21 juin 2008

Une technomachin à Loudéac !

Ma mère est à l’hôpital, non pas pour un cancer de la prostate mais pour une bi-fracture de la malléole. Une fois n’est pas couture, je le raconte dans le blog politique, ces histoires d’hosto me mettent toujours en colère !

Me voilà dont tout seul à Loudéac… C’est triste une maison familiale quand on est tout seul. Surtout quand l’occupant principal se morfond à l’hosto ! Généralement, quand je suis tout seul à Loudéac, c’est que ma mère est en voyage. Je viens donc uniquement pour faire la fête avec les copains. Ce soir, je suis tout seul. Je vais aller faire la fête avec les copains.

Je dois d’ailleurs reconnaître que ça a commencé hier soir. A Loudéac, la fête de la musique est toujours un vendredi fin juin. En Bretagne, pour les fêtes on est très organisés ! La fête de la musique est toujours le week-end qui précède la Saint Jean pour ne pas que les fêtes entrent en collision.

C’est ainsi que hier soir, j’ai donné rendez-vous à mon pote Gilles aux Vincennes et nous sommes allés baguenaudés. J’ai même fait la bise à une future sénatrice socialiste, ma copine Fabienne voulant lui présenter le blogueur qui fait parler de Loudéac…

Puis on est revenus aux Vincennes. Trop de jeunes dans les rues. Et il faut supporter la musique Bretonne.

Vers minuit trente, le patron du Cornouailles, aimable bistro que je fréquente généralement le vendredi soir, débarque au Vincennes.

N.B. : L’orthographe est compliquée. Dit-on « au Vincennes » ou « aux Vincennes » ? Aurais-je du dire « le patron des Cornouailles » ? Mais la question n’est pas là.

Il était avec mon copain Yann et m’avaient attendu toute la soirée, j’avais oublié de les prévenir de mon absence. Une mère à l’hôpital est un bon prétexte. Je l’ai utilisé.

Le patron du Cornouailles était dépité. Une « rave partie » étaient en train de s’installer en face de chez lui ! Du jamais vu à Loudéac. Obligé de boire chez un concurrent à cause du bruit qui l’aurait empêché de dormir.

Quand je suis rentré à la maison à 2 heures et 3 grammes, je suis allé voir. Des dizaines de jeunes débarquaient et s’envoyaient des SMS. Impressionnant !

N.B. : D’après la rumeur, ce n’était pas une fête impromptue mais un rassemble organisé avec l’accord des autorités.

31 commentaires:

  1. Il me semble évident qu'il faut dire LE Vincennes et LE Cornouailles. Mais, bon, j'cause pas l'breton, hein !

    RépondreSupprimer
  2. Et condoléances pour ces raffuts abjects que l'on a le front de nommer "musique"...

    RépondreSupprimer
  3. Et dire que ta mère a loupé la rave partie, c'est pas d'bol !

    :-)

    RépondreSupprimer
  4. Didier,

    Merci,

    Poireau,

    La pauvre !

    RépondreSupprimer
  5. bonsoir!!

    je ne suis pas d'accord avc vous didier la hardtek, tribe, la drum'n'bass (musique de rave party) ces de la musique il ya des heures de travail derrieres chaque mix !! je sui moi meme musicien (guitariste) et ses un style de musique qui m attire beaucoup ! enfin bref !! respectons la musique de chaque un !!!


    p.s. les raveurs on eu je pense la bonne idée de s'eloigné du centre ville afin de ne pas géner les autre concerts et la musique a ete couper a 3h comme tous les autres groupes de loudeac



    on n'arrete pas un peuple ki danse

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Celui-là, je vous le laisse.

    Mais il a raison, ça s'est arrêté à 3 heures. Mais ma mère habite à 500 mètres, et on entendait très bien.

    RépondreSupprimer
  7. Bien cher anonyme,

    je vous rassure : personne n'est jamais d'accord avec moi. C'est donc la preuve que vous êtes dramatiquement normal.

    Néanmoins. Vous parlez du "travail" que certains ont accompli pour parvenir à produire ces ouragans de décibels stupides. Certes. Je vous ferai observer que concevoir puis construire des chambres à gaz est également un travail réclamant ingéniosité et opiniâtreté. Donc, respectons les camps de concentration.

    Respectons la musique de chacun ? D'une part, ce que vous faites n'est nullement de la musique, mais tout au plus de la variété (et encore). D'autre part, il est une chose infiniment plus précieuse et qu'il faudrait commencer par respecter : le silence. Ou, plus exactement, le droit au silence. Mais c'est là une chose dont vos hordes festives n'ont même plus idée, je suppose.

    RépondreSupprimer
  8. LA CINQUANTANAIRE23 juin, 2008 15:45

    J'ai un peu plus de cinquante ans, je suis passée par hazard à coté du mur de son installé à coté de la gare, comme je suis curieuse et que j'avais entendu parler der raves, je me suis arrêtée quelques temps. franchement ce n'est pas si terrible que l'on veut bien le faire croire. C'est un style de musique bien spécial que tout le monde n'est pas capable d'écouter toute une nuit, comme d'autres styles d'ailleurs !!! Tout les gouts sont dans la nature, moi un peu en passant je ne trouve pas ça si "nul" Quand on parle de camps de concentration, il faut bien se rappeler que c'est justement l'intolérance qui a amene des gens à construire ces abominations.
    Mais revenons à la musique, dans les années 70 le hard rock était considéré comme une musique de sauvages comme d'autres styles en d'autres temps; de nos jours le hard rock est rentré dans les moeurs. Les temps changent essayons d'être un peu plus ouverts et acceptons que d'autres ne pensent pas ou n'aiment pas les mêmes styles de musique que nous. Que le monde serait bien triste si on devait tous aimer la même chose en même temps.
    Si on laissait chacun s'exprimer il y aurait peut être moins de problèmes.
    Maintenant il y a des gens que la nouveauté ou ce qui n'entre pas dans les normes, fait peur : on a peur de ceux qui ne sont pas comme nous
    COMME C'EST TRISTE ! CHER DIDIER UN PEU DE TOLERANCE UN PEU D'OUVERTURE AUX AUTRES

    UN CIQUANTENAIRE QUI EST RESTEE JEUNE DANS SA TETE

    RépondreSupprimer
  9. 50tenaire,

    J'ai tout à fait conscience d'avoir écouté quand j'avais "une petite vingtaine" des trucs qui faisaient hurler mes parents (et j'écoute les mêmes trucs depuis).

    C'est pour ça que, contrairement à Didier, je ne porte pas de jugement... Mais je n'aime pas ça. Il n'y aucune mélodie... et contrairement "à la musique de ma jeunesse" (je suis de 66 et écoutait beaucoup de rock, voire du hard et du punk), ce truc qu'on a entendu l'autre jour est sans instrument de musique et sans voix humaine.

    J'ai du mal à qualifier ça comme de la musique mais je comprends très bien que les jeunes s'éclatent dessus, j'ai eu assez d'engueulade de la part de mes parents qui auraient préféré que j'écoute autre chose. Néanmoins, quand j'écoutais du rock à un volume sonore raisonnable, je n'avais aucune remarque. Au contraire, je me rappelle avoir eu des compliments sur les Doors.

    Sur la techno, non... Si j'avais des mômes qui écoutaient ça à la maison, je couperais immédiatement l'électricité.

    RépondreSupprimer
  10. Putain, il est vachté réac, le taulier, moi j'trouve !

    RépondreSupprimer
  11. Je précise (parce que c'est quand même moi le plus réac, faut pas déconner) que je mets le rock et la techno exactement dans le même sac (et que je fous le sac à l'eau).

    RépondreSupprimer
  12. Didier,

    La seule excuse possible est votre age avancé.

    Il est où, l'autre ?

    RépondreSupprimer
  13. Je ne suis même pas sûr que ça pusse être considéré comme une excuse. D'autant plus, concernant le rock, que ce même âge avancé fait que je suis à peu près le seul à avoir connu la grande époque de ce type de variété. Et à m'en être à peu près totalement foutu.

    C'est pour cela que votre amie quinquagénaire me fait rire lorsqu'elle dit que le hard rock est "passé dans les moeurs" : dans les siennes, c'est possible, mais pas dans les miennes...

    RépondreSupprimer
  14. Ah ça c'est un vrai débat. Est-ce que la techno, c'est de la musique ? Est-ce que le rock c'est de la musique ?

    Tout ce que je sais, c'est qu'il m'a fallu supporter une x-rayve itou, juste à coté de chez moi. C'était ponctué de trucs faussement gothiques, du genre, moine satanistes sur le retour, gonflé à la testostérone de Carl Orff. Une méchante horreur. j'ai même hésité à sacrifier des moustiques pour l'occasion.

    Plus sérieusement, il a une frontière entre l'écoute et la compréhension. L'appellation "rock" ne veut strictement rien dire; Si on dit que Elvis c'est du rock, alors, en effet, ça vaut guère plus qu'un pet de lapin.

    Mais Hendrix, c'est du rock ?
    Neil Young, c'est du rock.

    En tout cas, rock ou pas, on s'en fout...

    Comme en tout, si c'est élististe, c'est chiant, si c'est pour faire semblant d'apprécier Purcell...

    RépondreSupprimer
  15. Didier,

    Oui, pardon ! Ca n'est pas une excuse mais LA raison.

    Dorham,

    Oui, chacun aura sa propre frontière entre le bruit et la musique.
    Pour ma part, je considère que quand un type joue d'un instrument et détermine avec ses gros doigts potelés la hauteur d'un son. Delà se pose la question du niveau d'électronique pour qu'on puisse tolérer pour basculer d'un monde à l'autre...

    La question suivante : peut-on tolérer qu'un mec qui ne connaisse rien au solfège puisse se prétendre musicien ?

    Quand nous aurons défini ce qu'est la musique, nous pourrons nous attaquer au rock... "Comme d'habitude" n'en est pas. "My Way" par Sid Vicious en est... mais "My Way" par Elvis ? Assurément non. Que faisait Elvis ? Du rock ?

    RépondreSupprimer
  16. Un mec qui ne connait pas le solfège peut être musicien ?

    Stricto sensu, non.
    Mais dans les faits, il y a nombre d'autodidactes qui n'en ont ni besoin pour jouer, ni même pour composer...ni même pour être de fieffés génies ; alors...rien n'est moins sûr !

    Tout dépend de ce que l'on entend également sous le terme "musicien". S'il s'agit de jouer d'un instrument et de faire de la musique avec, tout le monde l'est, même le type qui tape sur la table de son salon.

    A un certain niveau, même avec une bonne oreille et un bon instinct l'apprentissage des "grilles" est en tout cas indispensable. Ce n'est pas du solfège mais un chemin mélodique.

    Tout cela est compliqué. L'essentiel en musique, c'est la transcendance, le reste en fait on s'en fiche. Les émotions que je ressens en écoutant Bach, Miles Davis ou les Clash sont certainement différentes mais elles ne sont pas moins fortes les unes que les autres...(bon peut-être un poil alors)...

    Le hic, c'est que le goût ne fait pas la valeur d'une musique. On peut aimer un truc et ça peut bien être complètement à chier...

    Raaaaaaaaaaa !!!

    RépondreSupprimer
  17. Oui.

    Mais si j'ai déjà eu de l'émotion devant du classique, du rock, voire de la "variété", j'ai rarement versé une larme devant de la techno.

    Et encore, les rares fois, c'était à cause du mal aux oreilles.

    RépondreSupprimer
  18. Pareil pour moi ;(

    mais bon...on y comprend p'têt rien !

    RépondreSupprimer
  19. D'accord avec Dorham (désolé...) sur au moins un point : on peut parfaitement aimer Neil Young (c'est plutôt mon cas) ou, pourquoi pas, Claude François ou même je ne sais quel techno-machin. Mais pourquoi vouloir faire croire qu'il s'agit de musique ? J'aodre, souvent, écouter de vieilles chansons de Ferré ou de Trenet, ou même d'Aznavour : je n'en déduis pas pour autant qu'il s'agit de musique.

    De même que, s'il m'arrive de me régaler d'une assiette jambon-coquillettes, je ne prétends pas qu'il s'agisse là de gastronomie.

    On peut multiplier les exemples.

    RépondreSupprimer
  20. La musique, c'est quand ça fait du bruit qui sonne mais qu'il ne faut ni se lever ni dégager la rue, non ?

    RépondreSupprimer
  21. Didier,

    Oui, mais on en reste au problème "initial" : comment définir la musique ?

    Cynique,

    C'est une définition...

    RépondreSupprimer
  22. Comment le définir ?
    Et bien je crois que comme tous les arts, c'est aussi un artisanat. Bach relève de l'art, la musique plus populaire relève de l'artisanat. Etre un bon artisan, c'est mieux qu'être un mauvaius artiste (ce qui revient à ne pas être artiste du tout)...

    En tout cas, ce dont je suis persuadé, c'est que l'art et le jugement vont de pair. Et le jugement est indépendant du goût personnel.

    Mais l'autre problème, c'est que certains, dont on pourrait croire qu'ils sont artisans sont de vrais artistes.

    Gauinsbourg disait que la chanson était un art mineur, c'est autrement dit, mais c'est bien sur vrai.

    Comment comparer Beethov avec un mec qui plaque trois accords de guitare ? Est-ce que c'est comparable ?

    Définir la musique, ça revient en fait à définir l'art lui-même et j'y ai personnellement beaucoup pensé, mais je n'ai jamais trouvé de réponse qui me semble satisfaisante...

    RépondreSupprimer
  23. Trop compliqué pour un matin...

    RépondreSupprimer
  24. Dis, c'est toi qui poses la question...je ne réfléchis que le matin, la nuit...je...fais d'autres trucs...

    RépondreSupprimer
  25. Mouais, tu parles, on est déjà demain !

    RépondreSupprimer
  26. Justement ! C'est dans le silence qu'on définit le mieux la musique.

    RépondreSupprimer
  27. Tu veux dire, quand elle s'arrête ? Tu parles encore de techno là ???

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !