07 novembre 2012

Client VIP

Hier soir, j'arrive à la Comète. Il y avait un nouveau serveur. Il me demande ce que je bois. Je commande un demi et je plonge dans mon iPhone (j'ai toujours beaucoup de mails à cette heure de la journée, du fait des commentaires aux billets que j'ai faits avant de prendre le métro). Je jette néanmoins un œil et voit qu'il attendait que je lui dise qu'elle type de bière je voulais. Une Kro. Il essaie néanmoins de me vendre une 1664... Je refuse. 

Il me sert. Christian arrive alors en courant et, pensant peut-être que j'étais particulièrement concentré dans mon iPhone, chuchote à l'oreille de son nouveau collègue « Attention ! C'est lui, Nicolas ».

Je ne sais pas ce qu'il a voulu dire par là... J'en rigolais ce matin avec la patronne. 

Je suis quand même perplexe. Pour qu'il dise « C'est lui, Nicolas », c'est forcément qu'ils avaient parlé de moi, avant. Je me demande...

La version pessimiste : « Tu vas voir, on a un sacré con parmi les clients, il a un tas de manie, il ne paye jamais avant la fin de soirée, il est chiant, arrogant, mais on ne peut pas le virer, il vient souvent avec des potes et est copains avec tout le monde. »

La version optimiste : « tu vas voir, on a un client vachement sympa parmi les clients. Il est réglo, il va il vient, il paye toujours avant de partir, amène d'autres clients,... »

Sacré Christian ! Ça me rappelle est des derniers samedis. Vers 13 heures, coupure d'électricité dans le bistro alors qu'il y avait du monde à table. Tout le monde s'agite, tente de rétablir l'électricité mais ça disjonctait immédiatement. Il y a même un client électricien qui essaie de réparer et qui renonce. Consternation dans le bistro. Moi, qui ne suis pas bricoleur pour un sou, je commence à pester. « Bordel de merde » me dis-je en moi-même « Il faut qu’ils trouvent la solution maintenant, qu’ils appellent un électricien d’urgence, sinon ça va continuer tout le week-end et ça ne sera pas réparé avant le service du lundi midi ». Rajoutant : « Putain, et je n’ai pas mangé, il va falloir que j’aille ailleurs. » Je me fâche. Je descends à la cave. Je coupe tous les disjoncteurs différentiels, remets le général puis, un par un, chacun des différentiels jusqu'à ce que je trouve celui qui fait tout péter. 

En écrivant ça, ici, je me rappelle que j'ai déjà raconté cette anecdote dans mon blog. Ou du moins une variante : avec moi, les anecdotes sont toujours un peu romancées. Manquerait plus que je raconte la vérité, aussi ! Il s’agit de vrais gens, quand même… Il n’empêche que j’ai eu du bol, ça a sauté dès le deuxième différentiel. Du coup, en moins d’une minute, j’avais tout réparé…

Toujours est-il que j'imagine Christian prévenant son nouveau collègue : « Tu vas voir, on a un client un peu bizarre, des fois, j’ai l’impression que c’est le patron ».

12 commentaires:

  1. VIP ... Very Important Picoleur ?
    :)

    RépondreSupprimer
  2. L'effet citation sur Europe 1 peut-être ?

    RépondreSupprimer
  3. *** Tu es maintenant CONNU et RECONNU Nico !!!! C'est EXTRA !!!!! :o)
    LOL Comme si tu allais brader ta Kro contre une 1664 !!! pppffff ! ***

    RépondreSupprimer
  4. C'est des serveuses qu'on veut à la Comète bordel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas eux ! Ils ne veulent pas laisser une gonzesse faire la fermeture...

      Supprimer
  5. Nicolas, après les Kro, on ne descend pas dans une cave et on ne touche pas à l'électricité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un midi et je ne bois jamais de bière le midi !

      Supprimer
  6. V.I.P ----> Valstar - Irish Beer - Pelforth

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !