16 juin 2012

Scènes de comptoir

Karim à un grand noir : allez ! Demain il faut voter, hein !
Le grand noir : vous nous faites chier avec vos élections, chez nous, quand on vote, les urnes sont remplies à l'avance.

Moi à Odette : bon, mon linge, [pour le repassage] je te l'amène demain ou dimanche prochain ?
Odette : je m'en fous, ce qui m'intéresse c'est pas quand tu me files du boulot, c'est quand tu me payes.

10 commentaires:

  1. Les choses de la vie.

    RépondreSupprimer
  2. Le grand noir, il a dit ça pour embêter Karim !
    Odette, elle fait sa chochotte ... en fait, elle adore repasser ton linge ! ... Mais plutôt crever que l'avouer ! ... ça c'est les femmes parisiennes, des fortes femmes !

    RépondreSupprimer
  3. Pff... c'est sûr ! ... c'est comme ça ...

    RépondreSupprimer
  4. Tiens...ça me rappelle un de mes billets:
    http://kalondour.blogspot.fr/2012/04/les-guignolsce-matin-7h-30je-vais.html

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !