11 septembre 2010

La jauge sèche

Quand on prend une voiture de location, on a toujours une période d'adaptation, plus ou moins longue selon la bagnole et l'endroit où vous conduisez. Du coup, vous ne faites pas nécessairement attention aux détails. Hier (voir mes billet précédents), j'avais trop de soucis en tête pour faire attention à tout.

Quand vous prenez une voiture, il faut :


  • la trouver sur le parking, ce qui n'est pas toujours facile (les employés du loueur le connaissent tellement qu'ils vous lancent les indications par onomatopées),


  • vérifier l'état de la carrosserie,


  • vérifier le kilométrage,


  • vérifier le niveau d'essence,


  • régler le siège,


  • régler les rétroviseurs,


  • éventuellement régler la ceinture,


  • trouver comment la démarrer.
N.B. : Tiens ! J'ai des bordel dans les puces quand je prépare mon billet avec OpenOffice.

Ensuite, il vous faut manœuvrer une voiture que vous ne connaissez pas dans un parking que vous ne connaissez pas et ça vous énerve. D'autant que c'est généralement au cours des premiers mètres que vous vous rendez compte que vous avez oublié de régler les rétroviseurs. Ensuite, il faut mettre un ticket dans un machin pour pouvoir sortir du parking. Vous ne savez plus où vous avez mis le ticket qui vous gênait en plus de vos propres affaires, de la clé de la voiture, du contrat de location, … Et vous vous retrouvez dans les bouchons.

Hier, j'avais une Mégane Break. C'est pas mal. Je vous la conseille. Mais le problème n'est pas là. C'est au bout de trois kilomètres que je me suis aperçu que le plein de la voiture n'avait pas été fait (il était au trois quarts).

Je remballe ma colère contre la société de location (compte tenu du très faible coût de la location, cette fois, je n'allais pas ronchonner) (il n'empêche 96 euros, c'est dérisoire) (15 week-end par an plus les vacances, ça me fait du 3000 euros par an pour rouler avec des voitures neuves)(comptez donc, hein, ce que vous coûte votre caisse, avec les 800 euros d'assurance, les 600 de parking, les pneus, les révisions, … et l'amortissement)(je parle pour les types qui n'ont pas de bagnole au quotidien)(fermons la parenthèse).

Je tripote l'ordinateur de bord et le truc me dit qu'il me reste 740 bornes avant de tomber en panne sèche : largement de quoi arriver à Loudéac.

D'ailleurs, arrivé à Loudéac, le machin m'indiquait qu'il restait 920 bornes.

Bordel ! C'était la jauge qui était nase.

Je ne sais pas si vous avez lu mes billets précédents : par les temps qui courent, j'ai quelques problèmes de carte bancaire...

Ce matin, je me dis « tiens ! Allons faire de l'essence et tirer de l'oseille. » L'expression « faire de l'essence » est stupide mais réellement usitée chez les ploucs.

Le plein se montait à 29€90 (je suis un homme rusé, j'avais environ 30 euros sur moi en liquide au cas où la carte était vraiment HS). Je paye par carte.

Ca passe. Sans appel au centre d'autorisation : la caution d'un euro, la veille, avait suffit à la décoincer. Je ne sais donc pas si mes droits (au serveur d'autorisation) sont rétablis. Tant pis.

Je vais à la banque. Tire 200 euros (pour rembourser le gros Loïc, demain soir, essayer de suivre ma comptabilité, sans compter les 35 euros 50 que je dois toujours à la Comète).

Je rentre à la maison SANS ALLER PRENDRE LE MOINDRE APERITIF.

Je regarde la jauge : le fait de faire le plein l'avait décoincée.

Amusant, non ?

Ne vous inquiétez pas : dès que je fais un paiement avec appel au centre d'autorisation, j'en fais un billet.

10 commentaires:

  1. oui open office est chiant à réintégrer sur blogger

    RépondreSupprimer
  2. Oui. Avec Word, c'est impeccable, je reprends souvent des tableaux, par exemple.

    RépondreSupprimer
  3. Les gens aiment bien avoir leur petit chez soi dans une voiture sinon, économiquement, tout le monde devrait louer !
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. Ca y est, j'ai réglé les rétro pour voir les commentaires !
    :-)

    RépondreSupprimer
  5. Poireau,

    Oui, ça en est même délirant.

    RépondreSupprimer
  6. La jauge n'était pas forcément nase. En fait l'ordinateur de bord calcule votre autonomie en fonction de ce que vous avez déjà dépensé pour tant de kilomètres. si le type avant vous, depuis la remise à zéro de l'ordinateur, n'a fait que de la ville, en ne dépassant jamais la seconde et en ne descendant jamais sous les 4000 tr/mn, l'ordinateur calcule qu'avec ce qui reste, vous pouvez faire 700 km. Mais si vous, ensuite, sur l'autoroute, revenez à une moyenne de 6l/100km (raisonnable pour votre Mégane), vous allez vous apercevoir que plus vous roulez, plus votre autonomie augmente.

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Si elle l'était. J'ai fait un plein à Loudéac à l'aller et un au retour : exactement la même quantité d'essence.

    Pour le reste, j'ai depuis longtemps un ordinateur de bord (je vais d'ailleurs souvent en montagne et prend un malin plaisir à faire augmenter l'autonomie en optimisant les descentes). Le calcul est fait sur une moyenne beaucoup plus courte.

    Votre commentaire m'a néanmoins vaguement amusé : depuis vendredi, je me demandais pourquoi cette Mégane Break m'était vaguement familière : c'est la même que la votre, je crois !

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi "néanmoins" ? Mystère...

    RépondreSupprimer
  9. Exact, c'est la même.

    Et vous aviez aussi les chiens dans le coffre ?

    RépondreSupprimer
  10. Je sais pas, je n'ai pas regardé (je n'emporte de pas de bagage, j'ai tout ce qu'il me faut chez ma mère).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !