17 juillet 2011

Ambiance pour mon retour

On ne peut pas les laisser tout seul ! J’arrive à la Comète, à 14h15, après un dur trajet en TGV, et Alain était déjà saoul. Je n’aurais pas du lui dire que j’arriverai probablement un peu tard : il m’a attendu.

Un peu après, c’est un connard de client qui demande un crème, la serveuse lui demande le type (grand ou petit), il réclame un petit dans une grande tasse (ou le contraire), la serveuse le lui apporte, ce n’est pas ça qu’il voulait mais un double dans petite tasse (enfin, je ne sais plus…), sa copine arrive au comptoir et demande le changement, ça aurait fait deux changements, la serveuse commençait à ronchonner, le type arrive en gueulant parce que c’était trop cher et que ça aurait du être 1€60 (je cite de mémoire), la serveuse lui dit que c’est le tarif comptoir comme indiqué sur le tableau, le type gueule et finit par traiter la serveuse d’enculée, ce qui ne se fait pas. Sa copine finit par le sortir.

Un peu avant, il y avait eu la clocharde (celle qui chie dans la cour qui mène chez moi), qui s’était assis avec des clients et ne voulait pas partir. La serveuse avait donc appelé la police. La clocharde essaie de rentrer dans le bistro, je lui explique calmement, elle revient avec les clients en terrasses, ils ronchonnent, puis elle finit par se casser.

La serveuse se calme de ses deux émotions et je lui suggère d’appeler la police pour lui dire que l’intervention n’est plus utile. Elle le fait. Le téléphone sonne, la serveuse ne voulait pas raccrocher l’autre téléphone mais avait peur que ça soit la police. Je décroche  (ce que je n’avais pas fait depuis plus de trois ans, du temps de Jean, quand il partait aux toilettes ou faire une course) : paf ! Le patron qui s’étonne d’avoir un client quand il téléphone dans son bistro…

Pas simple.

17 commentaires:

  1. l'ambiance ce dégrade, la tension monte, les insultes défilent, les emmerdes arrivent en escadrille

    RépondreSupprimer
  2. La prochaine fois, vous irez directement faire la sieste.

    RépondreSupprimer
  3. Non non ! Pas coïncidences

    Aujourd'hui, sur mon marché, la clientèle s'est montrée odieuse.

    Tous les commerçants m'ont fait la même réflexion...

    Aussi con que ça puisse paraître et depuis l'éternité que je fais les marchés, j'ai remarqué qu'à chaque jour donné, correspond une atmosphère générale qui se retrouve partout. Un jour : des emmerdeurs, un jour : la joie de vivre, un jour : l'agressivité.

    Je me demande si ça ne correspond pas au temps, à l'actualité, à l'aigreur de ne pas partir en vacances ou à d'autres évènements...

    C'est bizarre mais je garantis qu'il ne s'agit pas de coïncidences.

    RépondreSupprimer
  4. Euh..
    On ne peut pas les laisser tout seul ! J’arrive à la Comète, à 14h15, après un dur trajet en TGV, et Alain était déjà saoul. Je n’aurais pas du lui dire que j’arriverai probablement un peu tard : il m’a attendu.
    Pas saoul... mais ivre.

    RépondreSupprimer
  5. Didier,

    Il a fallu que j'attende la fin du conflit pour bouffer. A 15h30, il était temps, j'étais parti à 8h20 ce matin.

    Cuicui,

    Bah ! Faudrait faire une étude sociologique. Heureusement que Didier Goux ne fréquente pas ce blog, je vais pouvoir dire des conneries. Une nouvelle serveuse de 23 ans, blonde, et le ramadan qui commence dans moins de deux semaines...

    RépondreSupprimer
  6. Ah merde ! Je tends une perche au vieux et à Cuicui pour s'engueuler et ça prend pas.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, il y a des périodes comme ça, où les gens deviennent tous barges.
    Souvent en ville, et dans les périodes estivales, on dirait.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas ! Comme je disais plus haut, c'est une coïncidence. Un type fout la merde et tous les autres détails paraissent importants...

    RépondreSupprimer
  9. J'espère qu'elle n'aura pas d'ennui, elle n'y est pour rien… enfin si, elle ne devrait pas laisser un client répondre mais bon…
    :-))

    [Est ce qu'on demande des demis dans des grands verres, nous, hein ? :-) ].

    RépondreSupprimer
  10. Elle n'aura pas d'ennui, pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  11. Ben, parce qu'elle laisse les clients répondre au téléphone à sa place ! J'ai connu des patrons assez crétins faut dire ! :-))

    RépondreSupprimer
  12. D'ailleurs, si quelqu'un doit se faire taper sur la tête, c'est moi : je ne vois pas comment la serveuse pouvait m'empêcher de répondre au téléphone.

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas : en te collant une bière dans la main ? :-))

    RépondreSupprimer
  14. Pire ! En mettant de la limonade dans ma bière !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !