04 novembre 2009

L'iPhone, un problème de société ?

Aude envisage d’acquérir un iPhone. Mais, comme beaucoup elle s’interroge : ne va-t-elle pas devenir timbrée avec ce truc ? J’ai mâchouillé une réponse, chez elle, mais l’occasion est trop belle pour faire un joli billet à moindres frais. Dans le blog bistro, pour changer : les autres sont saturés.

Elle prend le sujet complètement à l’envers ! L’iPhone est-il un problème de société ?

L’iPhone a un défaut. Un gros. Il faut un forfait conséquent pour l’utiliser : en gros, ce machin va vous coûter la moitié d’un SMIC par an... Ce n’est pas raisonnable. Le reste n’est que billevesées.

Je vais répondre à Aude point par point mais dans le désordre.

« J'ai déjeuné avec une amie. A côté, un couple. Chacun avec son Iphone sur les genoux. Sur le qui vive. Ils se parlaient et se regardaient distraitement. Prêts à sauter sur l'engin pour immédiatement savoir quelle paire de chaussures avait choisie telle copine, dans quel bar tel pote organisait un pot le soir même. »

Peut-on raisonnablement croire que c’est à cause de l’iPhone que le couple va mal ? Ne peut-on pas, plutôt, estimer que ce sont justement leurs iPhone respectifs qui rendent le dîner supportable ? Sans ce bazar, ils se foutraient sur la gueule…

« Dans le TGV, il y a peu, je n'avais rien à lire, rien à faire. Mais au lieu de courir après une technologie, des infos toutes fraiches et glauques, de me plaindre de l'ennui, j'ai pris le temps… ».

Ah ! Et si tu avais eu un bouquin, tu aurais regardé par la fenêtre, tu aurais observé les gens, tu aurais rêvé au sens de la vie ?

« Je sais que vous adorez votre Iphone, et le trouvez indispensable, vous qui n'en aviez pas il y a deux ans. Mais n'avez-vous pas l'impression de passer à côté de votre famille, vos amis, ce qui vous entoure ? »

Non. Moi pas. Par contre, combien de familles dînent en regardant la télé ? Combien de familles vivent avec la télé allumée en permanence ?

« Mais je voulais lancer une sorte d'alerte. Se retrouver en soi, être en phase avec ce qui nous entoure, prendre encore le temps de s'ennuyer, laisser notre esprit partir, réfléchir, rêvasser...Tout cela est-il voué à disparaître ? »

Ben quoi ! Quand je suis au bistro, le soir, et que j’attends le vieux Joël, vaut-il mieux que j’écoute les ivrognes au comptoir, expliquer comment ils ont loupé le quinté à trois chevaux près, u que je suive quelques flux dans mon twitter à partir de l’iPhone ?

L’iPhone est-il un problème de société ? Quand le téléphone sonne, quand tu es à table, en famille, tu réponds ? Tout est un problème de société. Rien n'est un problème de société.

Mais quand je suis à table, avec des collègues, qui me décrivent comment ils ont fait pour assurer la garde des enfants pendant les problèmes, je m’en fous. C’est un problème de société. Alors je plonge dans mon iPhone. Il y a bien un twit à suivre…

Quand je suis au bistro, avec des potes, et qu’ils s’interrogent sur la prochaine journée de ligue 1, je m’en fous. C’est un problème de société. Alors je plonge dans mon iPhone. Il y a bien un twit à suivre…

Et qu’on ne me réponde pas, comme trop souvent, qu’un outil destiné à échanger avec gens nuit aux échanges avec les gens ! Ca me rappelle ce billet.

Aude ! Fonce t’acheter un iPhone…



21 commentaires:

  1. L'Iphone est aussi responsable de la couche d'ozone.

    RépondreSupprimer
  2. Vive l'iPhone et toutes ses applications qui ne servent à rien ! Sinon, on peut lire le roman d'arnaud sur iPhone aussi mais ça c'est bien.

    RépondreSupprimer
  3. En même temps, l'autre jour pendant que tu Iphonais, tu as raté une tournée.

    RépondreSupprimer
  4. Aude, je m'autorise un conseil :
    si tu bois n'achètes pas de iPhone.

    RépondreSupprimer
  5. Aude,
    sauf si tu as l'intention d'iphoner à Nicolas des photos de toi en situation suggestive et tenue légère.

    RépondreSupprimer
  6. Ils ont tranformé un peu le minitel pour le côté look mais pour la facturation, ça reste un budget de télématique, non ?

    La technologie fait toujours bouger nos manières de vivre en société. Il faut souligner combien la voiture automobile a permis le développement de l'indivisualisme !
    Ce n'est pas un peu réactionnaire comme logique ? (sans vouloir vexer personne ! :-)) ).

    RépondreSupprimer
  7. Poireau,

    Oui, certains se posent les mauvaises questions quand il s'interrogent sur le progrès !

    Tonnegrande,

    Jaloux.

    Arf,

    Vive l'iPhone !

    RépondreSupprimer
  8. C'est quand même relativement cher et coûteux...sauf peut-être dans certaines formules d'abonnement. Par ailleurs cela a un côté pratique pour communiquer rapidement de mille et une façons...pour la boussole, suis un peu sceptique et le gps aussi... mais bon : on prend le chemin touristique...
    Quand même il faut savoir s'en servir à bon escient et que l'usage de ce truc ne déborde sur la vie familiale, sur la vie tout simplement, ne prend pas le pas sur les rapports avec autrui...
    au restaurant par exemple : si votre invité se laisse envahir par lui et le prend pour son partenaire de conversion : bonjour celui qui invite et qui passe à la caisse... L'isolement est encore plus total pour ce dernier... il se demande pourquoi il est là et ce qu'il fait face à deux étrangers : l'invité et son iphone...
    J'ai été tenté à un moment mais les deux expériences que j'ai vécues récemment m'ont découragée.
    Pourquoi, tu me diras ? je ne vais répondre qu'à une partie de la question ...
    Même si je ne suis pas quelqu'un de très bavard et que je préfère écouter, j'aime à respecter la personne qui est en face de moi.
    Et puis, quelque chose m'ennuie,
    le côté déphasé de certaines (je dis bien certaines) personnes qui l'utilisent... par moment il faudrait qu'elles songent à se déconnecter pour faire face à la réalité...

    RépondreSupprimer
  9. Jeffanne,

    On peut aussi ranger son iPhone dans sa poche et ne s'en servir que "quand il faut" !

    RépondreSupprimer
  10. je voulais dire "conversation" et non conversion mais je sais, que les gens qui t'entourent Nicolas sont suffisamment "classe" pour comprendre... Vrai que je vais toujours un peu vite aussi mais ai-je le choix des fois ?

    RépondreSupprimer
  11. Serais d'accord pour ranger l'iphone dans la poche mais, autant j'ai vu d'utilisateurs, autant j'ai remarqué que le geste n'est ni spontané ni naturel... pointe toujours une sorte de regret, par trop visible, quand il faut l'abandonner, ce "joujou"...
    heureusement encore que certains (certaines)ne lui fasse pas un "bisou amoureux" en public...

    RépondreSupprimer
  12. Mais à quoi ça sert d'avoir un i phone si on ne twitteure pas et qu'on a déjà un banal téléphone ?

    RépondreSupprimer
  13. Jeffanne,

    Il y a aussi des gens qui ne sortent pas de chez eux et restent scotchés à leur PC...

    Suzanne,

    Il y a plein de trucs à faire avec l'iPhone. Si je pense, je vous en fais un billet sur Partageons l'Addiction à midi...

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ce billet - réponses.
    C'est toujours intéressant d'avoir un avis contre.
    Un avis de gars accro à son iPhone mais qui explique que tout va bien, et qu'aucun des maux que je cite ne vient de cette machine.
    Une part de la Aude addict aux blogs et internet comprend tout à fait, l'autre lutte pour ne pas tomber dans le piège et ne plus faire que ça.
    Quand vous vous retrouvez à la Comète, y-a-t-il un moment de vraie conversation et écoute les uns des autres sans iPhones sortis et Twitter ? C'est important aussi.
    Et arrête de me tenter !
    (si j'en avais un j'aurais certainement réagi plus rapidement ici, mais bon)

    RépondreSupprimer
  15. C'est rigolo : tu avais réagi plus vite à l'autre billet (sur PLA).

    La question n'est pas de savoir s'il y a des vraies conversations sans l'iPhone mais de savoir s'il y a de vraies conversations. On ne fait que ça.

    RépondreSupprimer
  16. l'Iphone c'est génial, mais faut éviter de s'en servir et de glousser en lisant ses messagesquand on bouffe entre copains (ines), je trouve que c'est super pénible et impoli
    la réac du samedi matin

    RépondreSupprimer
  17. je sais plus comment je suis tombée sur cette note :^)
    pas en fouillant dans tes archives en tout cas.
    Et comme ta note me rappelait un certain dîner où les filles qui étaient là avec moi, au demeurant fort sympathiques, avaient twittés en gloussant toute la soirée et que ça m'avait passablement gonflé ....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !