01 avril 2006

Après des délicatesseries niaiseuses, un blogger anonyme a eu l'honneur de nous rappeler récemment les paroles d'une chanson qu'on oublie un peu trop sur le blog à Tonnegrande.

Je ne sais pas si c'est le hasard, mais c'est justement une chanson que je fredonnais récemment, et je ne peux m'empêcher d'en rappeler les paroles, ci-dessous, paroles que nous a rappelées Binet il y a une quinzaine d'années alors que nos amis visitaient l'URSS.

On se lance.

Laaaaa


Il était deux amants
Qui s'aimaient tendrement
Ils étaient heureux
Et du soir au matin
Ils allaient au turbin
Le coeur plein d'entrain.
A l'atelier, les copines lui disaient :
"Pourquoi tu l'aimes tant, ton Dudule ?
Il est pas beau, il est mal fait"
Mais elle, tendrement, répondait :
"Z' en faites pas, les amies, Moi c' que j'aime en lui."

Refrain
"C'est la grosse bite à Dudule,
J' la prends, j' la suce, elle m'encule,
Ah ! que c'est bon que c'est chaud, que c'est rond
Quand il m' la cal' dans l'oignon
C'est pas un' bite ordinaire
Quand il m' la fout dans le derrière
De foutre et de merde elle est toute remplie
Des couilles jusqu'au nombril,
A Dudu-ule"

Ça devait arriver
Ils prenaient tant leur pied
Qu'ils se sont mariés
D'abord ça tourna rond
Après c'était moins bon
Il lui mit des gnons
A l'atelier, les copines lui disaient :
Pourquoi tu l'tues pas, ton Dudule ?
Il t'a battue, il t'a cirée".
Mais elle, tendrement répondait :
"Z' en faites pas, les amies, Moi c' que j'aime en lui."

Refrain

J'étais seule un beau soir
J'avais perdu l'espoir,
Je broyais du noir
Mais voilà que l'on sonne,
Je n'attendais personne,
Je reprends espoir
Mon petit coeur se mit à faire boum-boum
Si c'était là mon Dudule ?
L'était pas beau, l'était mal fait
Mais moi, tendrement, je l'aimais
J'ouvr' la porte, j' tends les bras, Et qu'est-ce que je vois ?

Refrain

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !