Petit 1 : c’est un jeu de patience. Si tu comptes mettre à profit un trajet de métro de vingt minutes, tu n’auras pas fini ta partie ou tu auras fait n’importe quoi pour la boucler. Apprends donc à fermer calmement les parties pour les finir plus tard, sans avoir à te rappeler ce quel combinaison tu étais en train de faire.

Pour la suite, on va prendre un exemple que j’ai pris rien que pour vous : l’illustration à droite.


Petit 2 : tu choisis un angle dans lequel tu vas entasser les gros. Dans mon exemple, j’ai choisi en bas à gauche. Essaie de changer de coin périodiquement (ce que je n’arrive pas à faire) car, par moment, tu devras changer de logique.

Reviens à la première illustration. J’ai bien mon 2048 en bas à gauche, un 1024 à côté puis un 512 et un 256. Il me fallait, ensuite faire un 256 au-dessus de ce dernier, j’aurais alors pu faire un 512, à côté d’un 512, puis un 1024 à côté d’un 1024, puis un 2048 à côté d’un 2048 et hop ! un 4096… Le graal ! Je reviendrai sur les causes de mon échec mais une d’entre elle est qu’il fallait que je remplisse un coin en bas à droite alors que je ne suis habitué qu’aux coins en bas à gauche (du moins, je n’ai les réflexes que pour cela).  

Petit 3 : choisis une ligne et une colonne dans le prolongement du coin en question. Dans mes deux exemples, j’ai choisi la ligne du bas. Je vais faire une majorité des déplacements vers le bas, puis une majorité vers la gauche, quelques un vers la droite quand je ne peux franchement pas faire autant et tenter de ne jamais en faire vers le haut.

Petit 4 : non seulement, tu vas tenter d’entasser les gros chiffres en bas, plutôt vers la gauche (ou du moins dans l’angle que tu auras choisi), mais en plus, tu tenteras d’avoir toujours les quatre cases sur cette ligne du bas (celle que tu auras choisie, en fait) pour éviter qu’un déplacement forcé vers la droite fasse que tu perdes le coin. Remplir cette ligne ou cette colonne deviendra un des objectifs prioritaires dans le respect du petit 5.

Petit 5 : sur une ligne ou une colonne donnée, en fonction du point que tu auras choisis, essaie de n’avoir que des nombres allant croissant vers ce point (vers le bas ou vers la droite) : regarde la deuxième illustration, c’est ce que j’ai fait.

Petit 6 : si dans ces lignes croissantes (ou décroissantes), essaie d’avoir des nombres qui se suivent (voire le 2048 – 1024 –  512 – 256 de la dernière ligne de la première illustration).

Petit 7 : essaie de faire le ménage souvent pour avoir le plus de cases vides (le petit 6 t’y aidera beaucoup).

Tiens ! Un cas concret : mon deuxième exemple. Je fais un balayage vers la droite, un vers le bas et un vers la gauche.  Les deux 256 et les deux 64 seront superposés à l’issue du premier. Ils fusionneront donc à l’issue du second et les deux 512 fusionneront à l’issue du troisième. J’aurais donc une ligne du bas commençant par « 1024 – 128 – 32 ». La quatrième case sera soit vide, soit avec un 2 ou 4 selon le chiffre et l’emplacement du chiffre qui va entrer lors du troisième balayage. A l’issue de ces trois passes, j’aurai l’assurance que le reste ne sera pas trop en bordel et que je pourrais faire le tri rapidement pour respecter scrupuleusement la croissance (ou décroissance) de chaque ligne et la complétude de la ligne du bas en quelques « clics ».

A l’issue de ces trois passages, j’aurais libéré des cases et respecté le principe du coin et de la ligne prioritaire qui sera en plus dans le bon ordre…

Petit 8 : concentre-toi sur ces objectifs et oublie les autres, notamment ceux qui visent à faire des belles paires pour faire des gros chiffres.

Dans mon cas concert, j’aurais fait un 1024, c’est bien, mais ce n’est pas l’objectif, nous visons le 2048 ou le 4096 (ou plus, mais je donnerai la stratégie pour le 8192 quand je serai capable de l’avoir en ligne de mire, ce n’est pas demain la veille).

Alors, je vais analyser l’explication de mon échec à ce 4096 qui me tendait les bras pour faire une jolie illustration de billet de blog pour aboutir au conseil 9. Je vois trois raisons (et le non respect du premier conseil, mon train arrivait et j’aurais du attendre de terminer ma partie calmement  pour en sortir ou la sauvegarder pour plus tard).

La première : la faute à « pas de chance. N’oublions pas que 2048 est aussi un jeu de hasard.
Le deuxième : j’en ai déjà parlé dans ce billet. C’est que m’étant fixé pour objectif de remplir le coin en bas à droite à la place du coin en haut à gauche et je manque d’entrainement (ou de concentration pour changer d’objectif).
La troisième : le relâchement. Le but du jeu étant quasiment atteint, je ne pensais plus pouvoir échouer et j’ai fait n’importe quoi.

Petit 9 : ne pas relâcher la concentration.

Petit 10 : ne pas confondre le 2048 comme jeu de passe-temps ou d’occupation machinale et le 2048 comme jeu concours où il s’agit de faire des scores élevés.


ON NE RIGOLE PAS AVEC LE 2048, bordel.

2 commentaires:

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !