11 janvier 2016

Bowie et l'hommage de trop

David Bowie est mort. Je ne pleure pas l'artiste, je pleure une partie, une autre, de ma jeunesse, qui est partie. Je ne rejoints pas la meute d'hystériques dans Facebook et Twitter qui ne parlent que de cela aujourd'hui. N'allez pas croire que je snobe ou quoi que ce soit. Je suis fatigué de ces gens qui se croient obligés d'écrire "RIP Bowie" pour montrer qu'ils partagent les hommages. Demain, ils pleureront une autre andouille intergalactique. 

Je suis né en 1966 et j'avais un frère de 3 ans mon aîné. Je l'ai toujours d'ailleurs (mais depuis, je suis son aîné de 50kg). Alors, fatalement, je connais David Bowie depuis la nuit des temps. Adolescent, j'avais Aladdin Sane dans ma discothèque depuis toujours et l'écoutait souvent. 

Mais c'est en 1983 que je l'ai découvert tellement, la même annee que REM. J'étais en première et un nouveau est arrivé au cours de l'année. Il était plus vieux que nous de près de deux ans. Nous avions sympathisé pour des raisons qui m'échappent. Je soupçonne les profs d'avoir participé à cette relation pour faciliter son intégration. Il était bon en physique, j'étais bon en maths. Nos parents étaient profs et se connaissaient depuis des années. Ma mère était une amie d'enfance de la sienne, l'adolescence à la libération et tout ça. Je crois bien que son frère aîné était en classe avec le mien. Hervé et Denis. Je ne sais plus lequel est lequel. 

Toujours est-il qu'il était fan de Bowie et m'a prêté tous ses disques, à l'épique et je les avais enregistrés. Je n'écoutais plus que ça. De fait, Bowie est le type qui a fait la transition entre les conneries qu'on a pu écouter à 16 ans et les conneries qu'on écoutait ensuite. 

Ainsi, si je fais un parallèle entre David Bowie et REM, c'est que je parlais de ces dernier récemment en disant qu'allumer m'avait déplu et que je m'étais detourné. J'ignore celui qui m'a déplu chez Bowie. Probablement Let's Dance, aussi en 1983, trop dans le vent. De fait, ma passion pour Bowie a duré très peu de temps, pas mon admiration, éternelle. 

Ce matin, en apprenant sa mort, je me suis dit que cela faisait plus de trente ans que je n'avais pas écouté un de ses disques volontairement. Je l'ai probablement entendu à la radio ou lors d'une soirée mais j'ignore où sont passés le disque et les cassettes. Pourtant, je me suis mis à siffloter bêtement Ziggy Stardust. 

Les gens, dans Twitter et Facebook, partagez des souvenirs, pas des hommages grotesques. 

Merci. Un deuil c'est quelque chose d'intime, donc racontable. Je ne suis pas deuil. Je tourne une page. 

9 commentaires:

  1. "Ma mère était une amie d'enfance de la mienne"

    Et même de naissance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu ne commentes plus ce blog.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Au choix :
      1/ Une ancienne unité de mesure aujourd'hui remplacée par le sievert.
      2/ Rapid Eye Movement (en rosbif) ou MOR en froggy
      3/ Un groupe de rock qu'affectionne le taulier de céans.

      Z'êtes pas plus renseigné.... je sais.
      Je laisse le soin à Nicolas de vous éclairer plus avant quand vous le croiserez au détour d'une chopine.

      Supprimer
  3. Bon, je n'ai rien dit sur le sujet mais j'ai écouté son dernier album et ben...mis à part deux trois morceaux j'accroche pas trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un génie il y a trente ou quarante ans. Depuis...

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !