13 mai 2008

Les poubelles des supermarchés

Dieu me confie une mission urgente : rédiger un long billet sur les poubelles de supermarchés. Pourtant Dieu sait que je ne suis pas un spécialiste des poubelles. Tiens ! Ca me fait penser… Il faut que je pense à vider la mienne ce soir et à changer les draps, ce qui n’a rien à voir, mais la femme de ménage passe demain et j’ai horreur de passer pour un gros dégueulasse.

Par contre, je connais assez bien les supermarchés. Dieu voit tout et sait que je passe parfois boire une pression à la Comète, au Kremlin-Bicêtre, aimable bistro qui se trouve juste à côté d’un supermarché Leclerc.

D’un autre côté, je ne vois pas bien les poubelles. Il faut dire qu’elles sont d’un autre côté, avenue Eugène-Quicoulol, comme dirait l’autre.

Au Kremlin-Bicêtre, nous avons bien notre dose de SDF susceptibles de faire les poubelles, notamment Simon le Clochard (je précise que ce n'est pas la photo qui est floue mais Simon le Clochard et qu'il a effectivement un cendrier sur la tête : nous sommes joueurs). Le problème est qu’on ne le voit plus. L’ancien patron de la Comète, Jean, triait sa recette comme l’atteste cette vidéo de notre informateur anonyme. Le nouveau patron, Patrick, par contre, ne peut pas le sentir. Pour être plus précis, il ne veut pas le sentir car Simon ne sent pas bon. Surtout quand il pisse sur le comptoir. Les patrons de bistros sont comme ça… Enfin ! Le résultat est que :

Petit 1 : nous n’avons plus à supporter l’odeur de Simon à la Comète.
Petit 2 : j’ai perdu le principal témoin qui aurait pu me permettre de raconter des conneries sur les poubelles de Leclerc.

Pourtant, Simon rend des services à Leclerc. Par exemple, le matin, quand les livreurs arrivent avant le patron du Leclerc, ils déposent les palettes devant l’entrée de service et Simon signe le reçu en se faisant passer pour le patron. Les livreurs n’ont pas le nez très fin et je me demande si leur conscience professionnelle ne gagnerait pas à être réévaluée.

A propos de la Comète, il y a une anecdote que je voulais raconter dans le blog hier soir, avant que le Vieux Jacques ne m’appelle pour m’offrir un rafraîchissement car il doit partir en congés. D’ailleurs, comme la Comète fermait de bonne hier soir, le Vieux nous a dit : « Bon, ben je vous paye un coup en face, à l’Aéro ». Marcel, qui passait par là, lui a répondu : « Non ! Je te ramène maintenant chez toi ». Le Vieux : « Mais non je vais rentrer en bus ». Marcel : « Non ». Du coup le Vieux s’est barré avec Marcel sans même nous payer un verre ! Il est gonflé et Marcel a une mauvaise influence sur lui. Aujourd’hui, le Vieux devait partir voir Marcel, pas lui, l’autre, son Vieux à lui, pour deux semaines. Comme il sort de trois semaines d’hosto suite à une maladie qu’il a choppée avec sa chère et tendre en s’adonnant à des pratiques certes amusantes mais probablement illégales et certainement contraires à la morale. Du coup, hier soir, c’était la seule et dernière occasion que nous avions de se foutre de sa gueule pendant plusieurs semaines.

C’est malin.

Bon l’anecdote.

Nous avons une espèce de folle à la Comète. Tous les jours, elle vient après le boulot. Elle est con comme… heu… une bitte d’amarrage, parle très fort, raconte toute sa vie et adresse la parole à tous les clients.

Tous les soirs, quand je viens à la Comète spécialement pour me désaltérer en observant les poubelles de chez Leclerc pour faire un joli billet sur le sujet, elle cause, cause, causse, … J’ai recommandé aux patrons de la virer… mais je dois reconnaître que virer une cliente qui se tape son litre de Kir tous les jours, c’est mauvais pour les affaires.

Elle m’exaspère. Elle exaspère tout le monde.

L’autre jour, il y avait un jeune client, type « minet 18 ans » qui s’enfilait un demi à défaut s’enfiler le serveur. Il parait qu’il a de beaux yeux. Pas le serveur, Jim qui a les yeux exorbités, même qu’il serait surpris que ça s’écrive en un seul mot, mais le minet. Elle se tourne vers lui, et lui « ooooohhhhh, les yeux ».

Evident, on était pliés de rire, la patronne, Jim et moi, mais la question n’est pas là. Le môme était tout rouge.

Hier soir, je rentre de Bretagne vers 16h15 après 6 heures de route. J’avais bien mérité de me taper une 1664. Je gare la voiture et fonce au bistro avant même de défaire mes bagages volumineux.

La patronne : « Ah ! Bonjour Nicolas ! La route s’est bien passée ? »
Moi : « Oh ! Non, j’en ai chié, y’avait plein de monde, ils ont tous eu la même idée que moi, les cons : partir le matin ».
La folle : « Mais pourquoi vous n’êtes pas parti hier, ça aurait roulé mieux. ».

J’aurais pu lui répondre subtilement : « Oui, j’aurais pu aussi partir samedi matin, j’aurais été peinard », j’ai crié (d’où les majuscules) : « AAAHRG ! JE PARS QUAND JE VEUX BORDEL ! ».

Elle n’a pas aimé. Les gens sont susceptibles. Je ne comprends pas. Tous les autres clients étaient pliés de rire.

Bien. Il n’est pas joli mon billet sur les poubelles des supermarchés ?

9 commentaires:

  1. Si, il est très bien. D'ailleurs, je pense que je vais renoncer au mien, pour la peine : il faut savoir s'effacer...

    (Cela dit, vous auriez pu me mettre un lien, sur Eugène-Quicoulol : c'est bien la peine de faire la leçon aux autres, tiens !)

    RépondreSupprimer
  2. Si, il est très bien. Ca nous a permis d'avoir des nouvelles du Vieux Jacques ..

    RépondreSupprimer
  3. Didier,

    N'oubliez pas que certaines suivent les liens.

    Elmone,

    Tu es rassuré ?

    RépondreSupprimer
  4. Et hop, très bien, tu n'es pas hors concours ni rien (un petit poil d'accord)...mais tu es admis...

    Mais pourquoi t'es pas parti hier soir ? ça c'est une question qui me taraude...

    RépondreSupprimer
  5. je pars quand je veux, bordel.

    RépondreSupprimer
  6. Je me demande comment tu as fait pour remplir ta poubelle en aussi peu de temps ! Tu viens à peine de rentrer que déjà c'est plein !
    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi ne pas mettre la folle à la poubelle du Leclerc ? Il y en a peut-être que ça peut intéresser !

    RépondreSupprimer
  8. Je veux bien, mais sur mes impôts, ça va se sentir ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !