13 février 2014

Rom au bistro

Vendredi soir, le patron a sonné la cloche vers minuit vingt. C’était donc samedi matin. C’est un signal : si vous voulez boire un autre verre, il faut le commander maintenant. Normalement, il sonne vers trente-cinq. Il a essentiellement des habitués et ça fonctionne bien. Tout le monde est discipliné…

Il avait donc un quart d’heure d’avance sans raison valable sauf l’ébriété d’une partie des clients, un peu plus mesurée que d’habitude…

Il sonne, je commande et je file aux toilettes. En sortant, un type m’agresse : tu as passé une heure aux toilettes. Je nie. Il insiste et menace de me dénoncer au patron. Il parlait assez mal le français et était particulièrement agressif. Il cherchait la castagne. Je vous jure que je ne passe jamais une heure aux toilettes : il n’y a pas de bière pression.

A moitié retourné par cette altercation, je vais prendre l’air et je commence à discuter avec deux gugusses qui trainaient là. Mon gugusse sort en gueulant vers l’intérieur du bar. Les types avec qui je discutais me disent : c’est un Rom, il est con. Je dis qu’il ne ressemble pas à un Rom mais ils insistent (à vue de nez, c’était un Italien ce qui est encore plus rare que les Roms à Loudéac). Peu importe. Le racisme antirom est arrivé jusqu’à Loudéac. Ca leur apprendra à voler des poules.

Je rentre dans le bistro quand le patron disait globalement qu’on pouvait rester jusqu’à la fermeture. Je lui dis : laisse tomber, tu veux fermer, on va se casser et je vais vers mon verre, au comptoir, pour le finir (oui, je veux bien partir avant la fermeture, mais à condition que mon verre soit vide). Le patron se met à crier : « quand je dis que vous pouvez rester, ce n’était pas toi, Nicolas Jégou, qui va me dire non » (il faut dire que je pars rarement avant l’heure…). Il était très en colère, je l’ai compris au fait qu’il m’appelle par mon nom complet. Je ne comprenais rien. Voyant mon désarrois, il vient vers moi et me dit : « surtout toi, tu restes là. »

Une lueur d’espoir m’a traversé l’esprit : aurait-il décidé de m’offrir un verre après le départ des autres clients, ce qui n’arrive jamais (il n’a pas le droit et quand on bosse depuis 9 heures le matin, on n’a pas envie de boire un coup avec un crétin après la fermeture alors qu’il reste une bonne heure de ménage) ?

Finalement, il m’explique : le type (le Rom, suivait un peu) avait dit au patron qu’il m’attendrait pour me casser la gueule parce que j’avais passé une heure aux chiottes.

Entre temps, un des clients (un jeune gars que j’aime bien) se met à tempêter : son portefeuille qu’il avait posé sur le comptoir avait disparu. Il ne lui restait plus que sa carte bancaire. Il voulait évidemment courir après nos Roms mais on l’a retenu. Finalement, quelqu’un lui a dit que le Rom allait prendre les billets dans le machin et le jeter sur le parking. Le petit gars est sorti et est revenu moins de trente seconde après en souriant : il avait récupéré ses papier.

Du coup, à la fermeture, pour me protéger, la serveuse m’a ramené en voiture à la maison ce qui m’arrangeait bien, avec la tempête.

17 commentaires:

  1. Franchement, la tolérance a ses limites, non ?

    Solanden

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses maisons m'intéressent plus que ses limites.

      Supprimer
  2. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour se taper la serveuse, quel boulot!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas ! Je vais faire court : la serveuse est la fille d'un copain qui tenait un bistro à Loudéac et qui est mort en 1994 (le frère de mon copain Serge, dont je parle parfois). Je ne l'avais pas vue depuis et elle a commencé à travailler dans ce bistro il y a trois ou quatre mois. Nous n'avons jamais discuté ensemble de choses sérieuses, mais quelqu'un lui a dit, je pense, ce qui reliait son père et moi (alors qu'il se séparait de sa femme, la mère de la serveuse, il a commencé à travailler à Paris et nous faisions le voyage ensemble, j'étais devenu ainsi un de ses meilleurs potes, le plus intime avec un autre copain). Cela étant, on s'en fout ! Je te raconte ça parce que j'ai souvent essayé d'en faire un billet sur le thème : cette môme que j'avais oubliée et qui bosse dans le bistro où je vais est immédiatement devenue ma "protégée" et, sans savoir ce qui s'est passé il y a plus de vingt ans, elle a envers moi un respect qu'elle n'a pas avec les autres clients.

      C'est étrange.

      Supprimer
    2. C'est une belle histoire ... j'ai cru que tu t'étais enfui en te cachant derrière une faible femme ! (lol, hein)

      Supprimer
  3. C'est une belle histoire en tout cas et une fille bien.

    RépondreSupprimer
  4. Un Rom qui fout les j'tons à tout un bar (patron inclus ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils étaient deux dont un plus calme. Qui te parle de jetons ? Le bar est fréquenté par l'équipe de handball de la commune (Nationale 2 ou 3) qui font tous 1m90 !

      Le problème des clients bourrés (Rom ou pas) est qu'ils vont à la castagne rapidement. Vaut mieux fermer avec un quart d'heure d'avance.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ah ok ! Comme ce n'est pas signifié dans ton billet je me posais juste la question ! ;-)

      Supprimer
    4. Bah ! Il était tellement saoul que j'aurais pu l'assommer d'une baffe.

      Supprimer
  5. Une des raisons qui ont fait que les Suisses ont voté l'initiative.
    A Genève, on s'est fait casser deux fois la voiture : ont piqué des CD et des gants, ainsi que de la monnaie. Le quartier était rempli de gens des pays de l'Est (on a du mal à les reconnaitre). C'est contre eux qu'ils ont la mort.
    Il y a deux ans, dans une piscine municipale, impossible de prendre une douche, il a fallu que mon mec hausse le ton: au fin fond de la Suisse profonde, des Roms avaient décidé que les douches de la piscine étaient à eux, si mon mec n'avait pas tapé du poing sur la table, jamais les gosses n'auraient réussi à prendre une douche avant de partir.
    Ensuite, ce sont des minorités dans la majorité, quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas facile ! L'antiracisme est assez bête : on n'a pas le droit de raconter les nuisances... Elles sont pourtant réelles.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !