27 décembre 2008

En route, Marcel !

Je ne sais pas si vous avez déjà roulé avec quelqu’un « en convoi » pendant deux cent kilomètres ! Je l’ai fait avec Marcel Le Fiacre, mardi, pour me rendre aux obsèques de Michel, le compagnon de Josiane.

J’avais estimé le temps de route à deux heures, la cérémonie étant à 9 heures, je pensais sage de partir vers 6h30 pour pouvoir discuter un peu avant et faire face à toutes éventualités. Nous étions trois voitures à partir de Bicêtre : Marcel, Roger et moi. Roger est l’ancien proprio de la Comète, c’est lui qui avait embauché Jojo il y a… heu… mettons une bonne trentaine d’année.

Il a préféré partir une demi-heure avant nous. Il a eu raison : il est arrivé une demi heure après.

Si nous avions trois voitures, ce n’était pas pour le plaisir de griller du carburant mais parce que nous en avions besoin.

J’avais donc donné rendez vous à Emilie, Marcel, Jim et son fils à l’aéro à 6h15. Marcel avait gueulé : « C’est trop tôt, tu avais dit 6h30, maintenant c’est 6h15 et nous serons en avance ». J’avais répondu : « Marcel, fait pas chier. On n’est pas à un quart d’heure près, ça nous laissera le temps de prendre un café et de faire face à toute éventualité ». J’ai compris après pourquoi Marcel gueulait : il se lève systématiquement 1h30 avant tout rendez-vous matinal…

Il était convenu que je parle le premier et que Marcel me suive jusqu’au crématorium du Mans (c'était plus simple, j'ai un JPS, pas lui). Deux kilomètres après le départ, il m’a doublé. Comme à cette heure matinale, je ne suis pas joueur, je l’ai laissé (j’ai une voiture de jeune branleur qui m’aurait permis de le laisser sur place mais je ne suis pas comme ça).

Je l’ai donc suivi pendant deux heures, de nuit, avec la circulation matinale d’usage en région Parisienne
. Dès l’entrée sur l’autoroute, j’ai compris que ces deux heures seraient pénibles. Si vous connaissez la région Parisienne, vous savez qu’en prenant l’autoroute à Bicêtre pour aller vers la Bretagne, il faut systématiquement « prendre la sortie à droite », trois ou quatre fois consécutivement.

Non ! Marcel roule sur la voie du milieu. Toujours. Quand c’est limité à 90, sa vitesse oscille entre 60 et 90. Quand c’est limité à 130, entre 90 et 130.

Deux heures ! J’ai passé deux heures à suivre sur la voie de droite ou la voie du milieu un type qui roulait en permanence sur cette voie du milieu, parfois se dégageant sur la voie de droite pour doubler.

J’étais bien content qu’il fasse nuit, je me tapissais dans la voiture : personne n’aurait pu me reconnaître.

4 commentaires:

  1. Ben quoi? C'est bien la bande du milieu...

    RépondreSupprimer
  2. Bin moi aussi je me lève 1h30 avant un rendez-vous, c'est à cause des réveils qui sont difficiles. Du mal à remettre les yeux en face des trous !!!

    Ce n'est pas tellement rouler au milieu qui est con, c'est de ne pas rouler assez vite. Ceux-là sont vraiment chiants !!!
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !