26 juillet 2011

Facebook et les enterrements : pour ressouder la famille

Ce matin, pour faire un clin d’œil à Louis, j’ai voulu aller souhaiter un bon anniversaire à son père sur son profil Facebook (je suis un blogueur très zinfluent, je connais les dates de naissance de tous les parents de tous les membres de mon réseau social…). J’ai quand même vérifié la date. Le 26 juillet. Ca me rappelle quelque chose.

Comme je le disais hier dans un autre blog, on devient facilement con avec Facebook qui nous rappelle toutes les dates. Ah ! N’oubliez pas après-demain ! C’est l’anniversaire du Coucou. On pensera bien à lui, c’est le premier qu’il fêtera sans Marcelle depuis très longtemps. Je ne suis pas trop sûr à un ou deux jours près que c’est bien jeudi, je vérifierai avec Facebook.

Ah ! Désolé ! Ceci n’est pas un billet d’une grande gaité. Je parle de morts. Un peu le hasard.

Ainsi, devant la page Facebook du père de Louis, je méditais sur cette date du 26 juillet. C’était en 1992, j’étais en vacances dans les Pyrénées. Mon frère m’avait appelé la veille pour que je rentre d’urgence si je voulais le voir encore une dernière fois. Deux copains m’avaient amené à la gare de Toulouse, à 150 kilomètres, pour que je puisse prendre un train pour Brest. A cette gare, j’ai téléphoné à la maison pour dire à quelle heure j’arrivais et je crois que c’est mon frère qui a répondu : « Il est mort tôt ce matin. » Alors je me revois, dans cette gare, devant mes deux potes, Marie et l’autre dont j’ai oublié le nom, leur disant : « Mon père est mort ».

N’allez pas croire que j’éprouve une émotion démesurée à l’heure où j’écris ces lignes : c’est de la mise en scène pour un billet de blog. Je vous rappelle que l’objet est de comparer Facebook et les enterrements.

Trêve de nostalgie… Ce matin, je reçois un mail de ma mère m’annonçant la mort d’une cousine de mon père. A ma connaissance, il en avait deux, on les aura enterrées toutes les deux en moins d’un an, je crois.

Apprendre ça un 26 juillet. Le jour de l’anniversaire du père de Louis. Tiens ! C’était peut-être un copain de mon père, lui (avec 20 ans d’écart, voire 30). Aussi bien, il était à l’enterrement. Deux jours après son anniversaire. 

Je n’irai pas à l’enterrement de la cousine, mercredi. Je pense que mon frère va y aller, il est plus près et en vacances. Ca donnera l’occasion de voir la famille, à laquelle je ne pourrais que penser, notamment à Nathalie, la fille de la cousine, que je n’ai probablement pas vue depuis l’enterrement de ma grand-mère, fin 2001. La mère de la cousine était la sœur du mari de ma grand-mère, mon grand-père donc.

Ca me fait penser ! Les deux sœurs de mon père deviennent les dernières survivantes de cette génération, dans cette branche de la famille. Il faudra que je me foute de leur gueule. Pas trop fort, quand même, une d’elle lit mon blog via Facebook et une partie de leurs enfants et petits enfants aussi.

Vous savez tout de l’histoire familiale, ou presque. Je suis copain, aussi, avec les petits frères de mes cousins (issus du second mariage de leur père, le premier mari de la tante qui me suis dans Facebook, vous suivez ?). C’est peut-être Thomas, le plus jeune, avec qui j’ai le plus de contacts. Pourtant, depuis la mort de son père (Thomas devait avoir un an ou deux), je ne l’ai revu que deux fois, au second mariage de sa sœur, ma cousine, donc et, je crois, à l’enterrement de mon père. Peut-être était-il à l’enterrement de ma grand-mère (qui était celle de son grand frère et de sa grande sœur).

La cousine en question, celle qui s’est mariée une deuxième, fois n’est pas sur Facebook. De même que Eric d’ailleurs, le fils de l’autre sœur de mon père, que je n’ai probablement pas revu beaucoup, non plus, depuis l’enterrement de la grand-mère.

Cela dit, je peux bien louper un enterrement : il y a des membres de la famille qui n’ont pas de compte Facebook. Pire ! Je crois bien que certains ont fermé les leurs… Ce n’est pas bien.

Que ce qui lisent mon billet leur fassent passer le message, à l’enterrement de la cousine…

16 commentaires:

  1. Alors là BRAVO !!! Tu as une mère qui se sert d'Internet !!!

    Pour Facebook, moi j'ai laissé, je me sens trop flickée avec ce truc...

    RépondreSupprimer
  2. Mais non ! Il suffit de ne pas y raconter la vérité...

    RépondreSupprimer
  3. ah mince j'ai déconnecté en milieu de billet, perdue entre les cousines, les filles de ou sœur de...

    Sinon une jolie phrase de blogeurs : Facebook c'est le mal !

    RépondreSupprimer
  4. Eh ! Oh ! J'suis pas dans le "bar parallèle" ici...

    RépondreSupprimer
  5. Romain,

    Ben pourquoi ? Le vie se passe et j'ai près de 20 ans de plus que toi, perdre les cousins des parents n'est pas "exceptionnels" (sauf que, de mémoire, la dernière cousine était plus jeune).

    Minijupe,

    Hein ?

    RépondreSupprimer
  6. Mais tout le monde est cousin de tout le monde dans cette histoire ?
    J'y comprends rien, moi.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je dis, un arbre généalogique avec plein de flèches rouges nous aiderait à s'y retrouver !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas si mon père appréciera de figurer dans un billet où tu parle d'enterrement... Pour gagner des points tu aurais du ajouter "qui fête son anniversaire aujourd'hui et qui est toujours très jeune!"

    :)

    RépondreSupprimer
  9. Ton billet me donne envie de pleurer.

    RépondreSupprimer
  10. Louis,

    Je n'ai pas répondu à ton commentaire, désolé, et me retrouve complètement con. Quand je suis rentré de déjeuner, hier, un autre mail m'attendait, terrible.

    Rimbus,

    Il s'est passé beaucoup de choses depuis que je l'ai écrit. Et beaucoup de billet de blogs m'ont fait pleurer, hier soir.

    RépondreSupprimer


  11. Bon, je vais dire une connerie : de toute façon en Bretagne, on le sait, ils se marient tous entre cousins, c'est plus simple pour tout le monde !
    :-)

    RépondreSupprimer
  12. Non, les Goux ne sont pas bretons...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !