20 septembre 2007

Libérer Cantat pour faire taire la connerie

Joignons nous à la colère du Cabinet de Subversion contre les arguments utilisés par certains (dont cette espèce de machin présentée par Le Figaro) pour demander la non libération de Bertrand Cantat.

Hier soir, le Vieux Jacques a failli se manger une paire de baffes devant tous les arguments réactionnaires qu’il me sortait.

« [Nous] ne sommes pas tous des assassins. Et la seule façon d’enrayer ces logiques de violences assassines, c’est de ne pas les reproduire, sous couvert de Justice institutionnelle, sur ceux qui les ont commises. »

Je ne sais pas s’il faut libérer Bertrand Cantat. Je ne suis pas juriste. Mais il y a des arguments que l’on ne doit pas utiliser.

J’aimerais bien qu’il le soit, qu’on en finisse avec ce fait divers obscène dont on n’a parlé qu’en raison des personnalités impliquées. Rebondir dessus pour faire de l’oseille, comme Le Parisien hier qui en faisait sa une ou pour faire la promotion d’égéries féministes ménopausées est odieux et est une insulte à toutes les victimes dont on ne parle jamais.

35 commentaires:

  1. Bertrand Cantat est victime de sa notoriété et de celle de son ex-compagne et a été condamné pour faire un exemple. Ça parait évident.

    Ce qui me choque moi, c'est qu'on fasse sortir un gars au bout de 2 ans, un autre au bout de 4, encore un autre au bout de 8.

    Bon comportement ou pas en prison, ce qui doit être puni, c'est l'acte commis. Et de la même façon pour Pierre, Paul ou Bertrand.

    Après qu'on dise que la situation de Cantat est dramatique, qu'il est cassé à jamais, que sa carrière est entâchée peut-être finie, je veux bien le croire, je pense que personne ne sort intact de prison, je suis sûre qu'il a mesuré ses actes et à pris conscience de tout ça.

    Libérer Bertrand Cantat, oui, mais il faudra aussi arrêter de parler de lui, dans ce cas et se contenter de ne commenter que sa musique, ce pour quoi il est connu à la base.

    Et pour ça, je doute que les mentalités soient prêtes ! :-(

    RépondreSupprimer
  2. Lutine,

    Mon esprit à moi est pret ! C'est la seule condition qu'on ai une justice en France...

    RépondreSupprimer
  3. Oui, mais si pour être libre il doit s'exiler, je trouve ça con.

    Sans compter que la seule chose qui intéresse les gens c'est de savoir s'il a ou pas signé pour 3 albums avec sa maison de disque.

    Je trouve ça abject !

    RépondreSupprimer
  4. C'est abject !

    Néanmoins, si Noir Désir pouvait nous refaire des beaux disques comme dans le temps, ça serait bien !

    RépondreSupprimer
  5. Oui, Nicolas, là n'est pas la question.

    Pour moi, la question est de savoir si maintenant qu'il a payé, il va pouvoir vivre tranquillement. Parce que le gars pas connu qui a fait la même chose, il change de quartier ou de ville, il retrouve du boulot et il est tranquille.

    Cantat,il ne le sera jamais. Et je trouve que c'est exceptionnel qu'il soit encore vivant, il faut avoir un sacré entourage et courage pour pouvoir rester en vie dans une telle situation.

    Peut-être écrira-il une chanson sur le sujet !

    RépondreSupprimer
  6. La version de la Justice est très claire : s'il sort en milieu de peine, c'est que c'est la norme pour ce type de peine.
    Il ne sortira pas libre du tout puisqu'il a encore 4 ans "sous surveillance" dont deux années pendant lesquelles il n'a pas le droit de donner d'interview ni faire de disque.
    Son avocat dit qu'il est cassé par la prison et qu'il n'y a rien ecrit durant son sejour (je sais par une source sur le terrain qu'il a passé beaucoup de temps à s'occuper des autres, à faire l'animateur socio-culturel à l'intérieur de la prison).
    Quoiqu'il en soit, la justice doit suivre son cours tout simplement…

    [J'ajoute que la justice ne s'occupe pas du droit des victimes mais s'occupe de remettre droit dans la société des gens partis en biais… La douleur des Trintignant durera longtemps et c'est humain. Mais aucun mal fait à Cantat ne réparera ni ne viendra cicatriser cette douleur…].

    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Lutine et Fil,

    Le problème est difficile. En fait, il y a peut-être dans mon coeur (du fait de l'âge, le même que fil, noirdez faisait partie de notre jeunesse) le Cantat de Noir Désir et le Cantat justiciable notoire en France.

    Le notoire doit être libéré s'il respecte les conditions dont tout condamné peut bénéficier pour être libéré. Le noirdez doit revenir sur scène car - pour un gugusse de mon âge - il manque. Ce sont quasiment deux personnages !

    Il y a le troisième personnage, celui qui sert de support à mon billet, le personnage public qui sert à toutes les avanies réactionnaires qu'on peut imaginer !

    Et là, il faut lutter contre.

    RépondreSupprimer
  8. Devinette idiote :

    comment peut-on encore dire :

    En l'honneur de qui lèves-tu ton verre ?

    RépondreSupprimer
  9. Quand je pense au nombres de cuites ponctuées (dans une vie antérieure) par cette anerie de Lutine, ...

    RépondreSupprimer
  10. Oui et même moi qui suis beaucoup plus jeune que vous trois, j'ai fais des sacrées chouilles ! ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Des fêtes, quoi ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Une rapide recherche google te montrera le sens de ch'touille en argot !

    RépondreSupprimer
  13. j ai un drole de souvenir
    j ai vu les noirs désirs à leur début à bordeaux - ma grande cousine était cool! c'était vibrant, grandiose et épuisant!

    je pense que cette vie d'artiste (pendant 20 ans) déphase, décale!

    mais ceci ne doit pas donner un prétexte à la liberté facilitée

    et je crois que cantat ne reve que d'un truc faire de la musique et respirer!

    ils n ont qu'à faire un controle de drogues et çà ira bien! that's all!

    ---------------------------------

    être fou d'amour celà peut exister..est-ce etre malade à vie ?

    RépondreSupprimer
  14. Entièrement de ton avis, Nicolas ! La loi est la même, qu'elle s'applique à des gens connus ou pas. J'entendais hier une Présidente d'association quelconque, contre sa libération conditionnelle, arguant de la notoriété de Cantat pour faire un exemple !!
    Bon sang, il a été condamné à huit ans : ce n'est pas sa notoriété qui a empêché le verdict, c'est déjà un exemple fort.
    La sortie plus qu'encadrée à mi-peine, c'est la loi, pour lui comme pour les anonymes.
    En revanche je ne pense pas comme Lutine qu'il ait été condamné parce qu'il était Cantat : il a tout de même tué sa compagne, quelqu'en soient les raisons...ou les circonstance atténuantes (il y en avait bien, puisqu'il n'a pris "que" huit ans).

    RépondreSupprimer
  15. Olive,

    Je ne sais pas !

    Moi, j'ai commencé à apprécier Noir Désir sur le tard (le snobisme ! des fois quand on est jeune on est : on refuse d'apprécier les groupes français connus...).

    Anne,

    Je suis aussi d'accord avec toi (sur les deux volets de ton commentaire).

    RépondreSupprimer
  16. "faire la promotion d’égéries féministes ménopausées"

    Si tu veux mon avis, parler comme ça de celles qui luttent contre les violences faites aux femmes , c'est tout aussi odieux vis à vis des victimes dont on ne parle jamais (et qui se tournent vers ces associations pour être entendues).
    On peut regretter qu'elles se servent de cet évènement pour se faire entendre, on peut aussi regretter que ce soit le seul moment où on les écoute.

    RépondreSupprimer
  17. Sev,

    Je parle comme ça de celle qui utilise Cantat pour resortir des couplets féministes archaïques (archaïque ne voulant pas dire que la "lutte" est terminée).

    "le seul moment où on les écoute" : bof ! Je ne les écoute pas.

    Mais c'est vrai, on n'en parle pas assez à part quand un fait divers tragique survient.

    Mais, avec l'affaire Cantat, en parle-t-on vraiment ? Y'a-t-il une seule action menée qui puisse aider les victimes ? Non !

    Alors on utilise de la démagogie Sarkozyenne : dire n'importe quoi en rebondissant sur un fait divers et en mettant en cause la justice !

    Bravo pour les méthodes !

    RépondreSupprimer
  18. Anne,

    lorsque je parlais de la condamnation de Cantat à titre d'exemple, c'est parce qu'il y a encore des gars qui sortent de tôle après 2 ans (soit la moitié de leur peine) et que ceux-là, sont des anonymes, pas des personnalités connues ayant tuées des personnes connues.

    Je n'ai pas dis que la condamnation de Cantat n'était pas méritée.

    RépondreSupprimer
  19. j ai vu les freres morvan* il y a 15 ans en fest-noz!
    c'est de l'anti-snobisme! yes!

    * tu connais?

    RépondreSupprimer
  20. Finalement les commentaires sont réfléchis et tout et tout !
    Même pas un truc à côté de la plaque.
    Ça devient vraiment sérieux ce blog ! :-))

    RépondreSupprimer
  21. Libérer ou pas Machin truc, je m'en fou. Le problème c'est que tous ces personnes qui veulent sa libération sont les premières à geuler pour les récidives!!!. OK vous le voulez dehors? pas de problème. Etes vous préts a signer pour sa garantie? En cas de récidive d'agression vous signez pour aller en prison en tant que guarant?
    Si oui? pas de problème tout le monde assume.

    RépondreSupprimer
  22. Seigneur,
    Mauvaise réponse ! La récidive n'a rien à voir dans cette histoire ! Ou alors il faudrait garder tous les taulards à vie...

    RépondreSupprimer
  23. Je suis femme mais je connais le coeur des hommes, je suis femme mais je me défend de penser que l'être me dispense de me placer dans l'universel. Or si je me place dans le champ de l'universel je sais que l'être humain, homme, femme, enfant, est violent. Je sais que je suis violente, qu'un homme amoureux peut l'être, que la société et l'état le sont plus que de droit. Alors si ce prisonnier remplit les conditions pour être libéré, qu'on le libère : sa tragédie est d'être en vie alors qu'il a malencontreusement donné la mort. La dignité du camp de M. Trintignant serait de savoir se taire devant l'universel. Leur tristesse le mérite.

    RépondreSupprimer
  24. Julie,

    Oui ! Mais ça n'est pas un jeu. Ca n'est pas que de la poésie, pas que des belles paroles.

    RépondreSupprimer
  25. Tempo, qui est une chaîne du service public pour l'Outre Mer a le bon goût de programmer "Colette, une femme libre" avec M. Trintignant, ce soir. Je n'y vois aucun hasard et je trouve cela ignoble à tous points de vue.

    RépondreSupprimer
  26. Oxygène,

    Voir le mal partout n'est pas nécessairement la solution.

    La preuve, c'est que tu aboutis sur mon blog ce soir ! Tu as donc cherché un blog qui parlait de Cantat pour sortir tes histoires.

    Ignoble, disais-tu ?

    RépondreSupprimer
  27. Lutine,
    Je ne te félicite pas !

    Nicolas,
    C'est bien, tu causes pas cul et ton ton me rappelle mon confesseur,l'abbé Nico

    RépondreSupprimer
  28. "égéries ménopausées" bravissimmo !
    comme ça me plaît cette formule !
    je n'ai pas osé l'écrire mais je n'en pensais pas moins !
    'tain de féministes mal b...., oui !

    RépondreSupprimer
  29. Fanette,

    Il faut l'écrire !

    (tu es en retard de lecture chez moi, on dirait).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !