16 février 2009

La toque de chef cuistot avec une bite devant

Finalement, Tonnegrande n’avait pas eu le temps d’acheter le cadeau pour le Vieux Jacques et Marcel le Fiacre. C’est donc simplement vêtus d’un magnifique bouquet de fleurs que nous avons sonné à la porte de Marcel et de Miranda. J’ai donné le bouquet à Miranda qui m’a répondu : « je vais le mettre au frais ». Elle devait s’attendre à ce qu’on lui offre une bouteille de Champagne.

La journée commençait bien. J’ai diffusé hier les photos sur le blog. N’allez pas les voir, elles n’ont aucun intérêt.

Marcel était très fier de nous faire essayer à tous sa toque de chef cuistot avec une bite devant. Tiens ! Après avoir publié ce billet, il faudra que je cherche chez Google « toque de chef cuistot avec une bite devant ».

Ensuite, Marcel a remarqué que j’avais mon appareil photo (c’est lui qui m’avait demandé le prendre) et a donc été chercher le sien. C’est un Polaroïd. Je ne savais pas que ça existait encore. Pour les plus jeunes ne mes lecteurs, je vais rappeler ce qu’est un Polaroïd.

Vous autres, jeunes, vous ne connaissez que les appareils photo numérique. Il y en a même qui font appareil photo. C’est très pratique. Vous prenez des photos, après vous les copiez sur votre Skyblog ou sur le disque dur de votre ordinateur puis vous les imprimez pour les montrer à votre grand-mère qui n’a pas internet.

Dans le temps, pas si lointain que ça (ce n’est qu’au début des années 2000 que les numériques ont pointé), ces appareils n’existaient pas. On avait des appareils photos dit « argentiques ». On mettait la pellicule dans le machin et quand elle était finie, on apportait la pellicule chez le photographe qui la « développait ». Quand le développement était bien réussi, on disait au photographe : « Monsieur, vous avez bien tiré ». Il fallait payer avec des sous car il fallait des gens qui travaillent pour développer. Les appareils photos numériques génèrent du chômage mais ce n’est pas un blog politique. Il y a une trentaine d’années, Monsieur Polaroïd a inventé une machine qui permettait de prendre des photos et de les tirer immédiatement.

Marcel a encore un Polaroïd. Il est très inquiet car il a de plus en plus de mal à trouver des pellicules, même dans le fond de sa casquette. Je lui ai dit d’en acheter une centaine d’avance au cas où.

Ce qu’il y a de bien avec les Polaroïd c’est qu’on peut commenter les photos immédiatement. Par exemple, Marcel a pris une photo de Jacques avec la toque de chef cuistot avec une bite devant et nous l’a montré immédiatement. On a pu la commenter. « Ah ! Il est bien avec sa toque le vieux » disions-nous ébahis devant la photo alors que le Vieux en question se mêlait à nous toujours chaussé de sa toque de chef cuistot avec une bite devant.

Après, Marcel a sorti son caméscope. Vous savez, le machin dans lequel il faut mettre une mini bande VHS. Que les plus jeunes de mes lecteurs aillent se faire voir s’ils ne savent pas ce que c’est qu’une bande VHS, ceci n’est pas un blog pédagogique mais un blog de conneries.

Comme j’étais le plus jeune de la bande, j’étais forcément le plus compétent en nouvelles technologies. Marcel m’a confié le caméscope pour que je puisse filmer les convives. J’ai donc filmé les convives y compris le Vieux Jacques avec sa toque de chef cuistot avec une bite devant.
Marcel a voulu qu’on regarde la vidéo de leur voyage en Inde. Il ne savait plus comment marche le machin et sur quelle cassette elle était. J’ai trouvé. Je vous conseille les vidéos prises par Marcel pendant ses vacances. Surtout quand il oublie d’éteindre le caméscope et qu’on voit ses pieds et qu’on entend les commentaires de son épouse.

Vers 16h30, je les ai laissés. La paëlla était bonne. Miranda étant native d’Italie, elle aime bien nous faire de la cuisine de chez elle.

9 commentaires:

  1. C'est pas espagnol plutôt la paella

    RépondreSupprimer
  2. @olivier P: tout à fait

    @Nicolas j :en fait pour redonner du boulot aux photographes, on a inventé les photos sécuriées: plus de cabines photos (sinon ta photo risque de plus etre valable pour la carte d'identité), crac va donner des sous au photographe.Bref on sauve des emplois avec la peur...ben tiens.

    RépondreSupprimer
  3. Olivier,

    Je plaisantais.

    Romain,

    Si, il y a des cabines "certifiées".

    RépondreSupprimer
  4. Et la femme elle a aussi eu une toque ? mais il y avait quoi devant ?

    Ok je sors...

    RépondreSupprimer
  5. Si je peux me permettre une critique aussi menue que la bite de la toque ci-dessus, celle qui figure sur les photos (billet précédent), est déjà un peu plus crédible.

    RépondreSupprimer
  6. Elle est plus crédible mais anémique.

    Heureusement que tu es là pour expliquer aux jeunes ce que c'était que les appareils dans le temps avant l'I Phone.

    (ma fille ce soir m'a dit : j'ai vu qu'avec ma webcam je pouvais prendre des photos ...)
    (impertubable j'ai répondu : comme quoi, avec ton nouvel ordi, tu en découvres tous les jours)

    RépondreSupprimer
  7. Comme quoi, en matière de technologie, rien ne vaut la toque !
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !