04 mai 2008

Ca chauffe, Place Victor Hugo

Les choses de la vie… Ce matin, je me dis « Tiens ! Il fait chaud ». Etant levé à 6h30, je commence à bloguer… Je me recouche vers 8 heures et me relève à 9h30 après avoir dormi comme un cochon ayant passé la soirée avec Didier Goux. « Tiens ! Il fait toujours chaud ».

« Aurais-je de la fièvre ? »

Je reblogue puis vaque à des occupations ménagères, principal problème que me pose mon célibat endurci : il faut parfois s’y coller. Le pire est que j’ai repris une femme de ménage… Avant il fallait que je range tous les trois mois et que je fasse la vaisselle quand il n’en restait plus de propre. Remarque ! C’est aussi un des avantages du célibat : on peut laisser son blog de café sur la table en partant bosser. Quand on est plusieurs, ça n’est pas spécialement délicat… Maintenant, avec la femme de ménage, il faut que je range et que je fasse la vaisselle avant son passage ! Il faut même que je sorte les poubelles pour ne pas passer pour un gros dégueulasse.

Un peu de rangement : prendre les assiettes, les verres, les couverts, les bols et les bouteilles de la semaine (je plaisante, depuis jeudi seulement) sur la table du séjour pour les mettre dans un lieu plus approprié.

Ensuite, vider le lave-vaisselle et remplacer la vaisselle propre par celle qui traînait depuis mercredi soir (j’avais du monde à la maison) dans l’évier.

Un coup d’éponge sur la table du séjour.

Je dégouline de sueur !

« Ca y est ! Me voilà malade » que je me dis. Je me précipite sur l’aspirine puis pense à prendre ma température.

J’hésite entre le thermomètre anal et le buccal, consulte mon dictionnaire qui m’indique que la principale différence est le goût.

Finalement, je choisis le thermomètre mural qui m’indique la riante température de 27 degrés ! Un 4 mai, ça surprend !

Je regarde dehors : la météo est maussade : du soleil mais plein de nuages.

Je continue mon ménage puis je reblogue. En sueur. Je me décide à ouvrir les fenêtres ! Ca pourrait paraître évident (mais dans ces p… d’appartements bien isolés, si on ouvre les fenêtres, la chaleur rentre, pas de courant d’air possible).

Ah ! Un coup de génie me vient ! Je consulte les radiateurs : ils étaient tous à fond. Des fois on est cons.

(photo) Bon ! Je file à la douche. Bien méritée.


15 commentaires:

  1. Ha ben bravo les économies d'énergie...

    RépondreSupprimer
  2. "principal problème que me pose mon célibat endurci"

    Perso, j'ai une femme féministe pratiquante...

    RépondreSupprimer
  3. Séville,

    Ce n'est pas dramatique non plus...

    Jon,

    Mon pauvre...

    RépondreSupprimer
  4. Quoi tu as une lave vaiselle et une femme de ménage ? Julien a vraiment raison tu es un enfoiré de riche qui en plus ne respecte pas la planete

    RépondreSupprimer
  5. Nico, je te rassure. Je pratique aussi. Mais j'avoue que des fois...

    RépondreSupprimer
  6. Don,

    Non. Le lave-vaisselle a 12 ans et la femme de ménage le double ! Je plaisante, c'est une copine au chômage.

    Jon,

    divorce !

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, je t'imaginais maniaque, je ne sais pas pourquoi ;)

    RépondreSupprimer
  8. Zoridae,
    Non, tu ne t'est pas trompée, c'est un maniaque.
    Et un fainéant...une demi heure hebdomadaire de tâches ménagères et voilà qu'il croit tomber malade.

    Ah, s'il te voyait toi vaillante Zoridae, le torchon attaché à ta rousse chevelure, dans une combinaison délavée et sans âge recouvrant tes atours, chaussée de tes veilles charentaises, astiquant, frottant, brossant, suant et soufflant pour faire du logis conjugal un nid d'amour, tandis que ton époux, godet en main affalé devant la télé commente le match.
    Je te plains, femme.

    RépondreSupprimer
  9. Après on s'étonne du réchauffement planétaire ! Maintenant on sait d'où ça nous vient, tiens !
    :-)))

    [Je confirme pour Zoridae : non, il n'est absolument pas maniaque !]

    RépondreSupprimer
  10. Plutôt négligé avec des cravates pourries ?

    RépondreSupprimer
  11. Tonnégrande : tout le monde sait bien que tu es jaloux du physique impeccable de Nicolas !
    :-)

    RépondreSupprimer
  12. Les radiateurs à fond ? T'es si frileux que ça pour chauffer autant? hep, on dit pas du mal de Nicolas, nan mais oh, c'est le père de la zinfluence, un peu de respect ziouplé !

    RépondreSupprimer
  13. Putain, j'avais oublié de répondre à pas mal de commentaires ici. Mais je boude.

    Non, j'ai eu froid samedi matin, donc j'ai tout mis à fond en pensant couper au bout d'une heure.

    RépondreSupprimer
  14. Dis, Nicolas, quand vous passez vos soirées, avec DG, à vous taper le ballon d'Alsace, vous y repensez de temps en temps, que vous vous êtes rencontrés sur mon blog ?

    RépondreSupprimer
  15. Oui. D'ailleurs on dit du mal.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !