01 septembre 2014

Le coup de fatigue de Pierrot

Il est parti un peu fatigué du bistro. J'étais un peu inquiet. Alors quelques minutes après je suis parti à sa recherche.  Je l'ai retrouvé sagement endormi sur les marches.


J'ai discuté avec lui. Il va bien. Je lui laisse une demi-heure et je le ramène chez lui. 

La soirée à la Comète fut bonne, avec Croises Pattes et les copains, Tonnégeande et le vieux Joël. On a bien rigolé. 

Il est bientôt 23 heures. Je viens d'aller voir Pierrot. Il m'assure qu'il va bien. Il me dit que les gens sont très gentil et lui proposent de l'aide. Il ne veut pas que je le ramène. Ça m'arrange. 

Au bistro, il y a un Turc bourré qui nous explique que Gensis Khan (excusez l'orthographe) est Turc et qu'il ne faut pas croire ce qu'on dit. Je suis allé pisser. Les lumières étaient en panne en bas. Je suis rentré à tatons en me déballant le matériel. Le tatons m'a montré qu'il y avait déjà un gugusse. Or, vous, je ne sais pas, mais quand vous avez envie de pisser, avec la bite à l'air, vous avez du mal à retenir. 

J'arrive à obliquer. 

Je reviens à ma place au comptoir. Un clown était en train d'expliquer que les Américains n'ont jamais été sur la lune. Il se présente comme étant pilote de ligne. 

Pierrot vient de rentrer dans le bistro. Il voulait un Perrier. Les serveurs, Fred et Roger, ont refusé. Fred négocie avec lui. Le Turc derrière moi essaie d'avoir un dernier verre. Roger refuse. Christian et le pilote se barrent. Laverdure et moi sommes toujours au comptoir. 

Belle soirée. 

Pierrot est parti. Il va prendre son bus. S'il peut. 

8 commentaires:

  1. Bon, finalement, elle lui a coûté combien, sa fatigue ? Non parce que c'est un peu facile de nous allécher avec un coût de fatigue et de ne même pas nous donner le montant du coût en question !

    RépondreSupprimer
  2. ah la politique à pépère on voit ou ça rebsamen

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !