07 novembre 2008

Hop. Soirée à la Comète.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit que le vieux Jacques était saoul hier soir. Je n’ai pas dit non plus qu’il ne l’était pas, ça aurait été mentir.

J’avais une soirée à la Comète : il est légitime que je la raconte ici. Néanmoins, c’est assez confus.

Je suis arrivé le premier, immédiatement rejoint par le Vieux Jacques qui était déjà là puis par Tonnégrande qui est arrivé ensuite. J’avais rendez-vous avec Jim dit « la Branlette » en hommage à Georges Pompidou. Le vieux René (notre illustration) n’était pas là en raison de son absence. Le vieux Jacques est parti faire des conneries avec Marcel le Fiacre puis est revenu pour être présent.

Les musiciens sont arrivés et ont installé leurs trucs.

Jim est arrivé et a commandé une tournée y compris un verre à Tonnegrande dont au sujet duquel il est fâché avec. Seb, l’ancien serveur bien connu des meilleures clientes, était avec nous comme le Gros Loïc, enfin arrivé. C’était la première soirée du Gros Loïc à la Comète depuis des mois ce qui explique qu’avec le Vieux Jacques nous avions décidé de dîner ce soir là.

Edouard est arrivé. Il est fâché avec le gros Loïc mais j’étais en train de boire un coup avec le Gros et j’avais rendez-vous avec Edouard. J’ai un don pour me foutre dans des situations à la con. Heureusement, Abdel est arrivé. Abdel est le boulanger collègue du Gros Loïc. Loïc a été avec lui à l’autre bout du bar m’ôtant une épine de cheval du pied. J’ai pu boire un verre avec Edouard pendant que le Vieux Jacques et Tonnegrande, ces deux immondes personnages, se foutaient de ma gueule.

J’ai dit que Tonnegrande et Jim sont fâchés. Ca n’est rien. Par contre, quand je dis que Loïc et Edouard sont fâchés, c’est vrai. Ils pourraient se tuer car ils sont cons. C’est une vieille histoire. Je ne l’ai jamais racontée sur le blog. Ah ? Si. Mais de manière confuse. A l’époque, j’avais peur que ça dégénère et je ne voulais pas donner d’indication à la police d’autant que j’aurais pu être qualifié de complice. Les deux sont toujours vivants. Cons mais vivants. On essaye juste de ne la pas les réunir dans la même pièce.

Sauf que j’avais oublié : j’avais rendez-vous avec les deux à la même heure au même endroit. Je me suis donc retrouvé comme un con quand Edouard (c’est un pseudo, au départ, je voulais le pseudonymer Catherine de Russie mais ça n’aurait pas éclairci le débat), alias « la Ségolène Royal du pauvre », m’a demandé s’ils faisaient des côtes de bœuf dans la boutique. Je ne pouvais pas dire non d’autant que c’était le plat du jour. 19 euros, 480 grammes. Je vous la recommande.

J’ai donc répondu affirmativement par une réponse positive de type : « Oui ». Ségolène de Russie a alors dit qu’il mangeait là. Il souhaitait que je dîne avec lui mais je devais dîner avec le Gros Loïc. Comme ils ne sont pas cons patibles, j’étais bien emmerdé.

J’ai fait croire à Catherine Royal que désolé j’ai commandé une pizza (tous les jeudis et les mardis un type vend des pizzas place de la Comète). Il m’a cru, en a commandé une aussi et s’est cassé.
C’est alors qu’est arrivée la sœur de la branlette. Non ! Pas la main gauche, la sœur de Jim. Nous allons l’appeler Jennifer Aubry car elle s’appelle vraiment Jennifer et qu’elle est du nord. Elle était accompagnée d’une superbe créature d’environ 23 ans provenant directement de Guadeloupe. Nous allons l’appeler Christiane Taubira en hommage à la Martinique puisque Christiane Taubira est issue de Guyane, comme Tonnégrande qui s’est barré vers 20h30 car il avait rendez-vous avec son épouse que nous allons appeler « son épouse ».

Les deux jeunes filles ont immédiatement rigolé quand le Vieux Jacques a commencé à parler, ce qui montre soit leur légèreté intellectuelle soit leur intelligence supérieure. Je prône pour la première solution.

Nous sommes passés à table. Ce qui devait arriver arriva : nous avons mangé. A côté de nous, il y avait une grosse dame assez jeune. Loïc et moi ne pouvions nous empêcher de la regarder. Loïc pour des raisons purement sexuelles alors que les miennes étaient plus raisonnables : je me demandais si le cours du jambon nous aurait permis d’en tirer un bon prix.

Ce matin de 6h20 à 6h35, j’ai téléphoné sans discontinuité à Jim pour le réveiller, alternativement sur ses trois téléphones. A la quatrième sonnerie, à 6h35, je me demandais si je n’allais pas être obligé d’aller faire moi-même l’ouverture de la Comète. Non. Il a répondu.

11 commentaires:

  1. Si j'avais su que Seb serait là....

    RépondreSupprimer
  2. réveil matin ? un métier d'avenir ça !

    RépondreSupprimer
  3. Purée, mais t'es une mère pour tous ceux là. T'es la mère de Ségolène Royal... Comment tu te sens ?

    RépondreSupprimer
  4. Le Vieux etait-il Obama ou pas?

    RépondreSupprimer
  5. Et avec tout ça, on n'a aucune idée de ce que tu as mangé ! Cet article, c'est vraiment n'importe quoi !
    :-)))

    [Zac Efron de Russie, ça marche aussi !!!]


    (bien entendu, je plaisante, cet article est comme toujours épatant...).

    RépondreSupprimer
  6. hah trèèèès drôle.. et d'ailleurs je déconseille de donner rendez-vous à des imcompatibles en même temps au même endroit (genre une blonde et une brune) vu que souvent (enfin hier soir donc) on rentre une main devant, une main derrière mais VIDES...

    RépondreSupprimer
  7. moi je ne fais que secrétaire, je te préviens tout de suite ! :)

    RépondreSupprimer
  8. D'accord ! Mais je t'embauche à plein temps.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !