24 avril 2006

Conservateur

Pendant que le tonton fête calmement et avec une légère nostalgie ses 40 ans et bat des record de longueur de sieste (3 heures, ce qui est très mauvais si on veut dormir la nuit suivante !) Claire continue les leçons pour passer son permis de conduire.

Tous les prétexte étant bons pour se moquer de Tonnegrande, allons y.

Lui il a déjà le permis. Le seul problème est que s'il l'utilise il a une forte probabilité de ne pas le garder très longtemps, nos bons gendarmes ayant tendance a ne pas faire trop preuve de magnanimité dans les cas d'abus de Côte du Rhône. Il peut néanmoins invoquer la discrimination positive, chère à mon idole depuis hier M. Nicolas Sarkozy, puisque, je le rappelle, ayant atteint la quarantaine, je ne peux plus me repaître (?) dans un gauchisme primaire. Il faut maintenant que je défende des opinions conservatrices, même si c'est très difficile.

Par exemple, l'autre jour, j'ai essayé de conserver une bouteille de vin après l'avoir ouverte : c'est très difficile. Etre conservateur, ça se mérite. D'autant que pour être conservateur, il faut être bouché. Or, là, j'avais justement débouché la bouteille pour honorer le fait que je prenne de la bouteille mais tout ceci est un peu compliqué.

L'autre jour, à Loudéac, pour le week end de Paques, on s'ouvre une bouteille de Muscadet. Il était bouchonné. Le Muscadet est un vin blanc tendance de Villier. C'est-à-dire très conservateur mais assez mal conservé.

Du coup, on a ouvert une bouteille de Chinon, qui était très bon, mais était équipé d'un de ces nouveaux bouchons en plastique absolument désagréable. Surtout qu'on ne peut pas le remettre sur la bouteille si on ne l'a pas finie. On est obligé d’utiliser un de ces vieux bouchons de bouteille de Porto qui traînent dans le tiroir de la cuisine. Ce qui montre qu’un conservateur qui tente des réformes échoue toujours lamentablement et qu’après avoir foutu le bordel dans la cuisine, il faut faire appel à de la main d’œuvre étrangère.

Sinon, il aurait fallu finir la bouteille, ce qui montre que ces nouveaux conservateurs poussent à la débauche ce qui est un comble. D'un côté, ils voudraient qu'on travaille plus pour garantir la Production Française et la Grandeur de notre Industrie Nationale, d'un autre côté, il veulent qu'on débauche après avoir débouché une bouteille imbouchable. Je l'ai déjà dit ci-dessus, mais le conservatisme est réellement très compliqué.

Pour finir le Muscadet on a donc décidé de faire des moules au vin blanc. Ce qui nous montre que les vieilles moules s’accommodent relativement bien des conservateurs traditionnels.

Heureusement, Claire reste à l’abri des digressions du tonton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !