14 juin 2012

Calme plat à Bicêtre

S’il ne se passe pas grand-chose, dans ce blog, c’est qu’il ne se passe pas grand-chose au Kremlin-Bicêtre. De fait, je n’ai fait aucun vrai billet depuis le 8, juste du remplissage en bonne et due forme. Vendredi, donc…

Dimanche soir : j’ai revu Djibril. Ca faisait trois semaines. Cette andouille était partie au Sénégal deux semaines puis, semble-t-il, avait oublié de venir au bistro pendant une semaine. Je crois qu’il est réapparu à l’Aéro samedi. Je l’ai revu mardi et hier soir mais en coup de vent. C’était la soirée électorale et Karim n’avait pas envie de fermer, préférant regarder la télé tout en s’engueulant avec les clients du comptoir.

Lundi soir : j’ai revu Corinne et sa mère. Ca faisait deux semaines. Elles étaient parties une semaine à la campagne puis leur ascenseur a été en panne pendant une semaine. Mamie n’a pas pu descendre. Cette soirée du lundi, je me suis dévoué pour faire à moi tout seul à peu près 50% du chiffre d’affaire tant la commune semblait morte. J’ai été pris d’une fringale vers 23h, ayant oublié de manger à la Comète, mais, stupeur : mon frigo était vide. Suis-je le seul type au monde de mon âge à me faire cuire des patates à onze heures du soir alors qu’il embauche à 8 heures le lendemain ?

Mardi soir : je crois bien que j’ai vu Djibril et Ramdane (mon colloc). Le chiffre d’affaire était légèrement plus important mais la commune était relativement morte. Bizarre, ce début de semaine. J’ai pu boire un coup avec des gugusses de l’équipe du Maire, qui se présentait au législative et était arrivée en tête. Compte tenu de l’absence de droite à Bicêtre et du désistement républicain de l’autre candidat de gauche, le député sortant, il sera le seul candidat dimanche prochain. Nous avons fêté la victoire.

Mercredi soir : en début de soirée, j’étais avec Corinne et sa mère et j’ai vu Djibril ensuite. Il y avait quelques clients à la Comète. Très crescendo, cette semaine ! Par contre, rien à signaler…  Ah ! Si ! J’ai mangé avec « Laverdure » et son pote qui bossent dans la même société, un machin de paysagiste qui emploie des gens qui ont été bercés trop près du mur quand ils étaient petits.

J’espèce que la soirée du jeudi sera un peu plus animée.

Quelqu’un peut écrire au patron de Tonnégrande pour qu’il arrête de l’envoyer en mission en province plusieurs jours de suite ?

4 commentaires:

  1. Oh là, ce billet sent la lassitude, presque la déprime. Vivement Samedi, merde!!
    PS : Bonne soirée quand même, le plein du frigo (au cas où) c'est maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mais pas du tout. C'est morose pour le bistro, moi je papote avec le serveur.

      Supprimer
  2. Attends... Je monte bientôt, on ira vider des fûts.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !