02 octobre 2015

Partageons ma tournée

Je suis arrivé tard à la Comète ce soir, vers 21h45. 

C'est compliqué. Il y a toujours des cons qui ne comprennent pas que les bistros ferment quand il est tard. 

Il y avait Odette, au comptoir et celui qu'on appelle "son amant" par pure méchanceté vu qu'elle m'héberge. Ca l'a fait rigoler, elle pas lui. Et deux ou trois lascars qui sont partis rapidement sauf les deux connards en terrasse. Voir la photo. 

Sortant d'heures de travail et d'une heure de métro, je bois une demi douzaine de bières cul sec pour calmer la soif, tout en lisant mes mails. Et je reviens dans la vraie vie. Je commande donc une tournée pour "chapeau" (l'autre surnom de l'amant), Odette et moi. Je le fais à peu près tous les soirs mais, cette fois, c'était interresé. Je suis probablement un des seuls types au monde à payer sa repasseuse en liquide, au sens propre du terme. On est au top de la fraude fiscale : elle repasse mes chemises pour me rendre service et je lui paye des verres quand elle a soif. 

En plus je suis perdant. Elle a très soif. 

Odette boit le verre et nous salue. Chapeau commence à gueuler : hé ! Tu as payé un verre à Nicolas ? Il t'en a payé un. 

Nous entrons dans une espèce de troisième dimension.  Odette n'a pas de pognon mais cet imbécile qui n'en a pas plus voulait la forcer à payer une tournée complète. 

Alors je l'engueule, genre : putain de bordel, si je vous offre un verre, ce n'est pas pour que vous m'en offriez un après. 

C'est évidemment un truc d'ivrognes. J'offre un verre à Odette parce qu'elle va repasser mon linge (il faudrait qu'on en parle à Bercy, de l'économie du troc) et à lui pour qu'il commande une autre tournée. 

Et il continue à engueuler Odette : comment ca tu lui payes pas un verre? 

Le ton monte. Je me fâche. Il entre dans une colère monstre contre Odette. Qui se casse. Il reste seul. Alors je l'engueule : hé ho plutôt que de gueuler contre ceux qui ne payent pas de verre tu pourrais pas en payer un pour une fois ?

Il est parti fâché. 

7 commentaires:

  1. Ben voilà.
    ça ne serait pas arrivé avec Céline Pina.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne sait jamais avec les féministes. (J'ai fait un billet sur macomete.com).

      Supprimer

  2. C'est compliqué les relations humaines : on fait tout pour être arrangeant et ça dégénère quand même, c'est à désespérer du genre humain.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !