02 juin 2014

Voyage en train

J’aime bien les week-ends de quatre jours bien reposants et tout ça mais il se trouve que je ne suis visiblement pas le seul : les couples avec des enfants non scolarisés sont comme moi et, comme des andouilles, choisissent de voyager dans mon train, voire dans ma voiture…

C’est assez rare ! Généralement, les familles voyagent en automobile. Si l’on trouve des enfants dans les trains, ils sont généralement avec des grands parents ou des parents que l’on appelle maintenant isolés.

Qui porte la culotte ?

Moi, vous me connaissez ! A force de fréquenter des militantes féministes à gros airbags, je suis politiquement correct. Je défends l’égalité des hommes et des femmes mais il se trouve que dans ces couples modernes, les femmes ont une conception assez particulière de l’égalité.

Voila l’égalité dans un couple moderne : la femme porte la culotte et l’homme ferme sa gueule pour avoir la paix. Globalement, madame gazouille avec les petits et envoie monsieur faire les corvées du genre aller faire chauffer le biberon au wagon bar, marcher dans les allées avec les gamins qui ont envie de marcher, emmener les petits aux toilettes, descendre le sac pour chercher le doudou (après s’être fait engueulé parce qu’il ne l’avait pas fait avant), donner la becquetée… Il y a une seule exception : c’est madame qui va changer les couches. Sans doute a-t-elle peur que monsieur fasse mal le travail.

Elles sont particulièrement rusées. Elles ne vont pas demander à leurs dignes conjoints de faire tel ou tel truc. Elles vont demander à l’enfant : tu veux que papa aille te cherche un paquet de chips au wagon bar ? Ainsi, elles pensent sans doute mettre le père en valeur (peut-être celui-ci est-il dupe ?) et mettent la responsabilité de la corvée sur le dos du gamin.

Ceci n’est pas un raccourci de ma part c’est une observation statistique auprès de plusieurs couples au cours de mes deux trajets de ce week-end.

J’en ai même entendu une, à Montparnasse, qui a dit : occupe-toi des mômes, je vais porter les valises ? L’air de dire, il faut que je fasse ton job, mon lascar, c’est bien moi l’homme de la maison… Comme s’il était facile de sortir d’un train avec un môme de quelques mois dans les bras et un autre de deux ans qui marche avec…

Sacrée SNCF !

Je vais revenir à mes familles après un intermède.

Dans le temps, pour réserver un billet de train, j’allais sur internet, je tapais la gare de départ (Montparnasse), celle d’arrivée (Loudéac), les dates d’aller et de retour ainsi que les heures approximatives… Ce brave site internet de la SNCF me proposait les trains disponibles et je pouvais acheter les réservations et billets.

Depuis quelques temps, ce n’est plus la SNCF qui est en charge du car entre Saint-Brieuc et Loudéac mais le Conseil régional. Ca se passait bien jusqu’il y a quelques mois, deux ou trois peut-être. Maintenant, le serveur internet de la SNCF ne donne pas de manière correcte les cars, surtout d’un mois à l’autre. Il ne trouve pas tous les trajets et, quand il trouve un trajet, finit par indiquer qu’il n’y a plus de place dans un des trajets mais sans dire lequel… Si vous réservez uniquement le train, cela fonctionne correctement. C’est délirant…

En outre, la compagnie de car (qui agit au nom du Conseil régional) n’adapte pas ses horaires lors des changements de ceux de la SNCF (de fait, beaucoup de ceux qui prennent le car ne sortent pas d’un train). La conséquence est que j’ai moins de 10 minutes de marges le dimanche après-midi, ce qui est amplement suffisant si tout va bien mais les horaires de car ne sont pas toujours respectés…

Silence !

La conséquence de la présence d’enfants dans le train est le bruit qui est parfois très gênant (jeudi matin, par exemple, j’avais la tête dans le cul et il m’était impossible de dormir). Le problème des parents est qu’ils ne se rendent pas compte que les bruits qu’ils font pour empêcher leurs gamins d’en faire est beaucoup plus gênant que les éventuels cris de mômes qui jouent.

Au retour, par exemple, dans le TER entre Saint-Brieuc et Rennes (c’était l’objet de ma section précédente, avec ses andouilles du site web de la SNCF, trouver un trajet entre Loudéac et Paris est impossible et aboutit à des trajets idiots), une dame faisait des « jeux éducatif » avec sa fille ce qui nécessitait des questions orales…

Une autre, à l’aller, n’arrêtait pas de chuchoter…

Mais le comble a été atteint au retour avec une espèce de pimbêche, que l’on sentait péter plus haut que son cul, le genre de petite bourgeoise à la mord moi le nœud. Pour vous dire, à un moment, s’est mise à chanter des chansons enfantines pour occuper son gamin.

Avant, juste au moment où le TGV démarrait de Rennes, ce moment privilégié où l’on a tendance à s’endormir avec les tressautements du train et ce bruit régulier,… elle a commencé à lire la biographie de Chateaubriand à haute voix sur son smartphone (pour son conjoint, je suppose). Je bouillais, l’envie de la faire fermer sa gueule à coup de pompes dans la mâchoire…

Ces crétins, tellement habitués au bruit de leurs mômes, finissent par oublier qu’il y a d’autres gens autour d’eux.

A l’aller, un bébé se réveille, la mère l’a pris sur ces genoux et a demandé au père de prendre le biberon dans le sac. Le père se lève et commence à sortir les machins dans le sac (de la poudre, du lait,…) et commence à faire le biberon debout, avant l’aller le faire chauffer au wagon bar. La mère n’arrêtait pas de lui demander de lui refiler le tout parce que ça serait plus facile pour elle vu qu’elle était assise. Le père, piqué au vif, continuait à faire ses manipulations en restant debout, en lui répondant, en gros, qu’il savait faire.

Un peu après, le fils aîné (disons deux ans) voulait aller aux toilettes. La mère a alors suggéré au père de l’emmener. Le père voulait le porter mais le gamin voulait marcher. Le père a donc voulu remettre ses chaussures au petit mais ce dernier ne voulait pas, la mère a donc engueulé le père en lui disant qu’il n’avait qu’à le porter, le père a donc pris le fils dans ses bras mais il s’est mis à crier en disant qu’il voulait marcher. La mère a donc à nouveau engueulé le père parce qu’il était trop fainéant pour mettre les chaussures…

Vient le moment où l’enfant fatigué refuse de dormir et se met à pleurer avec sa mère débile qui essaie de le calmer en chuchotant bien fort pour bien montrer à tout le wagon qu’elle chuchote et essaie de calmer le bébé qui crie…

Essayez de dormir avec ça…

11 commentaires:

  1. (^‿^) ❀

    Ah ! ce n'est pas simple quand on veut avoir le calme dans le train !!!
    Je te comprends Nico !

    Concernant la famille, les enfants, le couple et les rapports hommes/femmes c'est certain que les choses ont beaucoup évoluées ... et pas toujours dans le bon sens malheureusement !

    bises d'Asie et bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment dommage qu'il n'y ait pas de wagons lit en journée, ton problème serait réglé

    RépondreSupprimer
  3. Je ne comprendrai jamais pourquoi vous avez abandonné la voiture pour cette abomination qu'est devenu le train, apparemment.

    Cela dit, vous pourriez commencer par voyager en première classe, comme le font tous les gens un tant soit peu civilisé : songez, à la place des hurlements de petits singes et de leurs génitrices, au bruissement soyeux des pages saumon du Figaro…

    RépondreSupprimer
  4. C'est blindé de clichés sur le "nouveau modèle parentale" ! Fais des gosses, ensuite on en rediscute ! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Elle avait l'air gratinée ta conasse cagolisante qui gueulait... (Les pires)

    RépondreSupprimer
  6. Vertigineuse (et magnifique) description du rapport Homme/Femme/Môme Casse-Couilles toujours un peu en représentation, lorsqu'il s'agit d'un train.
    Me suis bien marré, c'est très vrai.
    "Voila l’égalité dans un couple moderne : la femme porte la culotte et l’homme ferme sa gueule pour avoir la paix"
    HAHAHAHA...

    RépondreSupprimer
  7. La "conquête" des femmes serait-elle passée de l'intimité du couple à un affichage extérieur définitif (et sans contestation) de sa domination ? (jusqu'à humilier un peu Dugland en public)


    RépondreSupprimer
  8. Les voyages forment la jeunesse mais consternent la vieillesse, c'est comme ça :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !