12 septembre 2014

Mon iPhone 5c est opérationnel ! Le bilan...

J’aime bien faire des billets à contre-courant. L’iPhone 6 vient d’être annoncé et je fais un billet sur la version précédente. Il n’empêche que j’aime bien raconter mes expériences en nouvelles technologies…  Je viens donc de passer de l’iPhone 4 au 5c, sautant ainsi deux générations (le 4s et le 5).

Les raisons du changement :

Mon ancien smartphone a été volé mais l’achat était dans l’air depuis quelques temps (la caméra et la batterie étaient très mauvaises). L’achat aurait été accéléré par la sortie d’iOS 8 qui ne tourne pas sur iPhone 4.

Les raisons du choix :

C’est un achat impulsif (mais nécessaire) : je me suis contraint à prendre le bas de gamme proposé par mon opérateur tout en restant chez Apple pour récupérer rapidement toutes mes données. Si l’achat avait été réfléchi, j’aurais hésité et peut-être pris un smartphone avec un OS Microsoft. J’adore les pavés.

Les plus :

-          La rapidité du lancement de certaines applications comme Twitter,
-          La rapidité de la 4G,
-          La suppression des « pannes » de l’ancien (batterie et caméra) et la rapidité de chargement de la batterie,
-          Internet qui passe dans les toilettes du bureau,
-          Le connecteur qui fonctionne dans les deux sens (on ne pense jamais assez aux détails…).


Le moins :

Le machin est trop grand : j’ai deux heures de transport en commun par jour et il faut les deux mains pour l’utiliser de manière sécurisée. Il est plus facile à voler que le précédent (qui m’a pourtant été volé à l’arrache !).

Ben oui, les gars, il faut penser à tout. On ne peut plus utiliser l’iPhone dans le métro aux heures de pointe et en marchant. Vous me direz qu’il faut

L’anecdote number one :

Le téléphone ayant été volé, j’avais bloqué la ligne. J’ai donc dû appeler le service client pour qu’ils la rouvrent quand j’ai reçu le nouveau mais l’opératrice a fait la mise en service de la SIM après l’ouverture de la ligne alors qu’il fallait la faire avant. En voulant rattraper son erreur, elle a fait une erreur de manipulation.

Le téléphone ne fonctionnait pas. J’ai donc appelé le lendemain. L’opérateur, avec l’aide du service correspondant, a réussi à remettre le truc en service.

Mais internet ne fonctionnait pas (sauf en wiki).

J’ai donc appelé une troisième fois le support. C’était aujourd’hui. Ca marche mais il a encore fallu que le technicien appelle un service de support.

L’anecdote number two :

Quand j’ai enfin eu l’iPhone, mercredi, j’ai commencé à faire la récupération des données avec la wifi d’une collègue en mode « partage de connexion », j’ai poursuivi avec la wifi de la Comète. Je suis rentré chez moi. J’ai tenté de saisir le code de la livebox. Mais celui que j’avais noté ne passait pas. Ma livebox étant dans un coin pas bien éclairé, il a fallu que j’attende qu’il fasse jour, soit le lendemain matin (le code que j’avais noté était celui de ma mère).

Ce matin, après une première nuit complète avec la wifi, donc, l’iPhone m’a dit qu’il n’avait pas assez de mémoire pour terminer les mises à jour ce qui est vexant. En fait, il n’a pas réussi à mettre à jour iOS avec la dernière version. Je verrais ce soir.

Toujours est-il que dans le métro, ce matin, je me suis amusé à regarder ce qui occupait tant de mémoire et fait un peu de ménage en supprimant les applications que je n’utilise jamais mais que j’avais téléchargé avec mon premier iPhone, j’en suis le troisième. Toujours est-il que ce qui prend beaucoup de place sont les photos.

Comment, me dis-je ! Comment peut-on saturer la mémoire d’un téléphone avec des photos sur un iPhone dont la caméra ne fait que photos ratées ? Je regarde… J’avais un tas de photos de mes deux iPhone précédent, dont les photos floues que je prenais avec le 4 pour illustrer des billets de blog ou tweeter et des copies d’écrans, notamment de Twitter, pour les mêmes usages.

Cet imbécile, si je puis me permettre, avait récupéré des photos qui existaient dans le « cloud » mais que j’avais supprimé de mon précédent iPhone (et qui venaient pour partie de mon iPhone d’avant)…

J’ai donc passé mon trajet de métro à faire le ménage dans les photos… J’en ai supprimé 500 ce matin, il en reste 800, dont la majeure partie sans le moindre intérêt. Ce week-end, il faudra que je fasse le ménage dans le Cloud mais j’ignore comment…

D’autres anecdotes ?

Voyez mes précédents billets.

Ma grande surprise ?

La qualité du service client chez Apple et Orange (même si une technicienne de l’opérateur a fait une connerie,…) : l’amabilité, le professionnalisme, les moyens techniques, la vitesse « d’escalade » auprès des services de support interne, l’efficacité,…


Même le temps d’attente est raisonnable ! Sur les cinq appels que j’ai passé, un a carrément été refusé parce qu’ils étaient en surcharge, j’ai attendu une fois un peu plus de 20 minutes, une fois quatre et deux fois moins de deux minutes.

2 commentaires:

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !