03 avril 2009

Aux chiottes la grève !

La scatologie n’est pas un sujet usuel dans les blogs mais il n’empêche que poser une pêche (notre illustration) est une activité (au moins) quotidienne indispensable et (en principe) relativement agréable. Par ailleurs, avec le pipi-caca, il y a toujours moyen de rigoler. Je vous ai raconté, récemment, un problème que nous avons à mon nouveau bureau : la minuterie de la lumière est trop courte et nous sommes obligés de nous finir à la main dans le noir.

Je dois vous avouer que la situation dégénère. Nous sommes à la limite de nous mettre en grève et nous ne séquestrons pas notre employeur c’est uniquement que ça amplifierait les dommages liés à nos problèmes de selle qui provoquent une belle tension.

Je vous explique : nos toilettes ont des cloisons qui ne vont pas jusqu’en bas et jusqu’en haut, un peu comme dans les chiottes des autoroutes ou des écoles. Mais les autoroutes sont relativement anonymes : on ne connaît pas les autres usagers et j’ai passé l’âge de chier pendant la récré.

Le premier sentiment est psychologique. Nous avons l’impression d’être privés d’une intimité qui serait légitime dans l’accomplissement de nos mictions ponctuelles mais nous ne pouvons pas reprocher à notre employeur de vouloir raccourcir ses pauses.

Le deuxième sentiment est plus bizarre. En faisant caca, nous émettons tous des bruits qui pourraient nous faire rougir si nous n’étions des gros mâles grossiers, nous n’en tenons pas rigueur. Si nous nous refusons à effectuer des concours de pets, c’est que nous ne savons pas qui se trouve dans la cabine d’à côté. Il pourrait par exemple s’agir de notre responsable hiérarchique. Le dilemme est terrible : si nous gagnons le concours de pets, il pourrait se vexer et nous refuser l’augmentation alors que si nous perdons, il pourrait nous trouver inefficace et nous refuser également l’augmentation. Dans le doute, abstiens-toi, les seuls bruits que nous émettons sont ceux qui sortent par mégarde et nous nous contentons de sourire bêtement.

Il n’empêche que la situation est parfois gênante. Hier, par exemple, j’étais un peu indisposé. Je ne sais pas pourquoi, mais il est un peu gênant de savoir que vos collègues savent que votre production est essentiellement liquide. Pourquoi ? Je ne sais pas. C’est comme ça. Pourtant, de nos jours, la gastro est monnaie courante même si on ne paie pas de mine. Dans le temps, on avait la chiasse, tout le monde s’en foutait. Maintenant, on choppe des gastros : c’est mal, il faut se laver les mains avant de dire bonjour. Les gens sont cons. Il n’empêche que c’est gênant.

En outre, tous les bruits que nous émettons nous gênent ! Mais ce n’est rien en comparaison de la gêne occasionnée par la gêne de celui qui émet des bruits et qui sait que nous les avons entendus.

Le sentiment de proximité est tel qu’avec l’habitude, nous savons exactement ce qu’ont mangé les collègues la veille. Tiens ! Le délégué syndical a mangé du poireau !

Néanmoins, ça permet aussi de rigoler méchamment : je sais exactement qui, parmi mes directeurs, a la prostate.

Je vais lui demander une augmentation.

10 commentaires:

  1. Quel directeur à quoi à la prostate ?

    Un mot oublié, et paf, le suspense est insoutenable, le lecteur inquiet et en haleine !

    RépondreSupprimer
  2. Si j'osais, cher confrère, je vous ferais remarquer que j'ai commencé la publication d'un feuilleton de copro-fiction déjà riche de plusieurs épisodes…

    RépondreSupprimer
  3. Florent,
    Non. Avoir la prostate est une expression populaire, même si elle n'est pas scientifique.

    Nicalor,
    Commencé, seulement !

    RépondreSupprimer
  4. Je vais mettre de billet en lien avec votre fiche sur le site "Ames soeurs - rencontres d'avenir sérieuses".

    RépondreSupprimer
  5. C'est pas un article en or, plutôt en Bronze celui-là...

    RépondreSupprimer
  6. Tonnegrande,

    Ce papier est à chier ?

    Suzanne,

    Z'êtes trop bonne;

    Gularu,

    Ca coule...

    RépondreSupprimer
  7. C'est un problème que ne traite pas assez les manuels de management. Faut-il aménager des chiottes pour le petit personnel séparées des toilettes des cadres, elles-mêmes assez distantes des lieux d'aisance de la direction et du conseil d'administration ?
    :-))

    ["La proximité des mictions nuit à l'accomplissement des carrières" prochain dossier traité par Management magazine ?].

    RépondreSupprimer
  8. Votre miction, si vous l'acceptez, ...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !