12 septembre 2009

Comett Show

431. C’est le nombre de billets que j’avais à lire, ce matin, avant d’entamer la rédaction du mon billet du jour. Deux jours d’absence et tout s’emballe. J’aurais du le faire hier soir, mais j’étais à la bourre… A force de faire des billets, je n’ai plus le temps de lire les autres…

C’est pour ça, d’ailleurs, que je suis arrivé en retard à la Comète, hier soir. Vers 19H15. Pour la première fois depuis le début de l’été, les portes étaient fermées, Avenue de Fontainebleau, ce qui fait qu’en passant devant, je n’ai vu que deux ombres, au comptoir. Les deux avaient une forme familière. La présence de Tonnégrande n’avait rien de surprenante mais celle du vieux Jacques m’a laissé sur le cul.

Nous étions fâché depuis la soirée de blogueur du 27 août. Je l’ai déjà raconté mais vous avez peut-être oublié. Je résume : à la fin de cette soirée, le vieux a commencé à rouspéter car les assiettes n’étaient pas assez pleine (alors qu’il était facile de faire la pute et d’aller chercher du rab à la cantine). Comme j’étais l’organisateur de la soirée, cette remarque m’a déplu. J’ai demandé au Vieux de fermer sa gueule. Il a cru que je lui faisais la morale et est parti fâché. Je ne lui ai pas fait la morale mais j’aurais du tenter de lui faire comprendre que quand un type se fatigue à organiser une soirée et qu’elle se passe très bien, on ne critique pas un détail.

J’entre. Je serre la paluche de mes deux loustics et commande un demi. Le vieux sort son porte-monnaie et le paye. Pas un mot échangé à part les amabilités d’usage avec Tonnegrande : « ta journée, ça a été ? ».

Je papote avec lui, Jacques nous ponctuant la discussion de quelques jeux de mot toujours aussi foireux. Il souriait. L’air d’avoir gagné une bataille. Une sorte de monarque regardant son peuple bienveillant.

J’ai immédiatement compris qu’il n’en était pas à son premier verre. J’ai aussi compris un détail : on était le 11 septembre. Les retraites sont versées le 10. Je ne suis pas sur mon blog politique : je peux donc dire des conneries. C’est amusant comment une partie de la population se prend pour le roi du monde lors du versement des prestations sociales. Vers le 4 ou 5 du mois, c’est le sommet, avec le RMI qui tombe…

J’avais rendez-vous avec Emilie et Jim à l’Amandine. Emilie devait m’offrir un verre pour ses 25 ans. Ils avaient fait une grosse soirée, mercredi soir, chez les parents d’Emilie pour fêter ça. L’avant-veille, Jim m’avait demandé si je n’avais pas une idée de cadeau. Je n’en avais pas alors pour rendre service, je lui ai dit : « Une demande en mariage ? ». Il l’a fait, l’andouille. Il m’a appelé, mercredi, alors que je dînais avec un Suisse Zinfluent, au cours de la soirée : « Oui, allo ! » « Hé ! Gros ! Je l’ai fait ! » « Hein ? Quoi ? » « Ce que tu m’as dit l’autre jour. » « Heu… » « La demande en mariage ! » « Ah ! Abruti, je plaisantais ! » « Ah ? » « Oui, enfin, j’espère que je serais témoin ! » « Heu… quoi ? ».

Cela dit, je ne suis pas inquiet : ce n'est pas la première fois qu'il lui fait la demande.

Je suis donc arrivé à l’Amandine, hier soir. J’ai dit à Michel : « Tiens ! Le Vieux est à la Comète. » « Oui, il est passé, je lui ai dit que tu le cherchais partout, et qu'il devrait aller te voir. » Jacques aurait alors répondu : « On va voir, je vais le laisser mariner ». Dix minutes après, il était en bas.

J’avais compris : le Vieux avait cru Michel et avait voulu faire preuve de magnanimité en faisant le premier pas. C’est pour ça qu’il trônait, Papy ! Persuadé que je serai reconnaissant. Ca me fait rigoler : on va probablement prendre l’apéro ensemble, ce midi. Il va m’inviter à manger (la retraite vient d’arriver) et je vais lui dire ses quatre vérités… Et lui faire comprendre que c’est lui qui me doit des excuses. Il va se fâcher à nouveau. Pouf pouf.

En début de soirée, quand j’étais avec lui et Tonnegrande au comptoir, ce dernier (mais non, pas le comptoir, Tonnegrande, suivez un peu, bordel !) reçoit un coup de fil sur son téléphone professionnel. Nous fermons immédiatement notre gueule : ça pouvait être son chef qui n’avait pas spécialement besoin de savoir qu’il était au bistro. Nous avons vite compris que c’était Marcel Le Fiacre.

La question n’est pas de savoir comment Marcel dispose du numéro de téléphone professionnel de Tonnégrande mais de savoir pourquoi il l’a appelé, lui, plutôt que, dans l’ordre logique : Jacques, moi puis le téléphone personnel de Tonnégrande. Le vide du crâne de Marcel est rempli de pensées sidérantes.

Marcel voulait parler à Jacques. Marcel voulait savoir qui était au comptoir car il ne veut pas parler à Seb.

Suivez, bordel ! J’ai aussi raconté cet épisode. Ils sont fâchés. Un dimanche midi, quelques semaines avant, nous étions à l’apéro, à la Comète. Première tournée, servie par Laurence. J’en commande une deuxième, Seb était derrière le bar. « Qu’est-ce tu bois ? » qu’il demande à Marcel. « Quoi ! Mais tu sais bien ce que je bois, je bois toujours pareil à cette heure-ci le dimanche ! » « Heu… Je ne suis jamais au comptoir le dimanche midi ». Marcel s’est fâché tout rouge, Seb aussi. Le patron s’en est mêlé…

Seb était au comptoir hier soir et Jacques le dit à Marcel. Marcel propose de changer de bistro ce que refuse Jacques qui propose à Marcel de boire un coup en terrasse. Au moment où Jacques raccroche, Marcel arrive. Il s’était caché entre la Comète et Leclerc pour appeler Jacques sur le téléphone professionnel de Tonnégrande pour demander qui était au comptoir.

« Le vide du crâne de Marcel est rempli de pensées sidérantes » disais-je.

Je ne comprends pas pourquoi les gens s'étonnent quand ils voient "Maison de Qualité" inscrit sur la porte de la Comète.

22 commentaires:

  1. Je n'ai ABSOLUMENT rien compris..
    Mais c'est pas grave, la citation "le vide du crâne de Marcel est rempli de pensées sidérantes" va me faire 15 jours..
    J'aime beaucoup les deux petits vieux du Muppet Show en illustration aussi, ça donne bien l'ambiance du truc..

    RépondreSupprimer
  2. Bon, il est 9h37, j'arrive à enfiler ce collier de mots exotiques jusqu'au bout, c'est un long collier dis donc! Pourquoi Seb, qui est un blogueur de gauche (mais y en a un autre de droite, non?) servait à boire à la Comète hier soir? Pour gagner plus en travaillant plus au noir? (je me permets cette saillie faussement raciste parce qu'on est au comptoir des âneries ; sur PMA j'aurais dit travail de couleur)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour numebeurwan, je note une coquille dans le 6e paragraphe : le RSA a remplacé le RMI, putain à quoi ça sert que Hirsch se décarcasse, hein ? D'autre part, je tiens à préciser pour tes lecteurs que le lien sur pute envoie sur un blog d'escort girl, allez-y les gars vous pouvez cliquer !

    RépondreSupprimer
  4. Emanu,

    Il n'y a rien à comprendre.

    Le Coucou,

    Ce n'est pas Seb, mais Seb, le loufiat de la Comète.

    Rimbus,

    Ce n'est pas une coquille (enfin si, mais volontaire).

    RépondreSupprimer
  5. et le suisse z'influent se maire quand avec le vieux Jacques finalement ? :)

    RépondreSupprimer
  6. tain j'essaie de suivre pourtan t! :)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne vois pas du tout ce que tu reproches aux jeux de mots (laids) du vieux Jacques. Je les trouve très biens moi !
    :-))

    [Entre la Cométe, l'Aéro, les Jacques, les Marcel et les Seb, il va falloir faire des schémas et des cartes pour s'y retrouver. Il n'y a que Tonnegrande qu'on retrouve à coup sûr !!! :-))].

    RépondreSupprimer
  8. Parce que tu ne passes pas une centaine de soirées (ou d'apéros) par an avec le vieux !

    RépondreSupprimer
  9. Purée !! Une radio du crâne du Vieux Jacques, ça doit être quelque chose !!

    A part ça, on ne sait pas qui servait au comptoir, n'empêche.
    Ni quand est le mariage.

    RépondreSupprimer
  10. (Heuuuuuu de Marcel le Fiacre, la radio)

    RépondreSupprimer
  11. Audine,

    Seb était au comptoir... Le mariage devrait être en mars ou avril (mais je vais étudier ça de plus près, jouer sur la date du mariage étant le seul truc honnête pour économiser des impôts...).

    RépondreSupprimer
  12. Alors alors, tu lui as dit ces quatres vérités ??

    RépondreSupprimer
  13. Bon du coup, on peut reprendre les jeux de mots foireux ici ? Ou pas ?

    RépondreSupprimer
  14. @ Balmeyer
    Oh oui, oh oui, surtout les tiens ! :)))
    @ Nicolas et aux autres
    Je vous suggère une map sur pearltrees pour répertorier toutes ces péripéties.

    RépondreSupprimer
  15. Ça, c'est du grand Nicolas J**** !

    RépondreSupprimer
  16. Ciguë,

    Je ne l'ai pas vu.

    Balmeyer,

    Non.

    Poison,

    Il faudrait prendre la moitié du blog;

    Jean,

    Merci.

    RépondreSupprimer
  17. Je suis ABSOLUMENT OUTREE..
    J'ai été TRAITEE DE FEIGNASSE sur le blog de Didier Goux..
    Comme quoi il ne serait pas à la hauteur de mon blog..
    Nicolas mon courroux est terrible..
    Ma vengeance ne le sera pas moins
    Tremble petit homme testostéroné tu vas subir une déferlante oestrogénique comme tu n'en connaîtras plus jamais !!

    RépondreSupprimer
  18. C'est bidon comme excuse..
    Essaie encore...

    RépondreSupprimer
  19. Tu vas te faire piétiner à coups de talons aiguille, toi...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !