29 mai 2016

Une fête des mères pour Geneviève ?

J'ai déjà parlé de Geneviève dans mon blog. Une pochetronne de Bicètre sans trop de pognon. Finalement, comme elle est souvent au bistro, elle fait partie des meubles et on l'aime bien alors on lui offre quelques verres. Elle a néanmoins un gros défaut : elle parle beaucoup et comme les gens en ont marre et ne veulent plus l'écouter et elle s'adresse aux inconnus et elle leur raconte sa vie. C'est plusieurs fois par mois que je me fais passer pour le patron et vais sauver de jeunes couples qui aspirent à la paix en terrasse en l'engueulant : "laisse les tranquilles !" 

Une fois, comme elle insistait, je me suis réellement fâché et elle a fondu en larmes. Tristesse presque feinte de la poivrotte...

Vendredi soir, elle parlait avec Odette et j'étais à côté. Elle se vantait d'envoyer chaque année des fleurs à sa mère pour 100 euros. Elle l'a dit une dizaine de fois alors j'ai répondu qu'elle nous cassait les couilles. J'avais surtout pitié d'Odette qui n'a pas les moyens d'envoyer des fleurs et ne verra encore pas ses enfants cette annee. 

Je lui ai dit que c'était facile d'envoyer des fleurs. Moi-même j'en ai envoyé à ma mère, ça m'a pris deux minutes. Je lui ai dit que sa mère s'en foutait du prix des fleurs et que ce qui lui fait plaisir c'est de savoir qu'on pense a elle. Je lui ai même dit que si j'envoyais pour 100 euros de fleurs à ma mère, elle m'engueulerait parce que je fais n'importe quoi de mon pognon. 

Alors, j'ai dit demandé à Geneviève depuis quand elle n'avait pas vu sa mère. Trois ans. Je lui ai rappelé que je voyais la mienne toutes les trois semaines et qu'elle ferait mieux d'aller voir la sienne plus souvent. Elle m'a répondu que c'était trop cher. Et elle envoie pour cent euros de fleurs...

N'allez pas voir la moindre méchanceté chez moi, mais plutôt que de boire une dizaine de kirs à 2€50 par jour (certes, la moitié offerte) tout en bassinant les autres avec sa propre famille, ses enfants,... il était temps de l'avoiner, de la replonger dans la vraie vie. De ne pas réduire sa mère à ces 100 euros qu'elle dépense tous les ans. 4 jours de kirs. Elle a à nouveau commencé à pleurer, des larmes de crocodile pour émouvoir Odette qui s'est pourtant foutue de sa gueule. 

Un drame de la bêtise, de la solitude, de l'alcoolisme. D'une vie. 

Surtout de la bêtise. 

1 commentaire:

  1. Je le trouve triste ce billet, et joli à la fois. En tous cas je vois bien le "tableau" (je pense connaître les,personnages), et oui tu as raison. Faut voir les gens qu'on aime, c'est mieux que 100 € d'Interflora.

    (Sinon je n'aime pas du tout les kirs de bar mais c'est une autre sujet ca)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !