14 décembre 2013

Sales majestés

Apéro ordinaire avec Tonnégrande. La musique de la Comète était à chier et la conversation a dévié sur les groupes de rock français que j'ai aimé quand j'étais jeune, je ne sais pas pourquoi. C'est un sujet que j'évite généralement. Les goûts et couleurs en matière de musique sont souvent grotesques et n'ont aucun intérêt. 

Pour vous dire, j'ai joué du violon pendant des années, tout en écoutant essentiellement du rock et j'aimais ça. Le violon quand j'en jouais et le rock quand j'en écoutais. Je n'écoutais jamais de violon... La musique classique m'insupporte. Cela étant, ça me fait toujours rigoler de parler musique avec des andouilles qui prétendent s'y connaître en rock ou en classique alors que je suis probablement le seul à pouvoir lire une partition et à savoir accorder un violon (très mal, j'ai de mauvaises oreille). 

Cette parenthèse me rappelle la une du Parisien de ce matin. 

Cette andouille réussissait à gagner du pognon en vendant des faux grands crus. La plupart des amateurs de pinards sont des andouilles qui n'y connaissent rien. Du pur snobisme. Des bobos abrutis. Des connards qui oublient qu'après la première gorgée, surtout en mangeant, on ne sent plus le goût et on est incapable de faire la différence entre un Sauvignon de comptoir et un un Bordeaux renommé. 

Pour la musique, c'est pareil. Les gens, ces fameux gens, n'y connaissent rien, qu'ils soient adorateurs de classique comme de rock, ce qui me permet d'afficher mon manque de culture sans la moindre honte. 

Ah ! Je me rappelle ! La musique de la Comète était vraiment à chier jusqu'à ce que la radio qu'ils diffusent envoie London Calling, des Clash, si ma mémoire est bonne. J'ai noté le changement à Tonnégrande et la conversation a dévié sur ce que j'écoutais au siècle dernier. Il n'écoutait pas du tout la même chose. Il a dix ans de plus que moi et vient de Guyane. J'ai donc essayé de trouver des trucs que j'aimais et qu'il aurait pu connaître, tout en me limitant aux productions françaises. Dire que j'aime bien Lou Reed, pour évoquer un mort récent, les Beattles et les Doors n'a aucun intérêt. 

Nous avons donc embrayé sur Téléphone, mais il ne connaissais que l'excellent "j'ai révé d'un autre monde". Du coup, je lui ai fait écouter des trucs plus vieux, de leur premier album (j'avais 13 ans ?). 

Ensuite, il m'a parlé de Bob Morane. Je dois avouer que je n'ai jamais aimé Indochine. Mais à ce stade de la conversation, ni lui ni moi n'étions capable de citer le groupe qui a sorti ça. Indochine m'est revenu en mémoire mais il m'a fallu utiliser Google pour avoir une certitude. 

Ensuite, nous avons longuement parlé de la Mano Négra. Pour moi, c'est "le groupe". Je les ai vu en 1989 ou 1990 à l'Olympia. Un concert mythique qui a duré 2h30. Il connaissait très peu. J'ai pris l'iPhone et je lui ai fait écouter Mala Vida. La première version.

On a ainsi parlé de quelques groupes français des années 80 et 90, Marquis de Sade ayant une place spéciale dans mon cœur, mais étant sans intérêt, à la réflexion. Aucun tube. Juste la fierté d'avoir un groupe Breton. 

À un moment de la conversation (nous n'avons pas évoqué plus de 6 ou 7 groupes et c'est lui qui m'a rappelé Rita Mitsouko dont je n'ai jamais acheté le moindre album, vu qu'on les entendait partout, mais dont j'étais fan), je me suis rappelé de Louise Attaque. J'ai passé le morceau le plus connu (viens, je t'emmène...). Il m'a dit qu'il connaissait. 

À la réflexion, il est étrange que nous n'ayons pas évoqué les Berruriers Noirs et surtout le groupe de Bertrand Cantat dont le nom m'échappe mais qui devrait me revenir dans les prochaines minutes (Noir Désir). Je n'ai jamais été fan à part ponctuellement.

Toujours est-il qu'en parlant de Louise Attaque, je mes suis rappelé de deux groupes français de l'époque. Les souris déglinguées et ... les sales majestés. J'ai complètement oublié les souris machins. Seul le nom me reste en tête. 

Par contre, je n'ai pas peur de déclarer solennellement, ici, que les sales majestés furent le meilleur groupe de rock français de tous les temps. 

Leur morceau "fier de ne rien faire" devrait être passé tous les matins à la radio. J'imagine que ces andouilles, 30 ans après, sont maintenant banquiers ou informaticiens. Mais à l'époque, c'était quelque chose.

Vous pouvez chercher dans Deezer ou YouTube mais attention ! Ils ont été repris par un tas d'ahuris dont les Wanpas, groupe préféré de mon Tourangeaud preféré. 

Je les ai vus deux fois en concert. Dans deux bistros de Loudéac, l'Atelier et la Grenouille, c'est vous dire leur reconnaissance internationale. 

C'était des copains de mon frère ainé, le divin enfant. D'ailleurs je n'ai qu'un seul frère. Je me rappelle de ces deux soirées finies dans l'arrière cuisine des bistros en question et je me demande si à l'époque on ne picolait pas un peu plus que la moyenne. 

Le chanteur sautait sur le comptoir avec sa guitare électrique et continuait : "je suis fier, fier de ne rien faire" et on dansait comme des abrutis jusqu'à quatre heures du matin. Quand je vois les jeunes d'aujourd'hui au 1880 saouls avec cinq ou six cocktails, ça me prouve que les jeunes sont encore plus cons maintenant que de mon temps et ne tiennent plus la marée.  

C'était mieux avant. Surtout la musique. 

Plutôt que de demander des rapports sur l'immigration, le gouvernement devrait commander des rapports sur le rock français et l'influence du rapport des jeunes avec l'alcool. 

Je rêvais d'un autre monde. C'était un très beau morceau mais malheureusement réducteur. 

33 commentaires:

  1. J'ai versé une petite larme quand tu as parlé des Sales Majestés et de la Grenouille, je peux dire "J'y étais"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils étaient passés à l'Atelier, aussi. C'est rigolo d'y penser maintenant mais grâce à quelques patrons de bistro (dont Catherine et Jacky), Loudéac était la ville de Bretagne, devant Rennes ou presque, qui bougeait le plus de ce côté.

      Supprimer
    2. À cette époque, deux concerts m'ont particulièrement marqué. Un à l'Atelier avec un type dont j'ai oublié le nom et un autre avec les Blues Brothers (enfin, les types qui avaient racheté les droits). C'était au foyer municipal. Nous étions plus de 2000 (la salle est limitée à 1400, je crois) et j'étais en charge de surveiller les portes qui donnent sur l'avant.

      Le premier gugusse a fait deux concerts à l'Atelier. Au deuxième on était PLD de 200.

      Supprimer
    3. Ce serait y pas Bruno Green, un guitariste http://www.wiki-rennes.fr/Bruno_Green

      Supprimer
    4. la mémoire du vieux est encore bonne

      Supprimer
  2. Du violon pour toi, de la clarinette pour moi jusqu'à ce que je développe une allergie à cause de l'anche. Au delà du fait que nous sommes encore capable de lire une partition, cela nous a sans doute servi à goûter à toutes ces autres musiques dont tu parles dans ton billet. Parmi ceix que tu cites ma préférence ira toujours à Téléphone. Un de mes grands malheurs resteta le cambriolage dont j'ai été victime il y a quelques années, ces baltringues m'ont piqué, entre autres choses, tous mes vinyls et toutes mes K7...

    RépondreSupprimer
  3. Le chanteur des Sales Majestés avec une guitare ? T'avais pas commencé à picoler avant le concert ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ho ! Ça va faire trente ans. Alors les détails...

      Supprimer
  4. Les sales majestés c'etait quand même guitares saturées et boum boum comme beaucoup de groupes qu'on entendait à l’époque. Marquis de Sade était plus intéressant à mon avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marquis de Sade c'était avant.

      Supprimer
    2. Marquis de Sade, il n'y avait pas un mec du lycée de Loudéac dedans par hasard ?

      Supprimer
    3. Si Franck Darcel ! C'est un copain de MHPA. Le fils de "Madame Darcel" qui était une copine de mon père. Tiens ! J'en parle ici.

      Supprimer
    4. Je préférais OTH aux sales majestés, mais c’était avant aussi.

      Supprimer
    5. Tu dois être plus vieux que moi... Je ne connaissais pas OTH. Les SM faisaient le tour des bistros du coin, si bien qu'ils sont passés au moins deux fois à Loudéac et comme j'étais copain avec les patrons et mon frère copain avec eux, on finissait en foire, dans l'appartement des tauliers, après le concert.

      Supprimer
    6. Non tu es un peu plus vieux que moi. Mais j'ai des frères et sœurs plus âgés qui m'ont fait découvrir pas mal de musiques différentes. Par contre on n'avait pas la chance d'avoir autant de concerts qu'a Loudéac là ou j'habitais.

      Supprimer
    7. Loudéac bougeait beaucoup à cette époque. Le patelin était montré en exemple même à Rennes. Nous avions des petits concerts tout le temps. Jacques parlait d'un type, Bruno Green. Un concert de lui dans un bistro de Loudéac, il y avait au minimum 200 personnes qui venaient de toute la Bretagne.

      Après, on est montés en catégorie ce qui fut une erreur. Ça a coulé le truc. Les bistros n'étaient plus assez grands, il nous fallait la salle municipale. Je dis nous, c'est une façon de parler. J'étais dans l'équipe mais uniquement à la sécurité ou aux entrées.

      Supprimer
  5. De bons souvenirs ... merci de les partager avec nous cher Nico !
    Bises et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  6. «  C'était mieux avant. » Vieux réac ! Ludovic nous a saoulé (c’était pas dur on buvait pas mal à l’époque) pendant son adolescence avec Béruriers Noirs…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les Négresses Vertes ?

      (je n'ai jamais été fan de ces deux groupes ni de Noir Désir)

      Supprimer
    2. Jamais eu droit aux Négresses Vertes mais aux Négresses à la Maison…

      Supprimer
  7. Les Garçons Bouchers (♫♪♫ La bière, la bière, mais qu'est-ce qu'elle a fait de moi la bière...♫♪♫), BB Doc, Los Carayos, Pigalle, Sttellla, Négresse Vertes, Tétines Noires,... début des années 80...

    RépondreSupprimer
  8. Oui. J'ai beaucoup aimé Sttellla (mais ça me rappelle de mauvais souvenir, c'est étrange)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !