22 août 2013

L'Atelier d'Yvonne



Doudou avait réservé à l'Atelier d'Yvonne. Il parait que c'est un véritable bouchon lyonnais mais je dois reconnaître que la vue des touristes, en terrasse, laissait plutôt penser à un de ces pièges à cons dans des ruelles faites pour ça, pensée rapidement abandonnée !

C'est un peu la cantine de Georges (Doudou a un vrai prénom...) comme la Comète, pour moi. La table réservée était à l'intérieur. Le décors est très sympa, moderne mais dans un style un peu ancien.

Il y avait Trublyonne (Mme Doudou), Bembelly, Toniolibero et, pendant l'apéro, Romain.

Un pot de Macon blanc (de mémoire) puis un deuxième suffirent pour l'apéro, pendant lequel ils nous servirent des machins en guise d'entrée, tout d'abord une mousse de courgettes (je crois) et du cochon puis des morceaux de boudin noir avec de la sauce.

Une bouteille de vin rouge sublime est arrivée pour le plat. C'est surtout le millésime qui est génial : 2009. Nous sommes passés au 2010 ensuite car il n'y avait plus de 2009 au frais (en fait, la boutique réserve le 2009 à Doudou, je crois. Il n'est plus sur la carte des vins).

Doudou étant au régime, il a pris une pièce de bœuf avec de la salade... Les autres plats étaient bien plus sympathique. Vous trouverez une photo de mon assiette de ris de veau en illustration. Les desserts étaient du même tonneau : ma tarte à la praline était sublime.

C'est une grande maison ! Un service sympa, un décors du thème tonneau, une nourriture de très grande qualité et en quantité plus que suffisante. Pour l'anecdote, j'étais surpris de ne pas voir d'entrée à la carte et les amuse gueule servi à l'apéro, bien que succulents, me paraissaient léger pour une entrée ! Mais quand j'ai vu le plat, j'ai compris : l'entrée n'est pas nécessaire.

Vive les bouchons lyonnais ! Vive l'atelier d'Yvonne !

Vous aurez compris que nombre de restaurants de même gamme de prix (que j'ignore d'ailleurs, j'ai seulement vu le prix des ris de veau) en région Parisienne (l'équivalent serait une brasserie de qualité et un peu branchée) ne remonte pas dans mon estime.

Le fait que Georges soit un grand habitué joue beaucoup dans cette ambiance. C'est un peu ce que ressentent probablement les gens qui mangent en petit groupe avec moi à la Comète.

Encore merci encore aux copains qui m'ont nourri, hébergé, véhiculé, guidé...



32 commentaires:

  1. Hum ! miam !
    l'Atelier d'Yvonne : une bonne adresse alors ! SUPER ! ça donne envie !
    Je dis comme toi :
    "Vive les bouchons lyonnais ! Vive l'atelier d'Yvonne !"

    RépondreSupprimer
  2. Ah, les ris de veau ! Il n'y a pas mieux, comme plat, pour déterminer la valeur d'un chef, et donc d'un restaurant. Car, un peu trop "brutalisées", ces petites choses deviennent vite spongieuses. Ou bien elles sont écrasées sous une sauce envahissante et tyrannique (une sauce musulmane, si vous préférez…), etc. Excellent choix, donc.


    Allez en paix, mon fils.

    RépondreSupprimer
  3. Sans doute est-il plus dur de rentrer, après avoir été gâté comme ça, que d'être ministre !
    Bz

    RépondreSupprimer
  4. Du ris de veau, tout ce que j'aime et que le mec qui me sert de vétérinaire me dit d'éviter rapport à la goutte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le con. Mais la goutte pourrait t'empêcher de marcher.

      Supprimer
    2. La, tu es le seul avec moi à comprendre

      Supprimer
    3. La goutte ? Mais enfin, trouvez donc un médecin qui vous prescrive un comprimé de Zyloric 300 par jour et vous pourrez manger tous les ris que vous voudrez !

      Ah la la, ces gauchistes, faut vraiment tout leur dire !

      Supprimer
    4. Jacques,

      C'est bien pour ça que je me suis permis.

      Didier,

      Je connais des gens qui ont de la goutte mais qui sont obligés de faire gaffe quand même.

      Supprimer
    5. Doudou a eu la goutte une fois, ça fait drôlement mal quand même.

      Supprimer
    6. Moi je l'ai eue aux doigts il y a une dizaine d'années. Un cas rare. C'est la médecine du travail qui m'a "sauvé" alors que m'a généraliste racontait des conneries. La toubib du travail a compris en deux minutes : j'étais gros (plus que maintenant) et au régime "léger" (mon poids était du à l'absence d'effort physique plus qu'au reste). Elle me dit : vous, vous avez remplacé les patates et autres trucs supposés par des champignons. Bingo !

      Remarque, j'étais arrivé expert dans la cuisine des champignons de Paris.

      Supprimer
    7. Mais évidemment que ça fait un mal de chien ! J'en ai eu il y a longtemps (au talon et au gros orteil), je suis bien placé pour le savoir. Mais le zyloric est LE moyen pour contrôler l'acide urique et, donc, l'empêcher de revenir.

      Supprimer
  5. Ils t'ont gâté les copains, c'est sympa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Je t'es conseille. Très bonne agence.

      Supprimer
  6. Mais c'est qu'on l'aime notre Nico. Même le chien d'ailleurs.
    Sinon nous accueillons tout blogueur (de gauche de préférence) (et bien élevé de surcroit) de passage à Lyon quand ça peut rendre service.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu comment El Camino a apprécié la photo de tes cuisses, avant hier, il est un blogueur d gauche très bien élevé.

      Supprimer
    2. Oui, mais quand je passerais à Lyon, je viendrais en couple. Mais je compte bien venir un de ces quatre, j'adore Lyon.

      Supprimer
    3. Ben faites une partouze, aussi... Putain, ce genre de proposition dans mon blog...

      Supprimer
    4. Ah oui tiens, je n'y avais pas pensé!

      Supprimer
    5. Tu penses à rien. Déjà que je viens de lancer une charge dans les lb

      Supprimer
  7. Ah oui le rouge, c'était du Côte du Rhône Guigal. Ceux qui connaissent apprécieront.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ça ! Le 2009 fabuleux. Le 2010 moyen.

      Supprimer
    2. mais a l'apéro vous aviez pris deux «Un pot de Maçon blanc», c'est quoi du plâtre ? c'est bon je sort

      Supprimer
    3. Ah merde, je corrige. Merci.

      D'un autre côté, je ne vais pas commenter chacune de tes fautes.

      Supprimer
  8. Si j'arais su, j'arais pas parlé de goutte

    RépondreSupprimer
  9. La goutte d'acide urique qui a fait déborder le vase ...
    Quelle époque, on ne peut plus parler de ris sans parler de ce que ça peut causer. Agrément/punition, ah lala, la conscience judeo-chrétienne, :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !