24 novembre 2008

La Comète : un bordel comme au PS (à cause de Chevènement ?)

Tout avait commencé dimanche matin. J’avais rédigé mon joli billet, plein de souvenirs personnels, intégrant Gaël sans que personne ne le sache, pour lancer un appel au calme au PS sur mon blog. A l’issu de mes trois cafés conventionnel, mon cerveau errait de blog en blog en me disant que pisser dans un violon ou souffler dans un poireau serait autant efficace pour calmer les ardeurs des Ségolistes que répondre à chacun des commentaires trop longs reçus ce matin.

A 11h30, je jette l’éponge et je me dis « Ho merde alors ! Je vais aller faire un tour. » Il était temps que je sorte. Je fonce à la Comète. Mes vieux cons pères, Michou et le Vieux Jacques, avaient déjà commencé l’apéritif, avec Jean-Michel, un pote musicien qui se prend assez souvent des murges carabinées par mégarde. Je commande un café et constate l’absence de Jim.

Je finis mon café et vais vaquer : deux ou trois courses à faire sur le marché et un coup de fil à donner. Je raccroche à 12h19 et je fonce à la Comète. Ces téléphones qui mémorisent tous les heures d’appel sont bien pratiques pour rédiger les billets de blogs le lendemain.

En terrasse, les chaises étaient sur les tables. La lumière était éteinte. Pas un seul client au comptoir. Yannick m’informe de la situation : l’électricité n’arrêtait pas de sauter, tout pétait dans tous les bouts… Yannick, qui remplace le patron le dimanche, avait décidé de fermer la boutique dans l’attente des réparations. Le pire était que les caisses enregistreuses avaient grillé.

On papote trente secondes. Tout le personnel s’activait et je constate l’absence de Jim. Je dis à Yannick : « Tiens ! Jim n’est pas là, il ne s’est pas levé, le con ? » « Si si, il est parti sur le marché pour voir s’il trouve le Maire qui doit manger ici avec Jean-Pierre Chevènement ».

Ah ! C’est con ! La Comète est hors service alors que des huiles doivent y manger.

A ma connaissance, c’est la première fois qu’un homme politique de premier plan doit déjeuner à la Comète. Cela dit, la présence de Jean-Pierre Chevènement au Kremlin-Bicêtre n’est pas surprenante ! Le Maire, Jean-Luc Laurent, est l’ancien chef (Premier Secrétaire ?) du MRC, le parti de JPC et le KB est la plus grosse municipalité MRC en France. Que les pontes de ce parti s’y réunissent est normal et qu’ils mangent à la Comète est logique.

Je suppose que ce dimanche, ils avaient plein de choses à se dire. Je ne sais pas quoi, mais le vote au PS a peut-être un intérêt pour eux et le fait que Jean-Paul Huchon ne soit pas condamné à une peine d’inéligibilité n’est sans doute pas sans conséquences. La rumeur avait couru, il y a quelques temps, qu’en cas de condamnation de JPH, il serait remplacé par JLL, l’occasion étant utilisée pour fondre le MRC dans le PS (j’en avais fait un billet, en disant qu’il s’agissait d’un rêve, mais c’était bel et bien une rumeur).

Bref… Yannick m’a donc dit, en parlant de Jim : « Si si, il est parti sur le marché pour voir s’il trouve le Maire qui doit manger ici avec Jean-Pierre Chevènement ». Je lui réponds « Heu… Si Chevènement est à Bicêtre, ça m’étonnerait que ça soit pour faire le métro. Bouge pas, je vais passer un coup de fil ».

J’appelle un ami (12h20), Hervé Nowak, 2ème adjoint au maire : « heu, tu peux me rendre un service ? Il s’agit d’appeler le Maire qui doit manger à la Comète avec Chevènement pour lui dire que la Comète est fermée suite à une panne électrique et à un début d’incendie ». J’aime bien en rajouter pour rigoler : « Quoi ? La Comète a cramé » « Non ! Juste la caisse enregistreuse, mais il n’y a plus d’électricité, ils ont peur que tout saute et ne peuvent plus accueillir par mesure de sécurité ».

J’imaginais les titres de la presse demain : « Jean-Pierre Chevènement et le Maire du Kremlin-Bicêtre périssent dans l’incendie de la Comète ». Il aurait l’air fin, mon établissement fétiche, presque le bistro le plus connu de la blogosphère !

Hervé me répond : « OK, je l’appelle et je te rappelle pour confirmer ». « Merci ». A 12h23, Hervé m’appelle : « OK, je l’ai prévenu, mais le Maire est très surpris que tu saches que Chevènement mange à la Comète ». « Ben, c’est le serveur qui vient de me dire qu’il était emmerdé… ».

Je dis à Yannick : « Ca y est ! Chevènement est prévenu, y’a pas de soucis ». Jim se pointe alors dans le bistro et nous annonce qu’il n’a pas trouvé le Maire. Je lui dis : « laisse tomber, ils sont prévenus ».

Ils savaient tous que j’avais un blog politique zinfluent mais ont été sidérés de la rapidité avec laquelle j’avais réglé ça. J’aime bien « me la jouer » de temps en temps, ça ne fait pas de mal ! Hé ! Les gars ! J’arrive à joindre Chevènement. Je leur avais fait le même coup quand j’avais eu le rendez-vous avec Julien Dray à l’Assemblée Nationale…

Nous papotons quelques minutes puis l’assistant du Maire, bien connu de la maison, se pointe : « j’ai entendu dire que c’était fermé suite à un début d’incendie ». Puis, il me reconnaît… Ah ! Le blogueur. Il comprend tout. On papote deux secondes.

Mon cerveau ne fait qu’un tour ! J’avais quitté mes alcolites une bonne heure avant alors qu’ils prenaient l’apéro à la Comète. En toute logique, ils devaient m’attendre à l’Amandine pour l’apéro. Je me dis : ils ont une bonne heure d’avance et doivent commencer à atteindre le point de non retour… Ils auraient alors eu le choix entre manger chez le Japonais à côté de l’Amandine ou chez Pierre, à 2 ou 300 mètres plus loin. Je me dis que Michou n’aurait jamais accepté de déjeuner au Japonais (ce n’est pas un restaurant dont je ferais la publicité à Bicêtre) et que jamais Jean-Luc Laurent n’aurait eu l’idée d’emmener Jean-Pierre Chevènement à déjeuner là.

Je dis à l’assistant du Maire : « je crois que le mieux, à défaut de la Comète, pour déjeuner un dimanche midi, c’est chez Pierre ». Il me répond : « ah oui, excellente idée » (je ne me rappelle plus des dialogues exacts). Et il va chez Pierre, voir si c’est possible. Je savais qu’un tel bistro n’allait pas refuser une réservation pour 15 personnes une demi heure plus tard un dimanche…

Vers 12h45, je sors du bistro en saluant tous les employés qui faisaient la vaisselle à la main et transportaient la bouffe dans les chambres froides qui gardent le plus longtemps une température « dans les normes ». Yannick commençait à ramasser la terrasse.

Je tombe sur Tonnegrande qui n’en croit pas ses yeux et va vérifier. Je lui propose d’aller boire un coup à l’Amandine. Il avait des courses à faire, je l’accompagne et lui raconte toute l’affaire. Il comprend ma stratégie, le fourbe !

Finalement, nous nous pointons à l’Amandine vers 13h15. Nos deux potes étaient là, las. Le musicien aussi. Il nous offre un verre. Je dis « Bon ! La Comète étant fermée, je ne sais pas si je vais manger à la maison ou chez Pierre, pour essayer ». Quand je suis arrivé, un des clients mangeait un croque monsieur au comptoir, j’avais déjà décidé de faire pareil. Tonnegrande : « ah ! Oui ! Il parait que c’est très bien, chez Pierre ». Le vieux : « Ah oui ».

Ma tournée. Celle de Tonnegrande. Moi : « Finalement, je vais manger chez moi ». Le vieux : « Pas moi ! Je vais chez Pierre ». Il se tourne vers Michou : « Bon, tu viens avec, je t’invite ». « Heu… ». « Si ! ». « Bon, OK ».

Et ils s’en vont chez Pierre. Très las. Tonnegrande et moi étions pliés de rire.

On imaginait Jacques faire des jeux de mots idiots avec Chevènement. Exemple : « Ah ! Non, je suis peut-être chauve, mais je ne mens jamais ».

Le soir, j’ai revu Michou. Chevènement et le Maire étaient bien chez Pierre quand ils sont arrivés. Michou s’est arrangé pour que le Vieux ne le reconnaisse pas. Même pas drôle.

Ah ! Si ! C'est tout le pâté de maison qui était concerné par la panne d'électricité (pour ceux qui connaissent : tout l'immeuble de la Comète à l'entrée des fournisseurs de Leclerc). J'ai constaté ça en rentrant de l'Amandine. La serveuse de la Comète, ce matin, m'a confirmé que tous les appareils électroniques (ordinateurs, télés, micro-ondes, ...) de l'immeuble étaient grillés. La panne s'est produite dans le transformateur EDF (le blog au milieu des marches entre Leclerc et la Comète).

L'histoire ne dit pas si l'installation de la Comète est à l'origine de la panne EDF. A priori, il n'y a pas de raison !

11 commentaires:

  1. Dites, le pétage des plombs à la Comète, ce ne serait pas un coup de la pintade du Poitou pour faire chier le lion de Belfort, des fois ?

    RépondreSupprimer
  2. Bras long, influent, manipulateur, c'est bon, tu es devenu une star française :p

    RépondreSupprimer
  3. "Chevènement ... avec ou sans sauvageons ?) Ca craint la Comète !

    ;-)

    J'vais chez Paul, boire une Tourtel .

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas,
    Avec ce sabotage, comment as-tu fais pour être plein, dans ces conditions ?

    RépondreSupprimer
  5. Jean

    J'espère que tu as tout suivi !

    Didier,

    De qui parlez vous ?

    Gularu,

    La gloire.

    Eric,

    Tu bois n'importe quoi !

    Tonnégrande,

    Justement, le dimanche fut calme de ce côté là.

    RépondreSupprimer
  6. non l'animatrice à forte poitrine n'était pas moi !

    RépondreSupprimer
  7. Tu t'es trahi : je n'ai dit nulle part qu'elle avait une forte poitrine.

    RépondreSupprimer
  8. arghhh ! je relis et en effet rien de semblable n'est écrit

    RépondreSupprimer
  9. Quelle aventure !
    Personnellement, je serais allé aussi chez Pierre voir la suite et la rencontre au sommet, voire me faire inviter au repas du MRC !
    J'espère que JPC a bien mangé !
    :-)))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !