27 septembre 2009

Oeil pour orteil !

Jeudi soir, j’étais à l’Amandine à faire les mots fléchés de France Soir avec Joël. Michel, le patron, nous interrompt pour nous dire que le coup de fil qu’il venait de recevoir était de son fils qui lui annonçait qu’il était au « quinze vingt » ! Je précise pour les touristes que c’est un hosto spécialisé pour les yeux. Il venait d’avoir un accident et son œil était salement touché. On a su vendredi soir qu’il ne perdrait pas son œil mais serait très gêné quelques temps.

L’autre événement du jeudi soir était l’absence de Tonnégrande au bistro. Je n’étais pas inquiet, juste surpris. Ce n’est pas le genre de gugusse qui oublie d’aller au bistro.

Vendredi, un peu avant midi, je reçois un mail m’informant que Tonnégrande avait commenté un de mes billets. Ce n’est pas son habitude de commenter pendant les heures de taf : j’en conclus qu’il est chez lui et comme il n’était pas au bistro la veille, je pense qu’il a un problème de santé (bénin puisqu’il commente les blogs). Je lui envoie un mail pour lui demander des nouvelles. Il me répond « j'ai peut-être pété mon orteil ». J’étais moi-même en réunion et lis son message en diagonale. Et le lis mal. Je lis : « j'ai peut-être pété mon œil » puisque je pensais en même temps au fils de Michel…

Ca devenait sérieux ! Je lui demande ce qui s’est passé. Je lui envoie un message de réconfort, du type « bah ! Ca n’empêche pas de boire » mais j’étais néanmoins très inquiet ! Pensez donc… Un pote qui vous apprend qu’il va peut-être perdre un œil.

Le vendredi soir, je mets les potes au courant. Samedi midi, j’avais rendez-vous pour l’apéro avec Corinne et sa mère à l’Aéro. Je leur annonce la mauvaise nouvelle. Idir, la patron, capte vaguement la conversation et dit « ah ! Dis donc ! Qu’est-ce qu’il boîte Tonnegrande ? » « Ah ? Tu l’as vu quand ? » « Avant-hier, je crois. » « Et il boitait, en plus ? » (je pensais à son œil) « Oui, il est trop gros, c’est pour ça ». Je n’ai pas démenti.

Je traverse pour aller à la Comète (Djibril m’invitait à déjeuner) et je reçois un SMS de Tonnégrande qui m’informe qu’il ne descend pas, son pied lui faisant trop mal. Je lui réponds « Et ton œil ? » Il me répond : « Quoi mon œil ? ». Heu… Je fouille mes archives de messages (vive l’iPhone) et hop ! Je me rends compte de ma bévue. Ce n’était pas l’œil mais l’orteil.

17 commentaires:

  1. Ah lala ! Que de malheurs ! :-(

    L'œil du fils de Michel, l'orteil de Tonnégrande ... j'espère qu'ils vont rapidement se rétablir !!!!!

    *** Bon dimanche ! Bisous ! ***

    RépondreSupprimer
  2. Obligé de ne pas aller à la Comète parce qu'il boite trop, sa femme a du approuver !
    :-))

    RépondreSupprimer
  3. Mais bien sûr !
    Ca crève les yeux.

    RépondreSupprimer
  4. Bah un orteil ça affecte pas le coude??

    RépondreSupprimer
  5. J'ai envie de dire "bon pied, bon oeil" et ben, ça y est, je l'ai dit.

    RépondreSupprimer
  6. Prière de ne pas associer mes malheurs à ceux de Michel l'Abruti.
    Merci

    RépondreSupprimer
  7. Qu'ils se rétablissent bien vite alors...je sais, je sais... quelquefois il faut être patient...

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas,
    Merci de ta sollicitude et de la transmission des informations dans l'ensemble du 94, mais en même temps, on ne m'a pas amputé.
    Et puis, c'est à l'orteil : imagine si le mal était ailleurs, tu vois la tête à Fiso ?

    RépondreSupprimer
  9. Mince, alors, j'ai loupé la case,
    c'est bien de jeffanne cela...

    RépondreSupprimer
  10. Jeffanne,
    Comme je le disais tout juste à Nicolas, ne t'inquiète pas, ce n'est que l'orteil qui est atteint

    RépondreSupprimer
  11. Euuuuhla..
    Faut arrêter la bière maître. Je vous y encourage...

    RépondreSupprimer
  12. Oui, ce n'est pas parce que Mr Tonnegrande fait une crise de goutte qu'il faille avertir tout le département.

    RépondreSupprimer
  13. Je proteste, Tonnegrande n'est pas gros !

    RépondreSupprimer
  14. Si. Ca fait combien de temps que vous ne l'avez pas vu ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !