20 juin 2008

Cons au bistro

Arrêtez d’insister ! Il est hors de question que je raconte la suite des aventures de la Comète. Sauf si vous m’offrez une bière. D’accord. Je continue.

Grace à ce blog, la Comète finira par être le bistro le plus célèbre de la blogosphère alors que je touche aucun revenu des patrons, juste une bière de temps en temps. Deux hier, mais ça doit être une erreur.

Une politique élitiste a été mise en place dans ce bistro
. Il n’y a presque aucune consommation à moins de deux euros et rien de non alcoolisé à moins de 2€50. J’ai raconté un des dommages collatéraux de cette action avant-hier… Le vieux Jacques n’ayant plus de petites Côtes-du-rhône à 1€20 en boit des grandes à 2€50. Selon Tonnegrande, le pinard en question est excellent. Le vieux Jacques n’est donc pas perdant… mais il repart saoul si il boit autant de doubles que de petits qu’il buvait avant le changement.

Si je tenais un blog politique de gauche, j’aurais honte de décrire le deuxième effet de cette politique élitiste… Ca élimine les cons pauvres. Car, je ne sais pas si vous avez remarqué, il y a une quantité incroyable de cons aux comptoirs des bistros. Des cons qui viennent vous expliquer qu’ils ont gagné 50 euros au Rapido ou au PMU. Des cons qui veulent vous aider à faire les mots croisés. Des cons qui vous expliquent pourquoi le match de foot de la veille s’est mal terminé. Des cons qui vous détaillent l’augmentation des prix sur le marché. Des cons qui estiment Carla Bruni charmante.

Tout cela est absolument juste. Carla Bruni, par exemple, est fort charmante, mais un con qui vient me raconter des trucs sur Nicolas Sarkozy ne m’intéresse pas : j’ai le blog pour ça. En sortant du boulot, j’aime bien passer une demi heure ou une heure de détente à siroter ma bière en faisant les mots croisés, avant, si l’occasion se présente, de raconter des bêtises avec les copains, voire de refaire le monde si je ne travaille pas le lendemain. Pour cette heure de détente, il faut éviter les cons.

Ils vous pourrissent la vie
. Je me rappelle, il y a trois ou quatre ans, je n’allais plus à la Comète avant 19h30 pour en éviter un ou deux. C’était pénible. Il fallait soit que je sorte plus tard du bureau, soit que j’aille dans un autre bistro avant. Pour des raisons de commodité, j’avais choisi cette dernière solution.

M’enfin… Si cette politique a permis d’éliminer les cons pauvres pour le bien être de nos oreilles, elle n’a pas éliminé les cons riches qui sont pires.

Tiens ! Hier soir, j’étais avec Jacky Le Boucher et le vieux Joël. Il y avait un con dans le bistro. Nous étions trois en tout.

(con)

13 commentaires:

  1. C'est légal d'encourager l'alcoolisme en fixant plus haut le prix du sans-alcool ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. "la chasse aux cons est la plus longue à mener, ils se rerpoduisent trop vite !"

    par je sais plus qui, et je ne suis pas sûr de la citation :)

    RépondreSupprimer
  3. Gaël,

    C'est pas con.

    Poireau,

    C'est con.

    RépondreSupprimer
  4. Quand descends tu sur Toulouse que je t'offre celles que je te dois ? J'ai plein de trucs à te filer, je suis hyper en retard...

    gros poutous de la ville rose ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Jacky le boucher ?
    C'est pas le beauf de Dédé le plombier ?

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup votre chute. (Je veux dire : la chute de votre billet...)

    RépondreSupprimer
  7. Et quand Joël et Jacky sont sorti, il ne restait plus de con?

    RépondreSupprimer
  8. "siroter"? hum

    réponse facon vieux jacques:
    c'est le gars con boucher

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !