25 février 2008

Tortues de mer

Suite à une discussion dans les commentaires chez Balmusette avec Dorham, d’extraballmeyer, et la délicieuse Zoridae à la Sexualitédébridée, il nous faut rédiger un billet sur les tortues de mer.

Vous assistez donc à une première : je rédige un billet sur commande ! Normalement, les conneries me viennent tout seul, là, on me provoque.

Ainsi, les Chelonioideas (on ne refuse rien à la culture – et à Wikipedia) sont des tortues présentes dans tous les océans du monde à l'exception de l'océan Arctique. C’est bien normales, elles y seraient à l’arctique de la mort.

Ainsi les tortues de mer sont des grosses fainéasses qui ne veulent même pas traverser le boulevard périphérique pour aller boire un coup à la Comète. Ah non ! Je confonds avec les blogueurs influents.

La tortue luth est la plus grande, mesurant 2 m de long, de 1m à 1m50 de large et pesant 600 kg, c'est-à-dire juste un peu plus que la grosse Lulu qui sévissait dans le port de Toulon pendant mon service militaire dans les années 50. La taille moyenne des autres espèces va de 50cm à 1m et est proportionnellement moins large, contrairement à celle de mon copain Djibril qui est proportionnellement plus large.

Les tortues marines, comme les autres tortues (Testudines, à ne pas confondre avec Testicules qui sont d’autres formes de grosses boules) sont des reptiles ectothermes (elles vont huit fois dans la baignoire) disposant d'un système respiratoire pulmonaire. En supplément des reins, des glandes près de leurs yeux sont capables d'expulser les excédents de sel de leur circulation sanguine. C’est d’ailleurs assez pratique : vous voulez manger des œufs à la coque pendant un pique nique sur la plage et vous avez oublié les cocotiers. C’est simple. Vous prenez une tortue qui passe dans le coin. Quand je dis « vous la prenez », c’est une façon de parler. Ceci n’est pas un blog de cul. Vous mettez l’œuf à la coque dans le globe occulaire (à ne pas confondre avec un blog de cul, justement), et vous pouvez déguster. Il n’y a même pas à rajouter du sel.

Leur odorat est en revanche assez peu performant. Ainsi, pendant les préliminaires, ce n’est pas la peine de perdre du temps dans des démarches assez compliquée : évitez la douche, sautez directement au plumard.

Les tortues marines n'ont qu'un seul orifice excréteur, qui sert également pour la reproduction. Là, je n’ai pas tout compris, mais il me semble que nous aussi.

Les pauvres. Le sexe des tortues n'est pas apparent aussi ce sont d'après leurs caractères sexuels secondaires que l'homme peut déterminer le sexe d'une tortue. C’est aux traces de rouge à lèvre que le scientifique détermine qu’il s’agit d’une femelle. Le port du sac à main n’est pas un motif suffisant.

Le plus flagrant est la taille de la queue, beaucoup plus grande chez les mâles. Bon. Il faut les excuser, chez Wikipédia : ce sont des bénévoles. Cependant, ces caractères sexuels ne sont pas très marqués et certaines femelles peuvent les arborer. On les rencontre alors dans le bois de Vincennes.

Après plusieurs années de maturation, les tortues peuvent se reproduire. Les accouplements ont lieu en mer, ce qui nécessite une certaine force physique pour y prendre un réel plaisir à moins d’avoir un copain riche qui nous procure un yacht.

Lors de l’accouplement, le mâle est accroché par ses deux griffes antérieures (qui sont donc des caractères sexuels secondaires) à la carapace de la femelle. Un peu de traduction s’impose. Le mâle enfonce ses ongles dans le cul de la femelle, contrairement aux hommes civilisés qui n’y mettent qu’un doigt.

Les femelles peuvent conserver les spermatozoïdes des mâles durant plusieurs mois ou années dans un repli de leur oviducte, à condition de ne pas cracher.

Le sexe des jeunes dépend de la température. Chez nous aussi : plus il fait froid…

Les tortues marines sont toutes omnivores avec des tendances plus marquées vers les végétaux ou l'alimentation carnée. Elles mangent donc de tout mais surtout de la viande et des légumes. Encore une baisse de forme chez Wiki ?

Pour cette raison, leur alimentation joue un rôle direct sur leur fécondité. C’est incroyable la ressemblance entre les tortues et les hommes ! Une bonne bouffe et au plumard !

14 commentaires:

  1. Rhooo lalala ! Tu abuses, dans le contexte, en voyant la phrase "
    Après plusieurs années de maturation..." j'ai cru lire "Après plusieurs années de masturbation..."

    RépondreSupprimer
  2. J'aurais fait une faute de frappe ?

    RépondreSupprimer
  3. Hahahaha !
    Tu as oublié de préciser que les tortues de mer n'ont qu'un seul orifice excréteur et qu'il leur sert également d'organes reproducteurs.

    Pour eux, la sodomie n'est donc pas un pêché...
    intéressant !

    RépondreSupprimer
  4. Je t'ai tagué, vieille branche !
    (vas voir chez moi)

    RépondreSupprimer
  5. Apparemment, pas de tortue au salon de l'Agriculture, ce qui est regrettable !

    [Très drole Nicolas !].

    :-)))

    RépondreSupprimer
  6. Excellent, tout à fait toi, documenté, informatif, précis avec néanmoins quelques remarques un peu salaces. Je suis juste étonnée que ce ne soit pas plus politisé...

    RépondreSupprimer
  7. Zoridae : il réserve ça pour jegpol, sans doute !

    RépondreSupprimer
  8. Poireau,

    On t'attend sur le sujet !

    Zoridae,

    Je réserve ça pour jegpol.

    Balmeyer,

    Que vas tu penser ?

    RépondreSupprimer
  9. Tu as oublié plusieures choses

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !