01 août 2013

Les touristes à Bicêtre

Je l’ai déjà dit : je n’aime pas les touristes à la Défenses et dans le métro. Dans Paris, ils ne me dérangent pas et au Kremlin-Bicêtre, ils m’amusent. Si ! Il y a des touristes au Kremlin Bicêtre. Essentiellement des anglais, je crois. Il y en a deux catégories. C’est important à savoir. Je me demande d’ailleurs si je ne suis pas le premier blogueur à évoquer le tourisme au Kremlin-Bicêtre.

Je vais vous expliquer tout ça mais il faut que je plante le décor, d’où le magnifique schéma dont est doté ce billet de blog. Il représente le quartier. En vert, nous avons le sud de la ville de Paris. En bleu sont représentées les deux principales rues du Kremlin-Bicêtre. Je dis « principales », c’est pour faire chier ceux qui habitent ailleurs. Verticalement, c’est l’avenue de Fontainebleau surnommée « Nationale 7 » par Charles Trénet. Horizontalement, on s’en fout, elle change de nom à chaque carrefour. En rouge sont les emplacements de quelques hôtels. Les ronds mauves sont les stations de métro : en haut, Porte d’Italie, en bas, Le Kremlin-Bicêtre. Les ronds orange sont mes bistros préférés, celui du bas étant la Comète.

Nous avons ainsi deux catégories de touristes. Trois en fait, puisqu’il y a aussi les touristes normaux, ceux qui sont hébergés à côté de la Comète parce que c’est moins cher. Les touristes des deux autres catégories sont hébergés dans les hôtels près de la Porte d’Italie, les pavés rouges.

Première catégorie : les touristes qui vont à leur hôtel. Comme il est sur la commune de Bicêtre, ils vont au métro « Le Kremlin Bicêtre » alors que le métro « Porte d’Italie » est juste à côté des hôtels. Comme la Comète est le bistro qu’on voit le plus en sortant du métro, ils viennent pour demander leur chemin. Les serveurs autres que Christian ne connaissent pas le quartier et me les envoient.

Deuxième catégorie : les touristes qui quittent leur hôtel pour aller manger à Paris mais qui se trompent de direction. Ils vont vers le sud au lieu d’aller vers le nord. S’ils sont sur le trottoir de droite, le premier restaurant digne de ce nom et ouvert le soir est la Comète.

Ceux de la première catégorie nous amusent beaucoup.

Voila, à droite, une vue aérienne. Nous sommes donc à la Comète (point vert). La plupart vont à l’hôtel Ibis (point rouge). Le chemin le plus court est marqué par des points bleus : il faut longer la nationale jusqu’au périph, prendre à gauche, deux fois. C’est aussi le plus simple.

Quand nous avons envie de jouer, nous les envoyons par un chemin plus compliqué, celui qui est marqué en gris dans la carte. Il fait à peu près la même longueur mais est en zig zag. Après 20 heures, cela nous amuse beaucoup parce qu’ils ne trouveront personne pour les aider et ils vont se perdre. C’est surtout drôle avec les étrangers. « You take the first right, juste après the Crédit Agricole… »

C’est surtout rigolo quand on est plusieurs à expliquer et que chacun à une explication différente.

J’aime bien aussi quand quelqu’un explique le chemin le plus simple. « Vous allez jusqu’au périph et vous prenez la dernière à gauche ». J’ai envie de répondre : hé, ducon, comment veux-tu qu’il sache que c’est la dernière ou qu’il est arrivé au périph puisqu’il faut tourner AVANT le périph ?

La plupart des touristes sont idiots. Ils ne nous demandent pas l’hôtel Ibis mais nous donnent le nom de la rue, Elysée Reclus. Or cette dernière est assez longue. J’envoie donc les touristes à l’autre bout (où j’ai fait un point bleu, sur la carte, à gauche). C’est très facile à expliquer : la première à droite, au feu à gauche et c’est la cinquième à droite. Ca n’est pas beaucoup plus long, cent ou deux cent mètres, mais les touristes se retrouvent alors dans une espèce de quartier résidentiel, déprimant, avec rien, sans passage, avec absolument rien qui puisse ressembler à un hôtel !

10 commentaires:

  1. Comme m'avait dit une personne très sensée à Rochefort en Terre "Et ben quand on ne sait pas ou c'est, ben on n'y va pas"

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! Ces touristes !!!! ;o)
    Mais j'avoue que quand on est touriste (on l'est tous un jour ou l'autre !) on pose des questions un peu idiotes et on doit sembler un peu (beaucoup ?) ignares !... mais finalement pour avoir le plaisir de découvrir ne faut-il pas jouer un peu les naïfs ? :o)

    Bises à toi Nico et passe une bonne fin de semaine !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Si c'est moi qui m'amusais à planter ces étrangers, GdC me dénoncerait comme raciste et touristophobe !

    Cela dit, pas d'accent sur Trenet, je vous l'ai répété cent fois !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !