01 août 2009

Marseille le Fiacre et Jacques le Vieux Porc

En attendant le traditionnel rébus dominical du Coucou, le titre de ce billet vous donnera quelques habiles indices vous permettant de me localiser sans le moindre pendule, contrairement au Professeur Tournesol.

Contrairement (bis) à ce que je disais ce matin, il est fort probable que je publie quelques billets aujourd’hui.

En effet, après avoir trouvé un hôtel (le New Hôtel of Marcel) dans le célèbre patelin qui m’accueille, j’ai été masquer la plaque d’immatriculation de ma voiture pour échapper à sa mise à feu par les supporters de l’équipe de football locale qui pourraient penser que je suis un supporter du PSG (alors que je suis supporter du club de chaque type qui m’offre une bière) puis faire un tour vers le Vieux Porc. Noyé dans ma sueur, je suis immédiatement rentré à cet hôtel hors de prix mais relativement frais et doté d’une piscine.

Je voulais zaller zà cette piscine mais j’ai regardé par la fenêtre de ma chambre. La piscine est entourée de thons rouges quadragénaires avec les seins à l’air. Je vais donc me baigner dans ma baignoire avec de l’eau à une température suffisamment adéquate pour m’éviter de supporter la cuisson des thons. Et bloguer en même temps.

Ensuite, je rejoindrai Annie, Rubin et peut-être Rimbus dans un bistro équipé d’un dispositif original permettant de tirer la bière à la pression dans des verres de 50cl sans bouger les oreilles à condition d’être équipé, petit 1, d’un serveur, petit 2, d’un barman.

La suite du programme : demain matin, grasse matinée. Ce n’est pas que je sois particulièrement fatigué et je ne pense pas que la soirée se termine en partouze même si ma chambre est assez grande pour qu’on y tienne à 4, l’un dans l’autre, mais son prix est tel (sans compter le Wifi) que je compte l’amortir au maximum.

Demain soir, sauve qui peut ! A Sauve. Pour ceux qui ont quelques compétences en géographie, ça se trouve à deux doigts (deux gros doigts) de Saint Jean du Gard où j’étais len début de samaine. Même que si, moi-même, j’avais eu quelques compétences en géographique (et si Didier Goux ne m’avais pas raconté des conneries… ou si je n’avais pas compris de travers ses affirmations), j’aurais organisé mon itinéraire différemment. C’est un peu comme si je passais par l’Amandine pour aller de la Comète à l’Aéro. Remarque…

5 commentaires:

  1. Saluez bien Mère et Fidel Castor pour Catherine et moi !

    RépondreSupprimer
  2. A tout à l'heure! j'avais aussi trouvé ton trajet un peu compliqué, je suis rassurée.

    RépondreSupprimer
  3. Bah, c'est le vacances, tu vois du pays en zigzagant !
    :-))

    [Bises à Annie au passage, tiens !]

    RépondreSupprimer
  4. Didier,

    Je n'y manquerai pas !

    Annnie,

    Où ?

    Poireau,

    Profiteur...

    RépondreSupprimer
  5. Beau titre,on voit que le Vieux Jacques a un concurrent serieux!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !