25 novembre 2008

Caisse enregistreuse

Il y a plus de deux ans, j’avais fait une série de billets sur les bistros… Ma spécialité…
Tout est récapitulé ici, je viens de retomber dessus par hasard. La doctrine est : « Il ne faut pas oublier de tenir compte de l'expérience des anciens si on veut pouvoir boire un coup peinardement après le travail, avant le travail ou pendant le travail tout en maintenant la situation dans une quiétude de bon aloi. »

Rien qu’à lire ça, ça me donne soif ! Néanmoins, ça tombe bien, la panne électrique de dimanche dernier, à la Comète, m’inspire un billet que je ne savais pas comment introduire. Or, j’ai foutrement envie d’introduire quelque chose.

Cette panne électrique a provoqué l’émasculation des caisses enregistreuses. Or, si le commun des mortels s’imagine que le centre d’un bistro est la cuisine, la pompe à bière ou la machine à café, il se trompe. Le seul élément important est la caisse enregistreuse.

Le commun des mortels est gentil. Il pense que le métier d’un serveur est d’apporter des plats et des consommations aux clients et que le métier du patron est de dire « Bonjour Messieurs Dames » aux gens qui rentrent. Il n’en est rien. Le métier d’un serveur est de ramasser les sous des clients et le métier du patron est de ramasser les sous des clients ramassés par les serveurs.

Sans caisse enregistreuse, le bistro est à la ramasse et l’oseille se ramasse moins.

Petit 1 : sans caisse enregistreuse, le serveur est obligé de passer manuellement ses commandes à la cuisine ce qui est source d’erreur et de décalage entre les livraisons.

C’est d’ailleurs arrivé hier midi à la Comète où mangeaient Miranda, Marcel, le Vieux et Michou. N’y étant pas, je ne peux pas en faire un billet, mais on a bien rigolé, hier soir, quand Michou m’a raconté la scène avec le vieux qui n’arrêtait pas de gueulé.

Petit 2 : sans caisse enregistreuse, le serveur est obligé de faire les additions à la main, ce qui prend beaucoup de temps et favorise le bordel issu, non pas des pieds, mais du petit 1. Surtout, c’est source d’erreur.

C’est d’ailleurs arrivé hier midi à la Comète où mangeaient Miranda, Marcel, le Vieux et Michou. N’y étant pas, je ne peux pas en faire un billet, mais on a bien rigolé, hier soir, quand le vieux Jacques m’a raconté quand Marcel a découvert le montant de l’addition qui s’élevait à 117 euros. Marcel était persuadé s’être fait baisé car dehors, la côte de bœuf était indiquée à 17 euros alors qu’à l’intérieur, il était à 18 euros. Une erreur. Marcel pensait devoir payer 113 euros. Le vieux a fait semblant de recompter puis à décrété, non, non, c’est bien ça, à 17 euros la côte de bœuf ça nous fait 117 euros alors qu’à 18, ça aurait fait 121.

Ils ont laissé 6,5 euros de pourboire, ce qui est exceptionnel. C’est tellement exceptionnel que Jacques s’est senti obligé de me dire le montant.

Petit 3 : sans caisse enregistreuse, les serveurs ne peuvent pas savoir combien ils doivent donner au patron après le service. Ils ne peuvent pas séparer le pourboire du montant des ventes.

Je vous laisse expliquer à Jacques que les 6,5 euros sont probablement partis dans la poche du patron.

Petit 4 : sans caisse enregistreuse, le patron ne peut pas vérifier le montant que lui refile ses employés et est obligé de leur faire confiance. L’absence de caisse enregistreuse amène une suspicion qui fout un bordel dans les relations d’autant plus gênant que le personnel a du bosser plus que d’habitude et est fatigué.

Je ne sais pas ce qui s’est passé hier soir à la fermeture. Je ne peux pas faire toutes les fermetures de la Comète, non plus, rien que pour vous trouver des illustrations concrètes pour les billets. L’abnégation, ça va cinq minutes mais j’ai souvent mieux à faire.

Ainsi, la caisse enregistreuse est LE TRUC LE PLUS IMPORTANT d’un bistro.

Car il ne faut pas oublier que derrière les comptoirs, il y a des hommes. Bordel. Ils ne sont pas là que pour vous piquer votre pognon. Ils sont là aussi pour l’encaisser
.

5 commentaires:

  1. Une caisse enregistreuse, c'est pas une voiture dans laquelle on peut stocker de la musique ? Ah... j'aurais bien cru, pourtant...

    RépondreSupprimer
  2. Oh ptain Didier.
    Une caisse enregistreuse, c'est aussi une femme battue qui n'oublie pas.

    RépondreSupprimer
  3. Moi qui croyais que patron de bistrot c'était uniquement jouer (et gagner) au 4-21 avec les clients sur un coin de bar pour les faire payer des tournées ...

    RépondreSupprimer
  4. J'espère que Marcel trouvera des caisses enregistreuses en Inde, ça l'occupera ! :-)))

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas trop le but du voyage...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !