29 novembre 2008

De Bombay au Canet : le vieux sur la piste de Marcel

Ainsi, Marcel est parti en Inde vérifie que les habitants de là-bas (notre illustration) valent effectivement mieux que deux Tuloras. En principe, il est arrivé mercredi et c’est dans la nuit de mercredi à jeudi que ça a été le bordel à Bombay. Dès le matin, quand j’ai entendu la nouvelle, j’ai fait un billet (trois pour être précis) sur le blog et j’ai immédiatement envoyé un SMS à Tonnegrande car ce n’est pas tous les matins qu’il nous est donné de nous moquer de Marcel.

Dans la journée, j’ai aussi envoyé un SMS au vieux Jacques. Le soir, il était catastrophé. « Vous vous rendez compte ? » nous a-t-il dit quand nous sommes arrivés à la Comète « Je l’ai appelé et laissé un message sur son portable et il ne répond pas ».

Tonnegrande et moi avons essayé de lui expliquer qu’étant en vacances, il aurait pu avoir l’idée de couper son téléphone pour éviter d’être déranger par les casse-couilles de Bicêtre et surtout qu’il n’y avait absolument aucune raison que son portable fonctionne là-bas et que Marcel n’avait aucune raison de penser que son portable aurait pu marcher. En outre, se faire appeler sur un portable à l’étranger coûte très cher.

« Bon ! Dès demain, j’appelle l’agence de voyage » nous a-t-il alors déclaré. Nous avons essayé de lui expliquer que les agences en question devaient être débordées. Nous ne savions pas ce qu’il se passait mais si la situation était grave, les agences auraient été occupées à rapatrier tous les touristes et que ce n’était peut-être pas le moment de les appeler.

Jacques nous a alors envoyé chier : « Vous êtes des salauds, vous ne vous inquiétez pas alors que c’est un copain ». « Heu… Jacques, si tous les mecs qui ont des potes en Inde appellent les agences de voyage pour prendre des nouvelles de leurs copains, ça va surtout faire le bonheur de France Telecom ». « Oui, mais c’est un copain » « Oui, mais c’est pas la famille : de toute manière, l’agence de voyage n’a aucune raison de te donner les nouvelles qui ne regarde que la famille en question ». « Comment on fait alors ? » « Ben on attend demain et on lit le journal ».

Ensuite, nous avons tenté de donner une leçon de géographie au Vieux. L’Inde est grande et on ne sait même pas si Marcel est à Bombay : « Le vieux, c’est un peu comme si j’allais en Bretagne et que s’il y avait un attentat à Sarajevo tu t’inquiétais pour moi : Marcel est probablement à plus de 2000 km de chez moi ».

Tonnegrande et moi étions d’autant plus pliés de rire que nous avons quelques bases en probabilité et que la radio avait annoncé qu’il n’y avait pas de victimes françaises (elle a changé d’avis depuis). Tiens ! Si j’ai le temps, je vais en faire un billet sur le blog politique. La manière dont la radio annonce le nombre de victimes françaises est révoltant. Ca change quoi, pour la victime d’être Française ou de la République Taiwanaise du Chili ? C’est comme si j’exigeais de connaître le nombre de victimes issues du Kremlin-Bicêtre ou de Loudéac.

Nous étions aussi pliés de rire que le jour même, la radio avait annoncé le crash d’un Airbus au large du Canet. Le père du vieux Jacques habite au Canet et Jacques y part en vacances dans une quinze de jours.

Chers lecteurs, un conseil : avant de partir en vacances, demandez bien à Jacques et Marcel quels sont leurs projets. Et évitez.

N.B. : Après enquête, ce n’est pas le même Canet.

6 commentaires:

  1. Mais je vous signale que dans Ouest-France ou le Télégramme de Brest, ils vont chercher à savoir s'il y a des morts bretons. Non seulement, je ne vois pas ce que ça peut avoir de choquant, mais je trouve cela au contraire parfaitement légitime.

    Après tout, si on pousse ce raisonnement au bout, cela donne : qu'est-ce que ça change que le type qui s'est fait écraser par le 35 tonnes soit mon cousin plutôt que celui de mon voisin ?

    RépondreSupprimer
  2. Non Didier... Mon cousin et mon voisin "m'importent" un peu dans la mesure où je les connais. Quand il y a eu le Tsunami en 2004 (?), il y a eu quatre victimes de Loudéac. Ca m'a vaguement émis dans la mesure où j'ai connu le père (seul rescapé) il y a une trentaine d'années. Mais des inconnus, ils peuvent être de Loudéac ou d'ailleurs, je m'en fous.

    En outre, je n'ai pas dit que j'étais choqué, juste "révolté", mais ça n'est pas le lieu du débat...

    RépondreSupprimer
  3. Et demandez les projets de mon frère aussi...

    RépondreSupprimer
  4. Sauf erreur grossière de ma part, il n'y avait personne de Claviers là-bas, sinon ils l'auraient forcément dit dans le poste.

    RépondreSupprimer
  5. Il n'a vraiment pas de bol avec ses vacances dis donc !
    :-))

    RépondreSupprimer
  6. Pour votre information,
    je vous informe qu'ils ont rapatriés le corps de princesse tam-tam, fabricante de dessous féminins,
    qui n'ont rien de commun avec le corps de Marcel ou de Mme Marcel,
    ni rien à voir avec leurs dessous...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !