21 juillet 2015

De rien ! Merci.

Les aléas des travaux à La Défense font que j'arrive à mon bistro par un escalier ce qui fait que j'ai une vue plongeante sur la terrasse. Si vous ne comprenez rien à ce billet, vous n'avez qu'à picoler dans les mêmes rades que moi.

Toujours est-il que j'étais surpris par le note de gens qui buvaient seuls en terrasse. Moi, quand je bois seul, c'est au comptoir. 

Alors je me suis arrêté sur les marches. Il y avait une dame qui savourait une anisette et un type qui buvait une bière d'abbaye. Ils boivent ce qu'ils veulent. Je m'en fous. Mais à 20h, je ne vais pas seul en terrasse. Je vais au comptoir ou je rentre chez moi. 

Tristesse de la solitude. 

8 commentaires:

  1. ou solitude de la tristesse qui parfois pousse a boire seul

    RépondreSupprimer
  2. Comme je ne peux décemment pas être d'accord avec TOUS vos billets, je vais m'inscrire en faux contre celui-ci : boire seul en terrasse est une non-activité qui peut être fort agréable. On réfléchit mollement à des tas de choses, tout en étant à la bonne hauteur pour voir passer les petits culs. De plus, si on a la chance que la terrasse soit à peu près vide, cela permet de ne pas entendre les conneries débitées par les autres consommateurs.

    RépondreSupprimer
  3. ça ne me viendrait même pas à l'idée d'aller boire un verre au comptoir. Alors qu'en terrasse, seule, savourant un petit moment de tranquillité, souvent...

    RépondreSupprimer
  4. Suzanne, Didier, Jacques,

    Il s'agit d'une brasserie entre les tours de La Défense, dans une vague zone commerciale. Le genre du bistro où l'on ne va en terrasse qu'avec les collègues après 19 heures, ou, comme moi, on s'enfile un demi au comptoir parce que le service est plus rapide, c'est moins cher et parce que les solitaires sont au comptoir et il y règne un silence parfait à part le bruit de la routine du bistro, les serveurs qui crient les commandes et les gens qui viennent payer.

    RépondreSupprimer

  5. "Il s'agit d'une brasserie entre les tours de La Défense, dans une vague zone commerciale."

    On dirait le début d'un polar. L'ambiance (raisonnablement sinistre) est plantée, des choses horribles vont se passer.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !