18 août 2015

Imbéciles automobilistes

Dans les Côtes d'Armor, il y a une tradition de dire que les braves gens du Morbihan conduisent comme des cochons. C'est de bonne guerre mais je ne rentrerais pas dans ces considérations proches de la xénophobie, du nationalisme, voire du pétainisme. Il n'empêche que je peux affirmer suite à une constatation personnelle : dans le Morbihan, les gens, quelles que soient leurs origines, hein ! Pas de racisme, conduisent comme des cochons. C'est un peu comme si à la frontière entre la France et l'Angleterre, les gens se mettaient à conduire à gauche. Cela n'a rien à voir avec le sang, c'est purement une question de sol.

Hier, à Baud, je m'élançais dans la quatre voies pour Hennebont (en gros, c'est celle qui va de Rennes à Lorient mais je n'étais pas à Rennes et je n'ai rien à cirer de Lorient). Me voilà à suivre un 4x4 Volkswagen. Déjà pour acheter ce genre de caisse, il faut être un peu tordu. En plus, il était marron. Vous imaginez une voiture marron en 2015 ? Non, bien sûr.

La vitesse était limitée à 110 et il roulait à 110. Vous vous dites qu'on pourrait le féliciter. Non. Il roulait toujours à 110. Moi, avec la Twingo, j'aime bien faire des pointes à 115 ou 120 dans les bas des descentes pour avoir de l'élan pour monter. Je sais, je fais des infractions, c'est mal, mais tant que je ne bois pas plus que les gendarmes, hein ! Je fais très peu d'infractions, néanmoins, mais quand il y a une montée, je prends de l'élan. Cela évite de se retrouver à 70 en haut...

Je me permets donc d'avoir l'outrecuidance de pousser un pointe de vitesse à 116 pour le doubler dans le bas de la descente. Arrivé à la moitié de la côte, mon élan était mort et mon ralentissement était notoire au point que Michel Sapin aurait du mal à l'expliquer. Le type me double. La routine. Puis il se met lui-même à ralentir, comme s'il avait peur de me semer. Sur la portion plate, après la montée, il roulait à 105 et je le suivais. Comme c'est limité à 110, cela me gonflait, j'ai donc essayé de le doubler. J'ai accéléré. Lui aussi. Il ne pouvait probablement pas supporter qu'un type avec une petite voiture puisse le narguer comme si j'en avait quelque chose à cirer.

Dans la descente suivante, je voyais un côte arriver, j'ai donc par réflexe tenter de prendre un peu d'élan mais l'andouille a continuer à accélérer. Nous montons et nous retrouvons à nouveau dans du plat. Comme cela me gonflait de suivre depuis une vingtaine de kilomètres le même type avec une vitesse irrégulière et grotesque, j'ai décidé de le doubler réellement. J'accélère donc. Il repère mon manège et accélère à nouveau. Alors j'ai continué. C'est mon côté joueur. Ne le dites pas à la police mais, à un moment, on a dépassé le 130 et lui continuait à accélérer pour m'empêcher de passer.

Voyant le compteur, je dis : ah merde ! Et je ralentis, jusqu'à un peu plus de 110. Pris par son élan, il m'a mis quelques centaines de mètres dans la vue. Il lui semblait probablement avoir gagné une large victoire, lui avec son gros 4x4 allemand et moi ma misérable Twingo 1,2l. Je m'en foutais, je n'avais plus personne devant qui m'emmerdait (ben oui, respecter les distances de sécurité et tout ça n'est pas facile quand vous avez un type qui a une vitesse non régulière et que, vous-mêmes, vous tirez la langue quand ça monte).

Je ne sais pas ce qui est passé dans le cerveau de cette crevure mais il a commencé à rouler à moins de 110. Je l'ai rattrapé.

Il a de ces cons.

Arrivé à Hennebont, je change « d'autoroute » pour aller vers Auray, et me voilà à suivre une voiture rouge avec un  « A » derrière. Sans la moindre méchanceté, je me dis que ce type était un jeune conducteur dont la vitesse était limitée à 90. En sortant de la voie d'accélération, je me mets donc sur la file de gauche et j'accélère. Lui aussi. Je dis : ah, encore un... Du coup, j'ai recommencé à jouer, comme avec l'autre. Je vous assurer qu'on a fait Hennebont – Auray l'un derrière l'autre, avec une vitesse que je choisissais tout en étant derrière, entre 105 et 125.

A Auray, je sors, et je tombe sur un petit vieux qui ne savait pas où il allait et qui ne savait pas prendre un rond point.

Bref. Ils m'ont énervé.

10 commentaires:

  1. Je connais le premier, c'est Parrillo, il vient de me le dire

    RépondreSupprimer
  2. Le gros con en 4x4 ne connaît pas le limiteur ou le régulateur de vitesse. Je trouve agaçant d'avoir une telle voiture sans utiliser ses "capacités".
    Mais on conduit toujours mieux que son voisin...

    RépondreSupprimer
  3. Le gros con en 4x4 ne connaît pas le limiteur ou le régulateur de vitesse. Je trouve agaçant d'avoir une telle voiture sans utiliser ses "capacités".
    Mais on conduit toujours mieux que son voisin...

    RépondreSupprimer
  4. Vers minuit sur la quatre voies ?

    RépondreSupprimer
  5. Vers minuit sur la quatre voies ?

    RépondreSupprimer
  6. Vers minuit sur la quatre voies ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis farci un lourdingue à ct'heure la avec son touareg. Et pourquoi mes com passent 4 fois ? Même le edge déconne dans le Morbihan ?

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !