24 mai 2016

Plat préparé

Mon estomac fut tardivement envahi par la faim ce soir, ce qui fait qu'à 23 heures, je me suis rendu compte que je n'avais pas dîné. J'ai donc décidé de me faire chauffer la première barquette qui me passait par la main. Hop ! Dans le microonde.

J'ai ensuite regardé l'emballage et vu que j'allais manger une tartiflette au reblochon. Bêtement, je me suis demandé si je n'allais dévorer un pléonasme. 

C'est après avoir terminé mon plat que je me suis demandé comment l'industriel avait réussi à introduire un goût de moisi entre les pommes de terre pour faire croire à l'honnête consommateur qu'il avait effectivement dégusté un plat traditionnel. 

4 commentaires:

  1. Si c'est comme avec les vins liquoreux qui sont préparés à partir de "pourritures nobles", c'est normal

    RépondreSupprimer
  2. A force de vouloir nous faire manger du bio local, on ne reconnait plus le gout des bonnes choses...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !