12 décembre 2012

Patron de la Comète une demi-heure

C’était lundi soir, vers 21 heures, à la Comète. Quelques personnes dînaient en salle et en terrasse. Guillaume était au service et son pote Noël lui filait un vague coup de main, débarrassant les tables. Nous étions quatre au comptoir. Un type tout seul, à un bout. J’étais avec Laverdure et le vieux Joël et nous refaisions calmement le monde. On était en famille, quoi !

Un type, tout gros, tout rouge, entre… Il se met à côté de nous et prend une Grimbergen de Noël. Il commence à discuter mais nous lui faisons comprendre gentiment qu’il est malvenu. Il essaie de discuter avec Guillaume qui n’avait pas grand-chose d’autre à faire.

Il vide sa bière et en commande une autre puis demande un sandwich. Guillaume lui explique qu’ils n’en font pas et Laverdure lui tend une carte. Le type commence à ronchonner, regarde la carte, la critique, trop cher et tout ça… « Je ne comprends pas qu’un bistro ne fasse pas de sandwich. » « C’est comme ça, ce n’est pas un bistro mais un restaurant » lui réponds-je.

Le type, ne reculant devant aucun pléonasme, sort dehors pour fumer une cigarette. Guillaume me regarde et me dit « Quel casse-couilles, je n’avais pas vu qu’il était saoul, je ne vais pas le resservir. » « Ben non, vaudrait mieux pas » « Je peux te faire passer pour le patron et lui dire que c’est toi qui m’as dit de ne plus le servir ? » On faisait ça, parfois, avec Clémence. Ma cravate à chier me donne de l’autorité et ma carrure fait que les gens n’osent pas regimber.

Je dis à Guillaume : « Ah ! On va rigoler, ça te dérange pas si je passe derrière le comptoir ? » « Non non ». J’enlève le manteau et passe de l’autre côté. Je crois bien qu’en 16 ans, c’est la première fois que j’arpentais cette partie du bistro. J’en profite pour me servir une bière pour voir si j’avais gardé la main.

Le client rentre et continue à ronchonner parce qu’il avait faim tout en me complimentant pour le service et la qualité de mon personnel. Je jouais à faire le patron, ramassant le pourboire qu’il avait laissé et rangeant dans le panier le verre de l’autre client qui s’était barré.

Le type vide son verre et m’en commande un autre. « Ah non, m’sieur, je ne vous sers plus. » « Ben pourquoi ? » « Parce que vous avez trop bu, parce que vous critiquez ma carte, parce que vous critiquez mes serveurs… » « Mais non, je n’ai pas bu et je n’ai pas critiqué les serveurs, au contraire, j’ai dit que c’était très bien. » « Je ne veux pas l’savoir »… Bref…

Les derniers clients en salle et en terrasse s’étant barrés, je dis aux serveurs : « C’est bon les gras, commencez à plier la petite terrasse. » Je vous l’ai dis : je jouais au patron et ils jouaient aux loufiats. Des vrais gosses !

« Allez, remettez-moi un verre, s’il vous plait, votre bar est génial ! » « Ah non, Monsieur, je ne vous sers plus, je vous ai dit. D’ailleurs on ferme, les serveurs ont commencé à rentrer la terrasse. »

Le vieux Joël vide son verre. « T’en veux un autre, le vieux, c’est ma tournée ? » Ben oui, tant qu’à jouer au patron… « Ouais mais le dernier. » Je le sers. « Ben vous le servez lui et pas moi, vous pouvez me servir aussi, je boirai vite » dit le gros con. « Je vous ai dit que je ne vous servais plus, partez, maintenant ! »

Il est parti.

Les serveurs qui rentraient la petite terrasse l’ont clairement entendu me traiter d’enculé. Ce n’est pas gentil.

(photo)

17 commentaires:

  1. *** Ah ! la cravate et la prestance d'un Nicolas font toute la différence avec un client lambda des bistrots !!! ;o) ... "les borgnes sont rois au pays des aveugles" ! LOL ;o)
    Bref ! faut bien s'amuser un peu de temps en temps ! ;o) ***

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas une photo de la Comète !
    Tu as été un patron efficace ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Il est encore temps de te recycler, on sent que tu es passé à côté de ta vie ! ... t'as raison, c'était pas gentil ce qu'il a dit le monsieur.

    RépondreSupprimer
  4. Le rêve absolu de tout homme de gauche : devenir patron durant une demi-heure…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout... D'ailleurs, j'avais fait un billet, une fois. Beaucoup de patrons de bistros sont à gauche.

      Supprimer
    2. Ça n'est pas contradictoire…

      Supprimer
  5. Le monsieur, il était peut être un petit peu paumé...Il trouve un rade ouvert où il a envie de finir sa soirée...Comme ça m'est arrivé plusieurs fois lorsque j'étais "obligé de monter à Paris"...Avant d'aller se coucher, trouver un rade ouvert, ce n'est que du bonheur quand on débarque de sa province lointaine...

    Tu es dans ton bistro(t)...Tu as tes habitudes...Essaye au moins d'avoir un petit peu de recul par rapport aux clients qui te semblent "atypiques"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... Ben j'ai du recul ! Tu veux me faire chier pour le principe, ou quoi ? Le type était saoul et gueulait après la carte, on l'a viré. C'est tout.

      Supprimer
  6. Toi t'as joué à la marchande avec ta soeur quand t'étais p'tit ! C'est comme le vélo, ça s'oublie pas !
    :DDDD

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !