04 novembre 2008

Le Gros Loïc est temporairement là

Ce ne sont pas trois gros qui sont apparus hier mais le Gros Loïc, personnage central des bistros de Bicêtre qui devrait être le co-héro de ce blog avec le Vieux Jacques.

Le Gros Loïc est en arrêt de travail depuis neuf mois. Du coup, il est retourné vivre chez son épouse qu’il avait larguée il y a deux ou trois ans. C’est plus pratique d’avoir une femme aimante qui s’occupe de vous, vous lave le linge, vous nourrit, vous… heu…

Dommage collatéral : il était aussi en arrêt de bistro. On ne l’avait pas vu à Bicêtre depuis le mois de juillet. Hier, alors que j’arpentais la Place de la Comète en téléphonant en Bretagne pour savoir si l’indépendance est proche et si j’aurai à manger le week-end prochain, il est apparu. Claudiquant comme Michou qui sort de la Comète, il descendait l’Avenue Eugène Thomas. Ploc, ploc, ploc, ploc.

Ah ! Le gros Loïc ! Le seul type qui arrive à être détestable à un point qui le rend adorable. Heureusement que Dieu n’existe pas, sinon il se retournerait dans sa tombe pour avoir généré un tel bienfaiteur malfaisant.
Le Gros Loïc, l’homme qui rend la presse locale inutile en colportant tous les ragots entendus à un point que c’est un vrai plaisir de lui donner de fausses informations pour que tous les bistros du quartier soient au courant avant les principaux intéressés.

Par exemple, je lui ai dit hier soir que Michou était saoul dimanche midi. D’ailleurs, je ne vous ai pas raconté cet événement mais peut-être vous lasseriez vous. Dès ce soir, le téléphone Arabe de l’imagination de Loïc aura fait le tour de Bicêtre. Je vous raconterai la nouvelle version… Un bonheur.
Quand il n’est pas là, il nous manque. Quand on le retrouve, c’est la joie. Quand il part, ça nous repose. Tenez ! Hier soir, nous étions quatre à discuter au comptoir de la Comète : le vieux, le gros, Tonnegrande et moi. Loïc a réussi à nous parler pendant un quart d’heure des clubs de foot de la banlieue de Châtellerault et du fonctionnement de leurs buvettes où les gens sont sympathiques et lui ont proposé d’aller avec eux voir le match OM PSG à Marseille qui s’est traduit par une baffe à Marseille mais il n’a pas pu dire qu’il était supporter du PSG d’ailleurs il avait laissé son écharpe dans sa voiture à Poitiers car c’était le club des supporters de Marseille à Poitiers qui organisait la rencontre mais il a bien rigolé auprès de ces copains une fois qu’il avait retrouvé Châtellerault  car il y avait moins de types susceptibles de lui casser la gueule.

Un moulin à parole. Un peu comme si un blogueur arrivait à faire un billet d’une page à partir d’un non événement comme la cuite d’un copain.

Il part vendredi et pourra donc assister avec nous au concert à la Comète. Je vais peut-être prévenir le patron : il peut décommander le groupe, le Gros Loïc assurera le spectacle.
Le Gros Loïc est un ami. On ne choisit pas ses amis. Et en plus il est gros. Donc forcément sympathique.

8 commentaires:

  1. Ah, mais nous ne sommes pas gros !!! Nous sommes juste un peu enrobés, c'est tout...

    RépondreSupprimer
  2. Moi, chuis même pas enrobé, z'avez qu'à voir...

    RépondreSupprimer
  3. C'était une réunion de gros, en bref... Sauf Tonnegrande, bien sur !

    RépondreSupprimer
  4. «Heureusement que Dieu n’existe pas, sinon il se retournerait dans sa tombe pour avoir généré un tel bienfaiteur malfaisant.»
    Quicoulol, sors de ce corps !!!!

    [C'est touchant !].
    :-))

    RépondreSupprimer
  5. Merci ! Tiens ! Scoop : Le Gros Loïc sera le héro de mon billet de PMA ce matin (le deuxième billet).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !